Le kéké, cette espèce pas du tout en voie de disparition…

A notre grand malheur d’ailleurs, le kéké se cache partout.

A la station essence, des kékés du 13 (c’était écrit sur leur plaque, c’est fier un kéké), dans une décapotable BMW rouge des années 90, autoradio à fond, Crazy frog… Bim bibim bim-bim…. Des têtes à faire peur, arborant une pornstach bien laide. Le must étant bien sur le combo jogging / claquettes à scratch. A la limite, ils font ce qu’ils veulent hein… Mais en revanche, fumer à 3 mètres de la bagnole, alors que son pote met de l’essence dans le réservoir. Kékés ET irresponsables… OK.

Ferrari_Testarossa_Humour

Dans le bus, les kékés se déplacent en bande, avec poussette transportant leur progéniture adorée et odorante (je parle de la couche pas d’autre chose hein !). Des nenettes de 20 ans à tout casser (oui déjà mamans…) qui parlent hyper fort, comme si elles étaient dans leur salon. « Ouais moi, j’ai 19 piges, j’parle pas comme ça là ! » 19 piges
La scène épique tout de même qui a duré 10 bonnes minutes : Une nana dans le fond, deux autres 3 rangs devant. Au début, les deux de devant parlent entre elles. La troisième dans le fond les coupe tout d’un coup, en hurlant. Elles commencent à se prendre la tête et elles ont fini par faire amie-amie en crachant sur une quatrième (absente évidemment). « ouais mais tu vois moi elle me dit « Maéva a dit que… » et toi tu me dis que c’est elle qui a dit ça et que toi t’as rien dit, du coup, bah j’sais pas qui c’est qu’a dit, en tous cas c’était pas moi parce que j’étais en Tunisie… ».
Dans l’histoire, il y avait un pauvre mec qui ponctuait leur diatribe de « ouais.. » « Han ouais… »
Et la quatrième en question était traitée de « cassos » et qu’on allait lui retirer ses gosses par ce que son appart était tellement sale qu’il « faudrait emporter 2 femmes de ménage pendant 1 an la bas et même pas ça suffirait » (sic)
En fait on aurait dit mes élèves mais avec quelques années de plus. Ados attardés quoi.
Bref, on est descendues du bus un arrêt plus tôt que prévu…

giphy

Le summum… Le kéké des rues. Dimanche matin, 7h30, qui ne s’est pas encore couché de sa soirée de la veille et qui passe en bas de chez toi, (tu dors fenêtre ouverte parce que tu as trop chaud). Il parle fort, c’était sans dire. Son portable miteux crache une musique, à base de pop pop pop, que lui n’entend que moyennement, mais toi avec la réverbération sur la façade de l’immeuble, tu as la boite de nuit dans ta chambre. Back room it is…

 giphy-2

En vérité, ils font ce qu’ils veulent de leur vie, j’m’en fiche. C’est juste la cohabitation qui est compliquée parfois. Mais comme tout un chacun sait… « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». C’est pour ça que j’apprends à mes élèves que la politesse et le respect leur ouvriront toutes les portes.

ali-g-respect-o

Kaarotte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s