Vis ma vie de prof – La dictée

Pour ceux qui suivent le blog, j’enseigne en SEGPA, avec un public spécifique.

Aujourd’hui dictée. Ouaaaaiiiis ! Evidemment, tu ne peux pas travailler de manière classique avec une classe de SEGPA. Evidemment, tu essaies de réconcilier tes élèves avec l’orthographe et la syntaxe. Ton but étant qu’ils soient lecteurs experts en sortant de 3ème, parce que tu sais très bien qu’ils ne fréquenteront pas vraiment beaucoup les livres après ça.
Lecteur expert c’est quand tu as appris à lire et que tu ne peux plus désapprendre parce que c’est stabilisé. Nombre d’adultes sont sortis de l’école en n’étant pas lecteurs experts et deviennent donc illettrés quelques années plus tard… Les parents de mes élèves par exemple sont souvent illettrés et mes élèves apportent des courriers au collège pour qu’on leur explique.

La dictée bête et méchante, c’est fini. En revanche, des dictées avec des objectifs « ne plus confondre er et é dans les terminaisons » (non ce n’est pas qu’une question d’apprentissage de la règle de l’accord du participe passé… Surpriiiiiise : Ca ne fonctionne pas en SEGPA.), ou « accord sujet verbe » par exemple.

Bref, j’ai une batterie de dictées préparées prêtes à l’emploi. Bien sûr, je ne prétends pas révolutionner l’enseignement du français hein !!! J’essaie juste de faire progresser mes élèves. Compte tenu des résultats et des progrès de mes élèves à chaque fin d’année, on peut dire que ce que je mets en place leur profite.
Donc pour la dictée, mes élèves la copient (elle fait 4/5phrases donc quelques minutes de copie) sur une feuille de classeur, puis ils se concentrent surtout sur les mots qui les bloquent, les accords qui leur posent problème habituellement. Pour les dyslexiques, c’est en fonction de leur niveau de dyslexie. L’année dernière j’avais une élève TRES dyslexique (j’entends par là une jeune qui a 14 ans et qui ne lit que 17 mots / minute : le niveau de lecture d’un petit de CP…).
Ensuite, ils font la dictée au dos de la même feuille avec autorisation de retourner la feuille quand ils sèchent sur un mot. Pour ce faire, il leur suffit de marquer leur feuille avec un bâton. (Le but, plus tard, sera d’avoir le moins de bâton possible.)

Dans ma classe ce matin :

  •  Un élève a l’épaule droite cassée et le bras en écharpe. Il est droitier, ne peut pas écrire, donc il tape sa dictée sur une tablette.
  • Deux élèves sont dyslexiques et ont donc une dictée aménagée. Dictée à trous pour alléger la tâche.
  • Une élève absente arrive en cours de classe et rattrape donc son évaluation de lecture sur tablette, pendant que les autres font la dictée.
  • Un élève portugais et un élève turque ont besoin qu’on prenne le temps et qu’on articule bien précisément.
  • Les dix autres fonctionnent de manière « normale ».

Et tout ce joyeux petit monde réussit et progresse !!!
Voilà donc une séance « classique » de dictée dans ma classe.

*Kaarotte-maîtresse comblée*

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s