La grossesse cucul la pral’ le retour

Bon… Apparemment, la première salve n’a pas suffit…

A discuter avec les copines, Nadège, ma Caille, Aurélie, Iroise, Cécé, mamans ou pas, je me sens moins seule. Heureusement que j’ai du monde autour de moi qui partage mes sentiments.

Je ne vais pas dire que je ne suis pas heureuse d’être enceinte hein. Bien au contraire. C’est un bébé désiré. C’est génial. On est super contents.
Juste que j’ai un peu de mal à me réjouir. Je ne suis pas déprimée, je sais juste trop bien ce qui peut arriver. Je pense à la date à laquelle le bébé sera viable, je pense à ce soulagement que tout se sera bien passé. Mais pour l’instant, je ne suis pas dans un monde féérique tapissé de vomi de licorne multicolore et de fleurs partout.
En ce moment, quand j’éternue c’est pas des paillettes qui sortent, c’est plutôt des douleurs ligamentaires. MAIS NOOON… La grossesse c’est que du bonheur…
Entre les nanas qui t’envoient des photos de leur môme H24 avec les commentaires sirupeux qui vont avec, celles qui te conseillent trop parce que c’est ce qu’il y a de mieux, celles qui t’expliquent que donner la vie c’est trop le but de ma vie quoi, et tu ne te sens pas complète si tu ne deviens pas mère… Nan mais sérieusement, on vous a injecté de la cocaïne liquide dans le cerveau pour que vous soyez dans un état de transe pareille ? Ah non, ça doit être le LSD…
Ok les hormones de grossesse te rendent un peu plus sensible (Non c’est faux… ça te transforme en ado hulkette agressive qui veut manger ! Mais ça va, on gère…).
Comme s’il était nécessaire de devenir mère pour être une vraie femme ou une femme accomplie.
Je crois que je ne vis pas bien le regard d’une société absolument pas prévenante avec les femmes, enceintes ou pas d’ailleurs. On peut se moquer des féministes, leur combat est peut-être parfois mal orienté, elles utilisent des arguments agressifs, mais honnêtement… Nos grands mères se sont battues pour obtenir le droit de vote, le droit de sortir de leur cuisine pour aller travailler, gagner leur indépendance, se libérer du joug paternaliste masculin. Deux générations plus tard, je lis des « tu verras c’est tellement épanouissant », « tu vas te rendre compte qu’il te manquait quelque chose, » « Donner la vie, c’est ce qui me manquait. » Nan mais SERIEUSEMENT ? Tant mieux pour toi si c’est ce que tu penses. Mais ne viens pas plaquer ton expérience sur ce que vivent les autres. C’est pas une secte : Les parturientes !
Tant qu’on y est Travail Famille Patrie aussi ? Et puis évidemment, c’est géniaaaaal de fêter la fête des mères aussi ? Merci Pétain… Bientôt elles vont même rendre leur carte d’électeur. Leur mari votera pour elles, il pensera pour elle et portera la voix de la famille.

Personnellement, je vis mal l’envahissement de mes comptes de réseaux sociaux en public ou en privé de photos de gamins « C’est un tel bonheur gnagnagna… », ou de vidéos de bébés ou de ventres de grossesse. Pardon pour les copines qui liraient ça et qui ne comprendraient pas, mais je ne vous en veux pas. C’est juste qu’il faut arrêter de croire que toutes les grossesses sont identiques, que tous les bébés sont identiques, que tout le monde vit sa grossesse comme un moment de plénitude intersidérale. Certaines d’entre nous sont plus terre à terre et n’ont pas besoin qu’on leur dicte ce qu’elles doivent ressentir.
Ma soeur avait peur que je devienne cucul la pral’. Aucun risque je pense.

Heureusement qu’il y a mes aficionados qui me font marrer à bloc : Après une photo de mon bide, Iroise qui me dit « Tu vas bientôt avoir autant de bidon que de nichons ».
MERCIIIII ! J’ai ri. C’est de ça dont on a besoin. C’est joli d’être prévenants avec les femmes enceintes, mais proposez leur un jus de fruit à l’apéro, l’accès proche à des toilettes et ça ira. Pour le reste, on est juste enceinte, pas malade (ni fol’dingo… :D). Faites nous marrer. Oui on peut toujours parler de Q et de trucs trash. On ne devient pas des icônes intouchables en mode Marie sainte mère de Dieu au seul prétexte qu’on « porte la vie » (sans vouloir offenser nos lecteurs qui seraient croyants évidemment.)

Nan et puis les filles, ne pensez pas que la maternité va combler ce vide en vous. Evidemment c’est de la joie, évidemment c’est du positif. Heureusement. Sinon plus personne ne ferait d’enfants… Mais pas seulement. Quand vos gosses vous détesteront à l’adolescence parce que vous avez acheté le dernier samsung et pas le dernier Iphone…, ou quand ils quitteront le nid (si si, un jour ils n’auront plus besoin de vous pour se torcher ni pour faire leur biberon) ? Vous allez nous claquer une bonne dépression des familles ?

Je sais que si j’ai une fille et qu’elle fait le choix d’être mère un jour, j’espère que je resterai très à l’écoute de ses angoisses parce que je serai passée par là. C’est tellement flippant… Avec toute cette pression sociale, on a l’impression d’être une mauvaise mère avant  même d’avoir accouché parce qu’on ne se réjouit pas à chaque seconde.

*Kaarotte-toujours-véner*

Publicités

4 réflexions sur “La grossesse cucul la pral’ le retour

  1. Je pense que le fait d’avoir été obligée d’être  » la mère  » de ta mère t’a rendue nettement plus sensible aux problèmes/soucis/angoisses dûs à la maternité et t’ont enlevé les oeillères hormonales bisounours .
    (Rajouté à ça que tu es plutôt une inquiète chronique )

    Par ailleurs , heureusement que toutes les grossesses ne sont pas vécues de la même manière car sinon l’allaitement , le portage , le cododo , l’accouchement à domicile ou encore même l’accouchement en piscine ne se développeraient pas et les mentalités resteraient gravées ( dans la roche huhu ) sur des pratiques plus ou moins rétrogrades .

    Je ne sais toujours pas si un jour le désir de maternité se developpera chez moi mais en attendant , je lis ce que postent mes amies , je regarde de temps en temps ce qui les passionnent , j’essaye d’être attentive à leurs angoisses et je me dois de les remettre sur terre de temps .
    Par contre j’ai le privilège de ne pas être plus sensible que ça a la grossesse et de rester moi même face à vous toutes .

    C’est à dire indécente , frivole et originale .

    J’espère bien qu’une femme enceinte est la même femme qu’une nullipare car il et hors de question que ma vie change du tout au tout du fait de votre maternité .
    A oui , aussi je suis égoïste !

    Prends soin de toi , j’ai vu que tu étais en arrêt . ( je suis en vacances 2 semaines en juin on ce croise obligatoirement ! )

    Des bisous

    1. Mon expérience maternelle entre certainement en compte dans l’histoire, mais ce n’est pas la raison principale je pense. Regarde ma caille, elle n’est pas cucul la pral et pourtant elle n’a pas eu une mère psychotique qui l’aurait obligée à être terre à terre ou sans oeillères… Non je pense que certaines sont vraiment aveuglées…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s