La vie n’est pas un long fleuve tranquille

J’ai pour coutume de dire en parlant de mes élèves que certains d’entre eux ne sont pas nés dans une famille qui favorise l’épanouissement et l’évolution personnelle positive. Autrement dit, certains parents poisons plombent (consciemment ou non) leurs gamins.

1) je trouve ça d’une tristesse…
2) attention je ne fais pas de déterminisme social

Pour illustrer ce constat, laissez moi vous conter une balade au parc avec ma caille et mon fillot.

La ville a installé une super structure de 2 à 16 ans en centre ville au milieu des arbres avec un petit point d’eau, des tables de pique nique, des toilettes publiques etc… Bref, c’est top. On y va donc une fin de matinée, quelques minutes après s’être installées, la famille Groseille débarque à l’extérieur de l’aire de jeux et s’installe sur une des tables de pique-nique à une vingtaine de mètres de nous. 3 enfants d’environ 6 ans, 8 ans et 10ans pour la plus grande.
Le père envoie les 2 plus petits dans l’aire de jeux et retient la plus grande. Il commence à se moquer d’elle (pour ne pas dire « se foutre allègrement de sa gueule » parce que vu le blaireau… Ce registre de langage lui convenait parfaitement…). Je passe sur les « mais tu veux aller jouer là dedans, mais t’es un bébé alors…? » « T’as 10 ans, et vue ta taille on t’en donne 11… Tu veux passer pour quoi ? ». Evidemment il lui a fait 2 fois le coup de « bon allez vas-y… Nan j’déconne, tu restes là. » Il parlait tellement fort qu’évidemment, on pouvait suivre ses conversations sans problème.
NAN MAIS VRAIMENT ? La pauvre gamine me faisait tellement de peine. Voir la joie sur son visage quand le père lui disait d’y aller et la fausse joie juste quelques secondes après. Je ne sais pas si ça a fait résonner quelque chose en moi mais au bout de 5min, ça m’a bien soulée, donc je me suis levée et suis allée lui parler au dessus du grillage pour lui dire gentiment « Vous savez que la grande structure, c’est jusque 16ans ?
– Ah ouais ? Ah bon ? C’est un parc de jeux… De toute façon c’est interdit au plus de 32 ans… »
Je n’ai pas écouté la suite, j’ai tourné les talons, mais 10 secondes plus tard, la grande était dans l’aire de jeux et quand son regard a croisé le mien je lui ai souhaité de bien s’amuser. Un petit sourire a éclairé son visage. Et ça, ça n’avait pas de prix.

Ça lui servait à quoi au père ? A exprimer sa frustration et sa jalousie de ne pas pouvoir y aller lui même. S’il n’y a que ça, il pouvait aller en faire du toboggan ! Je préfère un père qui va s’éclater avec ses mômes plutôt qu’un connard (ouais faut le dire) qui s’amuse à faire souffrir ses enfants.

C’est là où tu te rends compte de l’enfer que vivent certains enfants/ados…

Quand en fin d’année de mes 5ème, je leur offre un stylo ou un petit cadeau, que je vois la joie dans leurs yeux, ça me fait chaud au coeur. Et quand certains viennent me dire « Madame je vais le cacher sinon ma mère va me le prendre pour le garder pour elle. » A remplacer par père, soeur, frère… Là, j’ai mal au coeur. Une année, j’ai même précieusement gardé celui de l’un d’entre eux pour lui donner à la rentrée suivante. La vie pour ces mômes de 13 ans ça rime déjà avec galères, fins de mois difficiles, démerde yourself…

giphy-2

Tout ça pour dire que, sans faire de déterminisme, être né dans une famille qui nous donne toutes les chances, c’est quand même bien plus heureux pour le développement personnel et le bonheur de vivre.

*Kaarotte*

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s