Les ripoux, c’est pas que chez les keufs…

Pour ceux qui ne sauraient pas encore, ou qui arriveraient par ici seulement maintenant, ma caille et moi sommes enseignantes.
Nous avons toutes les deux travaillé dans l’enseignement spécialisé.
Actuellement et depuis quelques années, j’enseigne en SEGPA. J’ai passé ma spécialisation et j’adore mon boulot.
Ces élèves sont fragiles socialement, psychologiquement et par la force des choses scolairement. Ils ont eu dans leur vie d’enfant et d’élève, un frein qui les a bloqués pour continuer à apprendre et progresser comme leurs camarades. C’est un retard, qui a du mal à se combler, donc parfois ils ont quelques notions de retard en maths et n’accèdent pas à la même réflexion que les autres, parfois c’est la lecture qui les a bloqués, donc les freine dans toutes les matières, chacun est différent. Donc, pour t’adapter à eux, tu fais parfois 3/4 cours différents pour une même notion.
Ces élèves ont besoin d’une attention spécifique, car leurs difficultés combinées à l’adolescence et aux difficultés sociales leur font parfois vivre un véritable enfer psychologique. Cela va sans dire que les adultes qui les entourent doivent être plus que prévenants et patients. Ce qui n’est pas toujours facile, un ado, ça tape vite sur le système, donc 16, qui ne s’entendent pas toujours… Ça peut vite te faire tourner chèvre. J’entends bien les remarques « Tu as choisi d’être en SEGPA ». Oui, j’ai choisi d’y rester dans ces sections, de travailler auprès d’eux. J’ai choisi d’apporter tout ce que je peux à des élèves dont la majorité des gens se contre-fiche et même souvent se moquent (très fort…). J’exagère ? Tape #SEGPA dans twitter. La première fois que je l’ai fait, j’ai eu les larmes aux yeux… Mes élèves ne sont pas des réceptacles à toute votre haine de la difficulté. Vous n’avez jamais rien raté vous ? C’est la honte hein de rater… Bah non. C’est le principe de l’apprentissage… Vous avez réussi à marcher du premier coup, à lire du premier coup, à nager du premier coup ?
Je suis assez en colère quand d’autres collégiens se moquent gratuitement de mes élèves à base de « moi au moins je ne suis pas en SEGPA. » Quand je prends un de ces élèves sur le fait, je le convie (comprends : oblige) à venir dans ma classe. Je le fais s’asseoir et je commence ma classe normalement. Au bout de 10min (où l’élève a bien flippé, il faut le dire…), je lui dis « Alors ? C’est des débiles ? Tu arrives à suivre au moins ? ». Le dernier en date est venu s’excuser au tableau devant tout le groupe, les larmes aux yeux.
Ensuite,  je demande à l’élève s’il a aimé l’expérience. La réponse est toujours et irrémédiablement non. Je suis soft, je ne les humilie pas. Mais je leur fais prendre conscience que ce qu’ils font eux, c’est bien de l’humiliation. Cette humiliation quotidienne de mes élèves, au self, dans la cour, au CDI, à l’extérieur du collège, ça s’appelle du harcèlement. C’est puni par la loi. Eux rigolent, mais pas mes élèves, et moi encore moins.
Je ne cherche pas à être une héroïne pour mes élèves (je le suis déjà #GrosseTete 😀 ),

giphy-23

Je ne veux pas être la justicière mais personne ne les aide ces mômes, et ce depuis bientôt 10 longues années pour certains… L’école c’est un calvaire. Apprendre, c’est l’enfer. Je veux juste faire comprendre à des jeunes qui ne réfléchissent pas encore avant de parler (des ados quoi…) qu’une seule parole peut faire des ravages. Le plus souvent, ça fonctionne et je n’ai plus rien à dire à l’individu pris en défaut.

giphy-11

pour

Avec des ados c’est plutôt facile finalement… Là où ça devient compliqué… C’est quand ce sont des adultes qui agissent de la sorte. Et là, blinde toi petit lecteur… Je suis TRÈS fâchée…
Je ne suis personne par rapport à mes collègues. Ni inspectrice, ni supérieur hiérarchique, donc ma parole ne pèse pas très lourd dans la balance. Mais en vérité, j’ai parfois des envies d’être violente physiquement. Un ado, on lui pardonne, il est jeune, il n’a pas d’expérience, il se défend comme il peut. Rappelle toi cette période de merde petit lecteur… Mais quand ce sont des adultes, et a fortiori des profs qui ont cette attitude humiliante et insultante. On fait quoi ? C’est facile, la parole des jeunes n’aura aucune valeur face à celle d’un prof (du moins c’est ce qu’ils pensent). Je ne dis pas que je crois toutes les histoires qu’ils me racontent (parfois ils racontent des grosses bêtises aussi…). Mais quand il s’agit de ce genre de choses, je suis TRÈS vigilante. J’en ai soupé du corporatisme à base de « ON DEFEND TOUJOURS UN COLLEGUE ». Non, un connard qui humilie des gosses, je ne le défends pas. Une conne qui n’adapte pas pour une gamine handicapée, je ne la défends pas, elle ne fait pas d’effort.
Ça fait 8 ans que je suis dans cet établissement. Malheureusement, peu (voire pas du tout) de collègues sont formés à prendre en charge nos élèves parmi les PLC (profs de lycée et collège). Encore moins ont envie de les prendre en charge et parmi ces rares, très très peu essaient de mettre en place une pédagogie et une attitude qui mettent nos élèves en réussite. Donc, concrètement, mes élèves, qui sont quand même volontaires à apprendre l’anglais, la physique chimie ou l’EPS, se retrouvent à faire n’importe quoi pour se faire remarquer parce que les profs ne se donnent pas la peine de préparer de véritables séances et surtout n’en ont rien à faire d’eux, ils sont perdus. Alors perdus pour perdus…
« Ça sert à rien, ils comprennent rien. »
« Ça sert à rien, ils ne font rien de toute façon à part le bordel. »

Bon jusque là, tu es choqué mais ça reste encore soft. Attention à la suite.

Le jour où tu entends un collègue d’EPS (qui a oublié de balayer devant sa porte parce que, pour le coup, il a oublié d’être physiquement intelligent) te dire que « de toute façon, en SEGPA, ils sont finis au pipi. ». Ce jour là, j’étais TRÈS fâchée. Evidemment, les 3/4 collègues autour ricanent.

giphy-13

En règle générale, quand j’entends des « ah t’arrives à faire ça avec tes SEGPA ? » Je réponds  « oh bah non, nous tu sais on ne fait que des gommettes et de la pâte à modeler » Alors qu’en 3ème je fais des statistiques et on essaie de comprendre Pythagore ! (Mais bon… Ils sont débiles et finis au pipi hein, je le rappelle.)
L’année dernière, on a eu un groupe de 4ème compliquée. Beaucoup de violences, de petite délinquance, de maltraitance parentale et entre ados… Bref. C’est vrai que, même nous, les ens. spé., on a bien transpiré pour maintenir le cap ! Le même collègue d’EPS les avait en cours. Il les a insultés toute l’année, leur faisait s’asseoir sur le banc à ne rien faire pendant 2h (si ça c’est pas de la maltraitance je ne sais pas ce que c’est…). Il a même fini par leur refuser un ballon car des 5ème l’avaient mis sur le toit. Et le comble (accroche ta ceinture…), il leur a refusé un ballon neuf car « Non, je ne vais quand même pas donner un ballon neuf à des SEGPA. »

giphy-10

Je suis prof principale des 5ème, donc je n’ai pas géré l’incident directement, mais évidemment on en parlait en équipe. Je crois que je n’ai jamais autant utilisé de noms d’oiseaux en réunion d’équipe. J’étais tellement en colère que je commence seulement à décolérer… Ce collègue en question faisait payer aux mômes le fait qu’il les avait le vendredi après midi alors que depuis 15ans monsieur avait son vendredi. MAIS ? C’est à cause de connards comme lui que nous, les enseignants, avons une sale réputation… Ah on ne bosse pas ? Moi j’ai cours 9h-17h tous les jours, y compris le vendredi. Bon je passe là dessus… La suite est tout aussi éloquente…

Fin d’année scolaire, on se réunit pour essayer de mettre en place des choses pour ce groupe de 4ème qui passe en 3ème, baliser les projets et surtout surtout bien cadrer tous de la même manière pour ne leur laisser aucune faille. Du travail d’équipe quoi !
On réunit les PLC qui interviennent auprès de nos élèves. On les interroge sur leur répartition (qui prend quel niveau). Une collègue d’EPS arrivant sur l’établissement avec une santé fragile, on ne lui propose pas de prendre le groupe de 3ème. Logique.
En revanche, à la jeune collègue d’anglais assez fragile, en congé mater + parental depuis bientôt 2ans, qui revient à mi-temps, elle on lui a imposé proposé, cette même classe.
Là, je m’interroge et j’interroge l’équipe d’anglais (et les autres d’ailleurs…). Ouais, je suis un peu du genre à mettre les pieds dans le plat. Elles sont 4 collègues. 2 d’entre elles ont eu cette classe en 5ème et 4ème, donc logiquement, on peut imaginer qu’elles aient envie de « faire tourner ». C’est normal que la charge repose sur toute l’équipe chacun son tour. Du coup, la logique aurait voulu que la 4ème collègue prenne cette classe, en laissant la jeune collègue revenir tranquillement avec une classe plus cool.
Cette même 4ème collègue avait mes 5ème l’année scolaire passée. Ça s’est TRÈS mal passé. En mai et juin, il n’y a pas eu un seul cours sans exclusion d’un ou plusieurs élèves au motif de « fais n’importe quoi » ou « se lève ». Euh…………. Bon bref passons. Et attention, v’la la chute… La collègue en question se lance dans une tirade de justification pour le choix de suivre ce même groupe (Etre leur enseignante d’anglais en 4ème donc.) C’était confus et pas très logique. Et là faut que je vous fasse le dialogue, c’est trop savoureux.
« Bon, désolée, je vais encore passer pour la chiante de service, mais je vais mettre les pieds dans le plat (j’avais promise à la jeune collègue d’anglais que j’interrogerais l’équipe). Je ne comprends pas pourquoi toi, R. tu reprends ce groupe avec qui ça s’est très mal passé cette année, soyons honnêtes. Et pourquoi, de manière très sympathique, vous laissez la classe de 3ème, qui est assez musclée et je mâche mes mots, à H. qui revient juste de congé et qui a clairement exprimé son angoisse et son manque de billes pour enseigner auprès de nos élèves. K. et G. je comprends que vous ne vouliez pas les reprendre, vous avez mouillé la chemise pendant 1 an chacune…
R. –  Ah nan mais tu ne peux pas dire qu’ils n’ont rien fait cette année les 5ème !
Moi – Euh je ne crois pas avoir parlé de ça…
R. – Oui bon euh de toute façon, il fallait choisir, donc MOI entre la PESTE et le CHOLERA, Eh bah j’ai choisi.

… Alors là, franchement, y’a rien à ajouter, j’étais sidérée. Je crois même que je me suis étranglée avec ma salive…

giphy-9

Et là j’ai répondu :
« Je ne savais pas que nous les PE (prof des écoles) et PLP (prof de Lycée pro) allions en cours avec des masques et des anti-viraux… Ou alors on a des capes de super-héros… Je ne sais pas… Bref, en tous cas, vous faites comme vous voulez, mais je trouve ça dégueulasse d’enfoncer H. en lui donnant cette classe sans même lui laisser le choix et en avoir parlé avec elle avant de lui imposer. »
Les collègues ont répondu qu’elles allaient en rediscuter.
Résultat : Elles ont donné les 5ème (classe très cool) à H., et G. s’est sacrifiée pour prendre les 3ème (Et donc avoir cette classe 2 années de suite…).
Cette merveilleuse collègue, R. n’a pas du mal qu’avec les SEGPA, pour ça je ne suis pas inspectrice donc je ne me prononce pas sur la qualité de ses cours. En revanche, ce que j’observe, c’est que cette personne prend des responsabilités de formatrice ailleurs pour être le moins possible en cours. Stratégie d’évitement. Il y a peut-être des questions à se poser…

En attendant… L’été est passé. On essaie de démarrer une nouvelle année sereinement.

giphy-8

Moi en congé mater, mais je suis la reprise avec les mails et les échanges avec les collègues. Cette fameuse R. nous a envoyé un mail collectif ce matin. Un mail qui propose une réflexion collective et l’inscription à une formation visant la prise en charge des 3ème (enseignement général et SEGPA confondus, j’imagine) au niveau du décrochage scolaire et pour réduire les inégalités scolaires.

giphy-14

Là… Je crois que j’ai failli m’étouffer en lisant le mail. Vraiment ? Inégalités scolaires, euh tu veux parler de quoi exactement ? Tu fais que tu dénigres OUVERTEMENT tes élèves ? Ou bien du fait que tu ne fasses pas correctement ton travail ?  Sincèrement, je ne sais pas s’il faut rire ou pleurer…
Ou alors, elle est amnésique. Je ne vois que ça… Ah et quand je suis venue à la pré-rentrée, elle ne m’a même pas dit bonjour. La meuf en est à ce niveau là quand même. #Politesse…
En attendant, sa formation, elle peut se la carrer là où je pense.

Bisous bisous R.

giphy-7

* Kaarotte, bien bien vénère *

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s