L’accouchement – The story !

Ouais, avant de passer à la suite (Le râlage et les conseils aux jeunes parents tout ça…), je DOIS vous raconter l’accouchement. Si, il le faut, il m’a été réclamé à cor et à cri…

La preuve !!! Hein Océane !! 😉 Le début de la conversation était « t’as pas encore fait d’article pour raconter ton accouchement ».

FullSizeRender.jpg

Comme dirait Florence Foresti : Devant l’hystérie collective, je cède… 😀

Bon alors, je préviens TOUT DE SUITE…

Âmes sensibles s’abstenir !

Mais vraiment. Si tu ne veux pas entendre parler de douleur, de sang, de trucs dégueus, passe ton chemin. Je ne t’en voudrai pas de ne pas lire cet article.

J’avais fait la prépa à la naissance en étant convaincue que j’allais y arriver. (Bon rassurez-vous, j’y suis arrivée.) Mais j’avais the eye of the tiger, genre, j’vais y arriver sans péridurale et comme je me suis bien massé le périnée je n’aurai pas d’épisiotomie.

giphy-error2

AHAHAHAHAHHAHA ! Bon alors y’a un truc qu’il faut savoir : ça ne se passe JAMAIS comme on vous l’a expliqué et ça se passe ENCORE MOINS comme vous l’avez imaginé.

Donc, j’ai pris la péridurale. Ouais. Parce que je suis une chochotte (hein ma caille?? 😀 ) nan en vérité, les contractions c’est cool hein, mais quand

1) tu as impression qu’on t’éviscère,
2) tu veux donner des coups de pied très violemment à la sage femme revêche quand elle te dit de te mettre sur le côté alors que tu sais pertinemment que tu vas vomir…
3) tu vomis,
4) tu as à nouveau l’impression qu’on t’éviscère…
5) tu as encore l’impression qu’on t’éviscère…
6) t’as froid,
7) tu trembles de manière incontrôlée,
8) tu as encore et toujours l’impression qu’on t’éviscère… (en vrai, je ne sais pas ce que c’est une éviscération, mais j’imagine que c’est ça au minimum !)
9) tu pues parce que tu t’es vomi dessus…
Bon je m’arrête là…

Ah oui et les contractions… C’est que du bonheur évidemment hein. C’est de plus en plus rapproché (c’est à dire que tu te remets à peine de la précédente et tu commences à sentir la suivante arriver) et de plus en plus violent sinon, ce ne serait pas drôle !
Bref, j’ai réussi à attendre jusqu’à 7 cm de dilatation (sur 10) avant d’avoir la péridurale.

Point Bonus pour la sage femme (la revêche) qui revient au bout de 10 min en te disant « oooooh elle s’est vomi dessus… ».  J’vais te défoncer la tronche ouais ! 

Bon accessoirement, c’était la nuit, à 2h du matin en arrivant à la maternité, j’étais à 4cm.
J’ai eu la péridurale un peu avant 5h du matin. Donc t’es crevé, tu n’as pas dormi. Et tu as vomi (Je t’ai prévenu que c’était dégueu ?)
La jeune étudiante sage-femme (adorable au possible) m’a accompagnée tout du long, par contre quand elle me répondait « bientôt » à chaque fois que je lui demandais « Il arrive quand l’anesthésiste ? » J’avais envie de lui crier dessus, fort, TRES FORT ! Mais elle m’a dit « vous avez tenu jusque là c’est super, c’est pas tout le monde vous savez ». Bon là… J’avais envie de lui faire des bisous. OUAIS, ÇA VA ! T’es en train d’accoucher, t’as mal, t’as les endorphines et l’adrénaline qui font une battle dans tes veines et ton cerveau alors, tu peux avoir envie de crier et de faire des bisous. TU TE CALMES !

4h40 – L’anesthésiste est donc arrivé. Vous voyez Anthony Kavanagh quand il raconte l’accouchement ? (« Poussez le bébé madame… dans la maiiiin ») ? Bah voilà mon anesthésiste : Black, à 2 à l’heure, ET… QUI NE PREVIENT PAS quand il va piquer. Et les 3 (2 sage-femmes + lui) dans la salle « ne bougez pas…! » NAN MAIS MEEEEEC (et meufs), tu es dans mon dos ! Comment tu veux que je sache que tu vas me piquer et donc comment ne pas sursauter. C’est le B-A BA de la piquouse nan ? A l’école de la piquouse, j’suis sure qu’il y a un cours spécial sur « Vous prévenez le patient que vous allez piquer. » Toute ma grossesse, tous les mois les nanas me prévenaient qu’elles allaient piquer alors que JE LES VOYAIS. Ça permet d’anticiper. OKAY ?
Du coup, vu que t’as mal avec les contractions, qu’elles sont là toutes les minutes à peu près, que tu souffles comme une baleine pour les évacuer (« accompagnez la contraction, c’est bien, soufflez, soufflez bien… » OUAIS JE SAIIIIIIIIIIIIS), et le mec te pique dans le dos sans te prévenir, t’es un peu chafouinette (comprendre, t’as envie de le défoncer et lui épiler les sourcils avec les dents). En plus, ils ont fait sortir ton chéri qui est ton meilleur soutien depuis 4h déjà… Tu as envie donc de crier très fort… Ouais encore. Du coup, tu respires un grand coup et tu dis (le plus calmement possible) à la mignonne sage-femme devant toi « Il suffit juste de prévenir, il est dans mon dos, je ne le vois pas, je ne sursaute pas si je suis prévenue… ».
Ensuite, le mec t’explique le fonctionnement de la pompe et te dit qu’il faut appuyer non stop jusqu’à l’accouchement. EUH ? NON STOP ? N’importe quoi ! C’est une pompe à doser donc tu appuies quand tu sens que la douleur revient. Il repasse 20min après, là tu as chaud, tu es bien, tu l’accueilles forcément avec le sourire… Et puis ton chéri a eu le droit de revenir dans la salle de naissance, donc ça va mieux.
Bon, maintenant, il y a le monito pour le coeur du bébé, celui des contractions (qui se mettent à biper si tu respires un peu trop fort parce qu’ils se décalent d’un cm à peine et donc ne captent plus correctement. Les SF étant prises ailleurs, ça te bipe dans les oreilles à te taper sur le système !!!). Tu as aussi des capteurs pour ton coeur à toi, le brassard de prise de tension (qui se gonfle toutes les 3min), une perfusion eeeet la péridurale… Donc tu ressembles à un tas de câbles… Ah oui et j’avais oublié… Tu auras aussi une sonde urinaire, pour que ta vessie soit vide et la préserver d’un traumatisme au moment des poussées.
Il faut savoir que le jour de la naissance, j’ai veillé 40h… Enfin, j’ai somnolé à peu près 20min à 6h du matin après la pose de la péri. Mais depuis la veille 7h30 j’étais réveillée. Donc à un moment donné, ce sont les nerfs qui tiennent.
La jeune SF m’avait dit que vers 6h35, on allait y aller. A 6h35 pétantes, branle-bas de combat. Et qui je vois débarquer dans la salle de naissance, Elodie (coucou !!) !! La copine qui bosse à la maternité de l’hôpital. C’était cool qu’elle soit là parce que j’avais l’impression d’être en terrain un peu moins inconnu.
40 minutes de poussées, mais je ne sentais pas vraiment l’efficacité des poussées, Alix était très haute et ne s’était pas engagée donc on partait de loin (dixit la SF). Elle a fini par appeler le médecin pour donner un coup de pouce à Alix. Enfin, d’abord elle a passé 5min quasiment à me l’expliquer. J’avais envie de lui dire « MAIS VAS-Y, VA LE CHERCHER !!! » (surtout qu’il allait m’expliquer à nouveau tout ça 5 min après).
Notre nenette a eu le droit à un petit coup de ventouse (œdème pendant 3 semaines quand même…).
Le médecin (qui n’est autre que le chef de service, #laclasse, mon chéri m’a dit ça après…) prénommé Etienne (comme le chéri), a été super ! Hyper pro, délicat, gentil et franchement rassurant. Il nous a expliqué comment on allait procéder et il a fait ça hyper rapidement.
Là on entre dans le côté vétérinaire bovin, donc ne sois pas écoeurée, tu peux encore abandonner la lecture.
Déjà l’entrée de la ventouse… Très sympa. Elle fait un bon 7cm de diamètre, donc même si c’est souple… C’est impressionnant. Et ce qui l’est encore plus, c’est la sensation de descente de ton bébé aspiré par la ventouse. Je peux vous dire qu’à ce moment précis, crevée ou pas, j’ai poussé de toutes mes forces pour éviter à ma petite cocotte d’avoir trop de séquelles. Là on a entendu 2 *clac*. Ouais, épisio. Mais bon. Sinon, elle  ne passait pas.
Bon là, il a réussi à dégager la tête et a donc mis sa main pour dégager les épaules : bruits d’évier qui se vide, d’aspiration dégueue, bref, pas vraiment descriptible mais vraiment chelou.
Il nous la sort et la pose sur mon ventre. Elle était bleue et ne criait pas, un peu de mal au démarrage notre cocotte. Donc elle est allée se faire une petite beauté (comprendre aspiration et petite friction de rigueur !)
Mais là, ce n’est que le début. Si si… Parce que l’accouchement c’est pas fini quand le bébé est sorti hein. Ehhhhh non !

giphy-error

Le médecin récupère ton placenta (un truc flasque et chelou pendu au bout du cordon ombilical), vérifie qu’il est complet, vérifie que ton utérus ne saigne plus. HIIIIIIN (bruit de buzzer). Eh ouais, je n’ai pas eu cette chance. Mon utérus était donc paresseux (comprendre, tu te vides de ton sang). On te passe donc un premier produit dans la perf qui ne fonctionne pas ou pas assez à leur gout (là tu ne comprends pas mais ils s’inquiètent d’une éventuelle hémorragie), et du coup, on te passe un autre produit qui fonctionne (heureusement parce que sinon tu passais en salle d’opération, mais ça non plus tu ne le comprends pas sur le moment). Mais il décide de faire une RU. Tu demandes 3 fois à la SF revêche ce qu’est une RU. Pas de réponse. Tu finis par avoir ta réponse : une révision utérine. Attention, c’est méga gore : Le médecin rentre son bras dans ton petit intérieur jusqu’au coude, SI SI ! Et tu vois ton ventre se soulever, parce qu’il est en train de racler les parois de ton utérus pour vérifier qu’aucun morceau de placenta ne reste (ce qui pourrait causer les pertes sanguines). Là il sort 2 pelletées de caillots sanguins. Tu aperçois ça du coin de l’oeil et il dit « non c’est bon, que des caillots… ». Mmmmmmmm ouais nan, dégueu de chez crade and co. Il te sort des sacs remplis de sang pour les mettre dans la poubelle « sang ». Ouais ils ont ça en salle de naissance…

Et pour terminer, le médecin fait sa jolie couture (intérieure et extérieure ouais ouais… !). Mais à ce moment là tu t’en fous parce que la péridurale fait toujours effet, t’es zen et ton bébé va bien. Bon. T’as la dalle. Parce que techniquement ton repas de la veille au soir, tu l’as vomi. Donc tout ce qui reste dans ton estomac, c’est euh bah rien en fait…
Tu demandes à la sage femme de la relève si tu peux manger un petit truc.
Là il faut que tu saches, petit lecteur, que le corps médical te balade. Au lieu de te dire franco « Madame, je suis désolée, vous avez encore 5h de perf’ donc vous allez rester en salle de naissance pendant 8h après la naissance contre 2h pour les autres accouchements, et malheureusement je ne peux rien vous donner parce qu’on craint que vous ne fassiez une hémorragie et vous devez garder l’estomac vide pour une éventuelle opération. » Mais non. ça c’est quand le corps médical est franc. En fait, on va te balader jusqu’à 10h du matin en te disant « Je vais voir ce que je peux faire ». Quand pour finir, le chéri a regardé la perf à 10h pour te dire « 50ml à 10ml par heure » OK… Il me reste 5h à être ici. Au moins, je savais quand j’allais pouvoir quitter la salle de naissance. Et finalement, je m’en fichais de quitter la salle de naissance à 15h, je voulais juste savoir QUAND, après j’étais détendue.  Etre dans l’attente, c’est relou !! Ouais, je suis un peu control freak…
Et pour la collation… En fait, la sage femme m’a dit 10 fois « Si vous sentez que vous vous endormez on peut mettre votre fille à côté ». J’ai fini par péter un cable être franchement désagréable en lui disant « Je ne risque pas de m’endormir vu comme j’ai faim… ». Et j’ai fini par obtenir une collation à 11h un jus d’orange, un yaourt et une compote après avoir essuyé 25 « je vais voir ce que je peux faire ». VICTOIIIIRE ! Bon… 1h après j’avais encore faim mais bon… J’étais au chaud, avec ma fille sur moi. J’avais envoyé Etienne se reposer à la maison (vu que j’allais rester là jusque 15h…). J’allais être au calme. EEEEEEEET Non… Bah non, sinon ce ne serait pas drôle ! C’était sans compter la sage femme qui passe tous les quarts d’heure pour vérifier ta tension et te défoncer le bide t’appuyer hyper fort sur l’utérus pour vérifier que tu ne saignes plus. Mais en fait, elle t’appuie tellement fort sur le ventre que ça fait plus mal qu’une contraction… Si si. Et va s’excuser… une fois, une seule fucking fois au bout de 10 fois où elle te défonce. Et j’ai su que ce n’était pas normal d’avoir aussi mal, quand en chambre, une autre sage-femme m’a auscultée de la même manière mais beaucoup plus délicatement. Mais l’arrivée en chambre et la suite ce sera pour un autre article… Parce que 2200 mots, #lassomoir #kaarotteracontesonaccouchement

Teudaaaaah !

Bon en vérité, le plus important c’est qu’Alix aille bien, je vais bien, j’ai eu le meilleur des soutiens en la présence de mon amoureux. Alors oui, c’est moyen drôle tout ce que tu viens de lire… Mais on est à la maison, Alix a 3 semaines aujourd’hui !! Joyeux semainiversaire baby !

*Kaarotte-raconte-la-boucherie*

Publicités

3 réflexions sur “L’accouchement – The story !

  1. Je l’attendais grave ton expérience lol bon bah bébé arrêtait pas de bouger qu je te lisais lol j’espère à avoir juste à éternuer pour qu’il sorte 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s