Post-Partum : Le retour à la maison

Avertissement, y’a encore des trucs crades à base de sang etc…

La suite de la suite de la suite !

Les sage-femmes étaient pas super chaudes pour me laisser sortir donc elles m’ont dit que ce n’était pas possible de voir la pédiatre pour Alix avant le lundi (pour rappel j’ai accouché le jeudi matin.)
Le dimanche, à la pesée, l’aide soignante me dit « mais… bien sur que si on peut voir la pédiatre ! Vous voulez sortir ? ». Et on a vu la pédiatre l’après-midi même, on a donc eu notre autorisation de sortir.

Ça fait un peu peur. Quitter le cocon. Plus de conseils à la sonnette. Plus de repas qui arrivent direct dans ta chambre.
Mais de l’autre côté de la balance : la maison, le confort, les allers-retours qui s’arrêtent pour le chéri (parce que c’est un peu fatigant quand même.)

Mais ouiiiiii ! On rentre à la maison.
Bon. l’étape n°1 c’est installer Alix dans le siège auto. Il est top, pivotant à 360°, hyper simple d’utilisation sauuuuuf la première fois, quand tu dois comprendre comment desserrer les sangles. Evidemment, il s’est mis à pleuvoir monstrueusement juste quand on devait sortir. Le chéri s’est donc garé sur les places des médecins… 😀 ahah. Mais ON A REUSSI au bout de 20min, mais on a réussi !!!

Bref on rentre. Et là psychologiquement c’est violent. J’étais complètement partagée. Hyper heureuse de rentrer et tellement triste d’avoir quitté la maternité. Je ne veux pas faire de peine à mon chéri qui est super heureux qu’on rentre tous ensemble.
A la maternité, dans notre chambre, c’était juste notre odeur, notre confort, notre bien être. J’avais juste à tendre le bras pour atteindre ce dont j’avais besoin. A la maison, ça sent la caisse du chat, les cartons pas encore défaits, le bordel ambiant qui te sort par les yeux… La maison est dans son jus, elle est restée comme tu l’as laissée en partant à la mater. Sauf qu’entre temps, ta vie a complètement changé. Tout est différent.
Le soir, tu fonds en larmes devant un chéri désemparé qui est allé te chercher de la comfort food pour te faire plaisir et fêter la sortie de la maternité. T’as même plus faim. Et tu te sens nulle de ressentir ça et de faire de la peine à ton chéri.
Les hormones… C’est compliqué. Et la chute d’hormones… C’est violent. Comme dit Florence Foresti « Baby blues ? non Johnny il a le blues, toi tu fais une dépression post partum ». Comprendre ici que tu chiales H24 et pour rien. Tu ris aussi. Mais tu pleures à nouveaux 15 secondes plus tard.
T’as pas envie d’être seule, mais tu n’as envie de voir personne (surtout dans ta maison en bordel…).

Une demi-heure après l’arrivée dans la maison, tu te dis qu’il faut installer les petites affaires d’Alix, lui faire prendre sa place dans la maison, installer son petit lit comme il faut à côté du notre.
Les premiers jours, je n’étais bien que dans notre chambre, dans notre lit. J’avais l’impression qu’il me fallait recréer le confort de la chambre de maternité. Et puis au fur et à mesure, l’angoisse s’est dissipée. Mais un énorme sentiment de solitude m’a envahie. Il se dissipe lui aussi, mais je regarde quand même la pendule en attendant l’heure du retour du travail du chéri. Depuis vendredi, il est en congé paternité. 2 semaines ensemble ! Ça fait du bien !!!

Bon, ce qui n’aide pas, c’est tout l’inconfort physique et, il ne faut pas se le cacher, les douleurs et le mal-être que tu ressens en post-partum.

Déjà :

  1. tu perds du sang. Et si tu es comme moi, tu en perds beaucoup… donc tu es anémiée, donc à plat…
  2. tu as mal au périnée, parce que dans ta chambre de maternité, tu ne bougeais pas, ou très peu. Chez toi, pour aller à la douche tu changes de pièce voire d’étage. Tu as le bord de la baignoire à enjamber, tu fais des lessives parce que tu as besoin de propreté.
  3. tu n’as plus le petit jet pour t’irriguer le périnée post-miction !!!! (Nan mais en vrai… Ça m’a manqué !!!)
  4. tu as mal au ventre parce que ton utérus reprend sa place.
  5. il se peut (on n’est pas toutes égales) que tu perdes des caillots monstrueux. Le dernier en date était quasiment un bout de viande (comme dit Yolaine), de la taille du creux de la paume de ma main…
  6. t’as mal aux seins avec la montée de lait, limite ça s’engorge…
  7. Ttu positionnes mal ton bébé au sein parce que tu es une novice, mais tu ne sais pas  que tu positionnes mal ton bébé donc tu te créés des crevasses affreuses…

 

Donc en résumé… Du saaaaang du sang partouuuuut ! Des larmes, du vide.
Mais aussi et surtout…
BEAUCOUP, BEAUCOUP d’amour ! Ton bébé, ton chéri, c’est du débordement d’amour.

J’ai attendu pour rédiger ces articles. Parce que j’aurais été très (trop) sombre, et finalement incapable de les écrire sans pleurer.

En tous cas, ça passe. Ça va mieux, et ça ira de mieux en mieux.
J’aurais aimé savoir que ce serait plus difficile de rentrer à la maison que de donner naissance à notre nenette.

 

*Kaarotte et Alix sont rentrées à la maison*

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s