Les profs qui marquent

En positif ou en négatif, on garde toujours un souvenir de certains profs.

En Allemagne,  j’ai habité 3 ans à Berlin, j’étais en école française.

Mon maître de CE1, Monsieur Lefort, avec un nez rouge d’alcoolique ou de clown à choisir ! À 6/7ans Tu penches pour le clown. Il était réputé comme étant le plus sévère de l’école. Il ne m’avait pas fallu 10min pour le faire rigoler en classe… il paraît que je faisais le clown même punie debout à son bureau…

Ce maître avait du génie. Il nous emmenait en forêt ramasser des châtaignes et des marrons, nous a appris à sauter par dessus un ruisseau, à reconnaître les feuilles des arbres. Il nous faisait écouter la Moldau en travaillant. On sortait les tables sur la terrasse de la classe quand il faisait soleil. Le vrai maître qui t’apprend à aimer apprendre et à aimer l’école. J’ai appris plus tard que son fils s’était suicidé. J’étais tellement triste pour lui 😦

Monsieur Rault, mon maître de cm1 qui était un gros psychopatherigide, qui nous faisait classe en amphi (à 9 ans… oui oui…) Et dire que j’avais changé de classe pour aller rejoindre la fille d’un collègue de mon père qui pleurait d’être toute seule. Mais bref ce maître ne m’aura laissé que de l’angoisse… tout le contraire de mon maître de CE1.

Le collège… alors là il y a du lourd…

À commencer par la prof d’allemand que j’ai eue pendant 4 ans (Germaniste LV1 poweeeer) donc difficile de ne pas s’en souvenir… Frau Asselin. Cette peau de vache ne mettait pas de note au dessus de 14. (Là tu vois le sketch d’Elie Kakou… « 20… Ça nexiiiiste pas. 19 c’est pour la mère supérieure, 18 c’est pour moi, à partir de 15 c’est pour vous. La meilleure note est 8 ! ») elle était cinglée… À l’entrée en 6ème, j’étais bilingue mais elle me flinguait sur l’orthographe en allemand parce que c’était « impossible d’être aussi bonne à l’oral et d’avoir une si piètre orthographe allemande… » bah si connaxxe… ayant habité 3 ans en Allemagne et en ayant fait 1h le langue orale allemande par jour. J’étais bilingue, mais on n’écrivait rien ! J’ai d’ailleurs récupéré cet écart en un trimestre… comme quoi ! Avec ma copine Aurélie, toujours en 6ème, on avait calculé, la prof accompagnait le voyage linguistique en Allemagne 1 an sur 2 et le voyage était l’année de 4ème. Notre année de 6ème elle n’était pas partie donc… on ne l’aurait pas en Allemagne avec nous ! Jubilation intense ! Mais elle nous avait donné un planning ahurissant de boulot quotidien, même sans être là, elle nous faisait suer… Frau Asselin, je me souviens encore de tes 40 expressions idiomatiques allemandes à trouver durant le voyage. « Oh c’est rien ça fait à peine plus de 2 par jour… »

Après il y a eu ma prof d’histoire géo de 6ème et 4ème (ouais… dans ma grande chance je me la suis coltinée 2ans. Ça paraît toujours trop long quand c’est des profs qu’on n’aime pas et trop court à l’inverse). Mme Vernon. Bon alors déjà, elle avait 1000 ans au moins. Des petits yeux clairs perçants et les rides des plis de la bouche. Genre Teal’c dans stargate.

tealc

Elle avait toujours la même coiffure en chignon bombé de cheveux filasses (ceux des mamies qui utilisaient de la Elnett depuis 45ans déjà… Un peu à la Tatie Danielle quand j’y repense). Elle était stricte au point de vouloir qu’on apprenne par coeur les définitions de géographie au mot près. À un contrôle de vocabulaire elle m’avait collé 3/20 parce qu’à péninsule je n’avais pas écrit « bande de terre qui s’avance dans la mer » et idem pour isthme, détroit etc… (ouais 23ans plus tard je m’en souviens encore).
Je l’avais humiliée sans le savoir au premier trimestre de 6ème. On parlait des égyptiens et le grand classique des manuels d’histoire géo est de montrer le buste de nephertiti. La prof « moiiii quand je l’ai vu au musée égyptien de Berlin, à Berlin Ouest. euh madame, excusez moi Mais Le musée égyptien est à Berlin Est. Ah non non non j’y suis allée, je sais très bien ce que je dis… Moi aussi j’y suis allée madame, Jai habité Berlin pendant 3 ans. Et il est à Berlin Est. Non tu te trompes. Il est à Berlin ouest.
Moi petite ingénue, tenir tête une prof avec 40ans de carrière derrière elle… Je rentre à la maison :
« Papa ? Le musée égyptien il est bien à Berlin Est ?!
– Oui oui. Pourquoi ? ».
Je lui raconte.
Qu’à cela ne tienne, il me sort le catalogue du musée pour vérifier. Je le lui ai apporté au cours suivant. #humiliation #hontedesalife

Bah ouais ma grosse… fallait pas me chauffer hein. Même à 11ans ! Non en vérité, je ne concevait pas que la prof puisse se tromper, puisqu’elle représentait le grand magistère ou bien c’était juste les prémices de mon aptitude à ne pas me démonter quand je suis sure d’avoir raison (communément appelé « la chiantise ») 😀 !
Bref une connasse sans nom mais qui m’a appris à faire des cartes de géo propres comme un sou neuf avec les noms calibrés et tous écrits dans le même sens (possible que ça m’ait rapporté des points au bac) !

Et puis, il y a eu M. Arrivé en français 4ème et 3ème. C’est lui qui m’a fait découvrir Pennac et Luchini. Pour Pennac, il m’a dit « Tu devrais lire au bonheur des ogres je pense que ça te plairait! » Et dire que 20ans plus tard je les avais tous lus 3 ou 4 fois, je les avais tous dans ma bibliothèque et je faisais signer son livre à Monsieur Daniel Pennac après l’avoir vu sur scène… !
Il était énorme ce prof ! Il avait un gros symboleanarchie sur la couverture de son agenda et c’était écrit en gros « VACS » sur les periodes de vacances, comme un collégien quoi !

De mon œil de collégienne, ce n’était pas possible qu’un adulte fasse ça. Maintenant que je suis prof, évidemment que ça me paraît tout à fait normal !! Je repense toujours à ce prof quand mes élèves me disent « Han madame vous avez marqué les vacances en gros au fluo dans votre agenda » bah oui, moi aussi j’ai hâte aux vacances !!! Ce prof m’a appris la rigueur en français, les résumés où il fallait compter et noter le nombre de mots (il recomptait… Il n’avait que ça à faire de ses week-ends le psychopathe !!!). Et pendant ces 2 années j’étais assise à côté de Matthieu Cavaillé (juste avant moi dans l’ordre alphabétique) parce que oui, le prof nous avait placé en ordre alphabétique… Il rendait les copies en ordre croissant de notes, et lançait des « Monsieur Cavaillé vole à 1 ! » en balançant la copie. Il notait les dictées en points négatifs en dessous de 0 pour que les moins bons aient l’impression de progresser quand même. Il disait : « 0 c’est 0, mais quand on passe de -40 à -20 c’est toujours 0 mais vous savez que vous avez fait des progrès ». Ce qui n’est pas complètement idiot comme raisonnement au fond… Avec lui j’ai lu tous les Rougon-Macquard, je me suis passionnée pour Germinal, et j’ai pleuré en lisant À l’ouest rien de nouveau. On a aussi lu Les Ritals dans lequel Cavanna raconte comment il a perdu son pucelage. C’était une lecture qu’il nous avait donnée pendant les vacances avec le contrôle à la rentrée. Les petites poufs de la classe avaient montré ça à leur mère qui avaient fait un scandale au collège. Résultat, le prof avait abandonné l’étude du roman. Il nous avait donné les questions du contrôle pour nous  dégoûter en nous montrant qu’il était facile. Mais en représailles, vu que c’était lui qui animait le club audiovisuel et le club théâtre, il avait viré les gamines de ces 2 clubs ! BIM ! l’explication a été simple et collective devant toute la classe « C’est arbitraire et dégueulasse, comme l’intervention de vos parents. Alors si quelqu’un a quelque chose à dire… Pas de problème. J’attends ! » Gros silence de mort. Et on n’en a plus jamais entendu parler !

Après, on avait les grands classique : Mme Ecalle la prof de maths qui puait tellement de la goule que le papier peint en tombait des murs, elle était tellement vieille qu’elle doit être morte maintenant la pauvre. Elle mettait tout le temps les mêmes fringues.

M. Chambon le prof de maths gay comme un pinson et tellement adorable !

Mon prof de maths de 4ème aussi qui était une tête de bois anti-informatique et remplissait ses bulletins à la main au stylo bille bleu alors que tous les autres profs remplissaient à l’informatique. Ça faisait classe sur le bulletin…

J’ai aussi eu une prof de SVT complètement allumée, Mme Vialle il me semble, qui m’a fait adorer cette matière. Les volcans, la tectonique des plaques, le caryotype. Plusieurs mômes de la classe étaient de gros cons avec elle et faisaient tout pour lui faire péter un cable. Une fois, ils avaient fait gicler leurs stylos plumes dans le dos de sa blouse blanche. Le cours d’après, elle avait attendu toute l’heure qu’ils se dénoncent. Personne ne s’était dénoncé alors elle avait pointé au hasard sur la liste d’appel celui ou celle qui allait devoir lui laver sa blouse et c’était tombé sur Élise, ma coéquipière de voile (qui bien évidemment n’avait rien à voir dans l’histoire…).

Au lycée, j’ai passé 2 ans à La Réunion, j’ai eu beaucoup de super profs, M. Armand, mon prof de français et latin… un beaugosse dragueur mais qui a récemment reçu les palmes académiques !! Ce prof était trop cool. Il allait se chercher des cafés et draguer les nanas de la vie scolaire en nous laissant des thèmes ou des versions à faire en classe.

garum-puellae

C’est lui au centre de la photo, le jour du carnaval, avec la perruque de je ne sais plus laquelle de nous (Zaza ?) et avec mon boa (j’étais déguisée en femme des années folles !). La classe du prof ! Et mes copines Graziella, Damia, Sylvie et Zalifa et le seul garçon qui faisait du latin avec nous, Jérôme (le pauvre). Les filles… Cet été ça fera 20ans qu’on se connait…

Il y avait, mon prof d’histoire de seconde qui ne me croyait pas capable de bavarder et écouter en même temps. Un jour, il me chope à bavarder avec ma voisine d’histoire, Isabelle (coucou Isa !!) et me demande de répéter ce qu’il venait de dire. J’ai répété mot pour mot. Il était écœuré (et un peu amusé aussi…) et Isabelle morte de rire !

En LV2 anglais, en seconde, M. Marie-Françoise (un sosie de George Michael extra !!) qui nous accrochait en nous parlant des chansons qu’on aimait. Par exemple, une fois il nous avait fait marrer en nous demandant si on savait à quoi faisait référence le « it » dans la chanson « i like to move it » hum hum…

Il y avait quelques profs nazes aussi comme partout. Mme Blanc prof de maths qui s’habillait toujours en blanc. 1er jour de cours : « Bonjour je suis madame Blanc » geste qui accompagne la parole en montrant sa tenue. Ok… 2ème phrase « moi j’ai pas demandé à avoir les premières L. J’aime pas les littéraires donc il va falloir cohabiter. » Oooookkkkkkk… année de merde en maths… Avec les copines, on imaginait qu’elle s’habillait en blanc pour se confondre avec les murs en mode espion de César et venir regarder par dessus notre épaule pendant les contrôles.

Mme Oudot, la prof d’allemand dont j’ai parlé dans un précédent article, qui était obèse et à qui on avait donné une salle au 2ème étage. On la voyait arriver du parking des profs qui était au niveau -1. Elle arrivait déjà à la bourre mais le temps qu’elle monte… On passait par les coursives opposées, on descendait à la vie scolaire, « Non non elle n’est pas absente, remontez elle va arriver ». On remontait, entre temps, elle était descendue pour dire que ses élèves n’étaient pas là. On l’attendait en haut. Bref 25min de perdues ! Joie ! On lui faisait le coup régulièrement…  Après l’épisode de mon 8 de moyenne, mon père était allée la voir pour lui demander les évaluations qui justifiaient une telle moyenne et bizarrement j’avais eu 17 de moyenne au 2ème trimestre… Bref, un soir, coup de fil à la maison « Caro, c’est pour toi ! ». La prof d’allemand qui m’appelle chez moi pour me demander de rappeler à mes camarades de bien avoir leur livre le jeudi suivant vu qu’elle est inspectée. Ah bah alors là ma cocotte, t’as pas choisi le bon pigeon ! En temps normal je l’aurais fait, mais là le 8 de moyenne, il avait du mal à passer… Du coup le jeudi suivant personne n’avait son manuel. Bah attends… Souviens-toi du vase de Soissons !

Mme Antoir qu’on surnommait Antonnoir qui passait son temps à interpeler les 5 pauvres latinistes que nous étions dans son cours parce que madame aurait du choisir lettres classiques et pas lettres modernes, qu’elle regrettait… Elle passait la moitié de ses cours à nous le raconter. « Les latinistes, HIC ET NUNC, les latinistes ??? Alors ? Hic et nunc, ICI et MAINTENANT Voyoooons !!! » Nous on s’en fichait totalement ! Mais surtout elle passait son temps à alpaguer notre prof de latin (et le draguait ouvertement) pour lui dire de nous faire travailler ci ou ça parce qu’elle avait besoin de nous en soutien dans son cours de français… Mais sérieusement, trouve un autre prétexte si tu veux parler avec le beaugosse hein ! 😀

En terminale, j’ai eu des célébrités aussi ! J’étais rentrée en métropole. Notre prof de philo était limite flippant, lunettes moulées à son visage, bave au coin de la bouche. Monsieur Tanguy. Yvon. Entre nous, on l’appelait Yvon. Mais il était tellement gentil. On avait une certaine tendresse pour lui. Des fois avec ma copine Sandra, on s’ennuyait alors on faisait de l’origami dans son cours. Au lieu de nous pourrir, il venait les chercher sur notre table et les alignait sur son bureau sans rien dire. Et la meilleure prof c’était Mme Blon. Une toute petite bonne femme, avec une voix nasillarde et aiguë à la Edith Piaf. D’ailleurs elle lui ressemblait un peu physiquement ! Une fois, je l’imitais dans la queue du self pour faire marrer les copines « Alors… Les allemands… ». Evidemment,elle est arrivée derrière moi ! Elle a rigolé et m’a dit : « Très bonne imitation ! ». Extra !

Ci dessous, au centre, le prof de philo trop heureux qu’on lui ait demandé de venir sur notre photo (il était rentré mettre une belle chemise !!!), et la prof d’histoire à sa gauche.

photo-classe

Mais on l’aimait bien notre Yvon ! Tu notes que j’avais une certaine propension à mettre mon boa autour des cous des profs LOL !! (Ouais, c’était l’année d’après, encore à mardi gras et je m’étais déguisée pareil. J’avais changé de lycée ! Le recyclage de costume est permis hein.)

tanguy.jpg

Je passe sur le prof de lettres qui ne faisait cours que pour 2 ou 3 élèves (2h le lundi matin 8h 10h. Pour analyser du Raymond Queneau… Dur…) et sur la prof de maths qui avait les 2 Term L en même temps, donc 60 élèves le lundi matin de 10h à 12h donc 60 lycéens qui se racontaient leur week-end plutôt que de l’écouter (hein Sandra !!!). Une fois, elle a même quitté le cours en hurlant qu’elle était un être humain… La pauvre, rétrospectivement, on était des petits cons (même si j’ai toujours fait mes devoirs de maths! ahah).

Bref, si par le plus grand des hasards ces profs passent par là. N’hésitez pas, ça me ferait plaisir d’échanger.

 Et vous ? Vous vous souvenez de vos profs ?!

*Kaarotte*

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s