Post-partum : The cicatrice

Attention, article plus gore qu’un halloween dégueulasse. Ça va causer trou, points, fils, suture, fistule et autres kystes…

Instant histoire : Notre bon roi louis croix bâton vé (ouais Louis XIV quoi…) aurait pu mourir des suites d’une fistule s’il n’avait pas fait confiance à son chirurgien. Ouais. C’est sale. Et oui… Il y a un article entier de wikidlamort sur la fistule anale de louis XIV. Si. CLIC si tu l’oses

Bref. Pourquoi je te raconte ça ? Tu vas savoir. Ou peut-être ne veux-tu pas savoir ? En tous cas moi j’aurais aimé savoir, et franchement, si j’étais tombée sur un article comme ça, ça m’aurait soulagée d’un certain stress.

giphy

Nous sommes 4 semaines après la naissance de la cocotte, donc 4 semaines après les points de l’épisio… Tu te souviens que le médecin il a fait « clac, clac » à mon p’tit minou pour faire sortir la nenette ?
Je ne sais plus si je l’ai déjà dit ici… mais chez nous les Clarbeese on fait des cicatrices de merde. Donc, qui disait épisio, disait cicatrice (de merde… comment ça je suis redondante ?) donc méga psycho-surveillance de la mort qui kill !
Tous les jours, je fais mes soins, lavage soigneux de la-dite zone du crime, séchage consciencieux (en tapotant et plus au sèche-cheveux) et observation avec méga miroir grossissant de chez IKEA. Tu sais celui qui te fait voir tes points noirs comme si c’étaient des pépites de chocolat sur un cookie ? Alors imagine ta ouachacha en gros plan. Là il faut que tu aies une bonne estime de toi, voir son fondement en gros plan, ça s’assume hein, clairement.
Je t’épargne la position de ouf ? Allez non, c’est marrant (et puis vus les derniers articles, sincèrement, on n’est plus à ça près). Donc : un pied sur le rebord de la baignoire, l’autre au sol, le miroir sous la zone périnée-chattale et une légère inclinaison du dos dite « courbure à la quasimodo » pour observer l’origine du monde. Ouais c’est un tantinet cocasse (expression des années 80, j’assume, je suis de la génération Y) ! Bref, tous les jours je répète l’opération depuis 4 semaines. Le week-end dernier je sens un tiraillement après un passage au toilettes. Observation. Y’a un p’tit trou. Vraiment tout p’tit. Mais tu en conviens, petit lecteur, qu’un p’tit trou -en plus des autres- (blague de mon père, ouais…) à cet endroit là, c’est pas tout à fait normal. J’appelle le doc lundi, 1er novembre oblige, pas de rdv avant mercredi. Entre lundi et mercredi, la … chose avait creusé un tantinet (genre doublé de taille trouesque), assez pour me faire flipper un p’tit peu quand même !
J’avais consulté l’oracle (aka belle-maman qui est sage-femme). Elle m’avait dit « Ça arrive avec les points résorbables, c’est pas grave, ça va se refermer. Pas d’inquiétude, sauf si fièvre ou douleurs. »
J’avais déjà booké mon rdv chez le doc : « Ah ouais quand même… » ok… Par précaution, il m’envoie aux urgences gynéco. Arriver aux urgences avec un mot du docteur, c’est comme sortir de classe avec un mot du dirlo. Limite t’es fière.
La gynéco, méga rassurante (pas d’ironie pour une fois). TOUT VA BIEN. C’est propre en profondeur et comme il faut. Elle a vérifié dedans. (Sache MAMOIZ’L lectrice, du moment où tu es enceinte, ta chatte et son accès ne t’appartiennent plus vraiment dès lors que tu es face au corps médical et donc deviennent portes ouvertes…). Je reprends donc, elle vérifie à l’intérieur au cas où il y aurait un fil qui se baladerait dedans pépouze (ouais les fils résorbants font ça hein, ils peuvent se balader pépouze dans ta petite intimité !). Bon bref, elle t’explique que ça arrive, qu’il y avait probablement un petit kyste qui se serait soulagé tout seul sans que tu ne le sentes (le coquinou) et qui aurait laissé un p’tit trou communément appelé une FISTULE. (Note pour plus tard, ne PAS taper fistule dans google images. NON. Stop. Ne le fais pas. Point.)
Bon alors toi tu es donc les pattes en l’air dans les étriers, fesses-nues devant la gynéco et on te parle de kyste, fistule, trou, fils, tout ça en t’auscultant.

giphy-ahhhhh

LA bonne nouvelle : y’a pas besoin de points.
L’autre bonne nouvelle : ça devrait se résorber tout seul.
Bref il faut juste surveiller.

giphy-creep

Conclusion : En qualité chattale, toujours faire confiance à l’oracle. Elle SAIT !

EH, sinon ! Vous êtes contents que le 100ème article du blog parle de fistule ?
Nous oui en tous cas !!! 😀 

HAPPY 100ème !!! 

giphy-100

*Kaarotte-aka-fistulegirl*

DIY – Nid d’ange

Bon. J’avoue que je suis à bloc couture en ce moment. Y’a autres d’articles de ralage et tout qui arrivent promis !! ahah.

En bonne fan de couture, je suis abonnée à 2/3 pages intéressantes, notamment sur Facebook. J’aime beaucoup, l’étoile de coton. Ces nanas (y’a ptêtre des garçons j’ai pas creusé…) sont extras ! Elles partagent des tutos tip top et des patrons gratuits.
Alors évidemment, tu ne les utilises pas à des fins commerciales, ça me parait plus que normal, mais quand tu veux faire pour toi, ou pour un cadeau, c’est vraiment excellent.

Donc allez-y : Cliquez c’est bon pour ce que vous avez !! 
Elles ont une mercerie aussi et donc des pages Facebook, etc… Non cet article n’est pas sponsorisé, c’est juste pour remercier le travail de ouf que certaines font pour que le petit monde de la couture sur l’internet mondial fonctionne et partage !

Bon bref, il commence quand cet article ?? Ça vient !

Le début se passe ici : TU CLIQUES, tu télécharges, tu imprimes le modèle de ton choix.
Et c’est parti !!!

Pour moi, ce sera du tissu molletonné, et des tissus orange et gris plus 1 à motifs.

nidange1

(dédicace à vaïvaï, les tongs en arrière plan 😉 )

nidange2

Bon j’ai choisi la simplicité comme d’hab, j’ai choisi 3 tissus différents. Donc un peu plus de boulot. Il suffit d’un peu de concentration et de logique. (retourner le tissu, bien positionner le patron et ça roule !)

nidange3

J’ai souvent droit à un peu d’aide pendant ma couture ! Mais ce n’est pas une condition sine qua non pour réussir hein !

nidange4

L’idée c’est de suivre le pas à pas. Petit conseil, prenez bien le temps de vous en imprégner et d’assimiler les étapes. Pour le nid d’ange, ça reste abordable mais parfois certains modèles sont plus compliqués.

nidange8

nidange5

nidange6

J’avoue que le petit détail du fil de couleur assorti au tissu, j’aime 😀

nidange7

Bon il est un peu petit pour moi mais… Ça passe.

nidange11

Pliage, et positionnement des pressions.

nidange9

Bon, ok, des pressions, j’en ai quelques unes. J’ai commandé sur aliexpress. Des rondes, des coeurs et des étoiles. Ça m’éclate ! Et j’aime bien, ça rajoute une petite touche personnalisée.
Pour poser une pression en milieu de tissu, j’ai suivi les conseils de c’est la nuit dehors.

nidange12

TEUDAAAAAAH 😀

nidange10

*Kaarotte-couturière*

DIY – Petits carrés de cotons lavables

Les petits tutos de Caro 🙂

Pour la toilette, pour les petits soins, pour se démaquiller, etc… Et surtout pour arrêter d’acheter des paquets de cotons à bloc.

D’abord, le choix des tissus coton et éponge. Ce qui est sympa, c’est comme la quantité de tissu n’est pas nécessairement grande, tu peux le faire avec de la récup’, des chutes de tissu éponge, des vieilles serviettes dont tu ne veux plus. Le tout étant que les accords de couleurs te plaisent. En général, j’aime bien voir en magasin de tissu, les chutes qu’ils vendent à prix cassés. Tu te dis que tu ne peux rien faire avec, alors que si finalement.
Je privilégie du tissu éponge mais ma caille en a déjà fait avec de la polaire, ce qui peut être plus doux pour le démaquillage.

Puis la découpe. Pour des petits carrés de toilette, n’hésite pas à prendre assez grand, pour les carrés pour bébé je prends facilement 15cm. La couture « mange » facilement un cm de chaque coté.
Pour des carrés à démaquiller, une petite dizaine de cm de large, c’est suffisant.

carres1

Positionne envers contre envers (tu peux épingler, moi je ne trouve pas utile de le faire le coton accroche bien sur le tissu éponge.)

carres2

Coudre tout le tour, en laissant un espace pour retourner les tissus ensuite (flèche orange).

carres3

Couper les angles et éventuellement le surplus de tissu au delà de la couture pour éviter un bourrelet par la suite.

carres4

Ensuite, il faut retourner et bien déplier les angles.
Commence une couture à quelques millimètres du bord à partir du petit espace que tu as laissé pour retourner en pensant à bien rentrer le tissu à l’intérieur.

carres5

Le pied de la machine à coudre peut normalement suffire pour maintenir fermé, mais si tu n’es pas à l’aise, tu peux maintenir l’ouverture (enfin la fermeture d’ailleurs) avec des épingles.

carres6

Ensuite, pour masquer la couture et pour donner un aspect plus fini, il faut coudre tout le tour. A cette étape, on peut aussi faire un zigzag. Personnellement, je trouve que ce n’est pas forcément nécessaire et ça consomme du fil.

carres7

Et voilà  ! Le secret étant de rester bien régulier dans sa couture pour avoir un aspect nickel dans la finition.

carres8carres9

J’en ai quelques autres en préparation avec différents choix de tissus coton et éponge, je les posterai surement plus tard 😉

 

*Kaarotte-couturière*

 

Après le matelas à langer, voici le matelas à langer nomade !

Un matelas à langer nomade, c’est quand même bien pratique dans le sac à langer. Oui on peut toujours sortir la serviette de bain, on peut toujours faire avec du secours. Mais on peut aussi avoir un truc trop mignon fait soi-même. Quand en plus c’est pratique, je ne vais pas vous faire un dessin 😉

Comme toute bonne couturière, j’ai fait 2/3 recherches sur internet, et j’ai trouvé ce tuto très bien expliqué sur le blog de « Les idées plein la tête de Florette »  >> CLIC
Alors je n’allais pas m’embêter plus loin. Tout est expliqué, les fournitures nécessaires et les explications de coupe etc…

Voilà le mien.

IMG_6427IMG_6428IMG_6429IMG_6430

 

J’ai utilisé du tissu molletonné à pois  et 2 types de tissu éponge différents pour l’esthétique. J’ai utilisé des pressions KAM plutôt que des métalliques ou un bouton avec une boutonnière parce que le métal ça fait mal (et ça rime), je préfère l’esthétique des pressions 🙂 et j’ai pu mettre un peu de couleur…

PS : psssst c’est le 80ème article !!!

*kaarotte-couturière*

Coudre son matelas à langer

J’en avais fait un il y a 3 ans pour mon filleul avec de la ouatine au milieu qui s’est tassée au fil des mois. Donc nouvelle expérience, améliorons notre création.

Les fournitures :

  • De la toile cirée d’une largeur de 60cm (en général elles sont en 140cm de long).
  • Un morceau de mousse de 2,5cm d’épaisseur (moi j’en ai superposé 2, même si une épaisseur suffit, j’ai envie de moelleux et d’un matelas bien bombé pour notre cocotte). La dimension dépendra de la forme que tu donneras à ton matelas et de ton arrondi.
  • De la bourre à coussin, environ 500/600g
  • Du fil assorti à la couleur de ta toile cirée.

 

Les avantages de faire son matelas soi-même :

  • Tu peux choisir ta toile cirée
  • Ça coute moins cher en rapport qualité-prix (évidemment tu as toujours des matelas gonflables à 5 balles chez Ikea, mais des beaux, épais, solides avec un motif qui te plait, on arrive tout de suite à 40€…) : ici, 5 € de toile cirée, 3€ de bourre, 3 ou 4€ de mousse.  Donc pour environ 12 €, on a un matelas vraiment à son goût.
  • Sans compter la satisfaction d’avoir fait le travail soi-même, mais ça, c’est à chaque couture !!

En premier lieu, je plie la toile cirée sur l’envers et je dessine mon arrondi au crayon à papier ou à la craie. Je recoupe les arrondis du haut (en rose ci-dessous).

 

matelas-langer-etape00

Ici, j’ai laissé 14cm à partir du bord de chaque coté du matelas (en jaune ci-dessus).
En orange, la forme définitive.

Je laisse une marge de 1 cm et je couds l’extérieur sur l’envers en prenant soin de démarrer ma couture à 3 bons cm du bord en bas (pour replier la toile en toute dernière étape.)

Je pique tout du long de mon tracé sans fil sur l’envers en point large (oui votre machine peut faire ça !) Ça donne un marquage sur l’endroit et ça évite d’écrire au feutre et salir la toile de l’endroit.

matelas-langer-etape1

Je retourne et je déplie bien les arrondis. Au besoin, tu peux entailler les angles des arrondis pour bien retourner si ta toile cirée est épaisse.

Je couds le long de mon marquage en prenant soin à nouveau de démarrer à 3 cm du bord (toujours pour la couture finale).

matelas-langer-etape2

Je découpe et je glisse ma mousse à l’intérieur. C’est un peu musclé comme étape parce que l’envers de la toile cirée ne glisse pas du tout donc il faut rivaliser de pliage et d’enfilage de bras dans la toile pour bien placer sa mousse.

matelas-langer-etape3

Je positionne bien ma mousse (surtout dans les coins en haut) et je place le bombé comme je le souhaite.

matelas-langer-etape4-a

Je bourre le boudin extérieur avec la bourre à coussin. J’utilise un manche à balai pour bien pousser la bourre dans le haut.

matelas-langer-etape4-bis

Je rectifie la découpe de la mousse dans le bas. Pense à la couture du repli du bas, donc n’hésite pas à recouper pour te laisser de l’aisance à la couture. Coudre 4 épaisseurs de toile cirée avec le poids du matelas sur la gauche et l’épaisseur de la mousse qui va incontestablement te gêner, même si on épingle, c’est une histoire de gros mots à un moment donné… (si si… promis des fois, j’en dis en cousant !!).

matelas-langer-etape5

Je pince en repliant et j’épingle. Je fais d’abord une couture droite pour maintenir, puis un petit zigzag de finition (et pour la solidité, et pour l’esthétique). Si tu le souhaites, tu peux  aussi faire un petit aller retour à la verticale des petits boudins (là où je pince sur la photo ci-dessous).

matelas-langer-etape6

ET…


TEUDAAAAAAH

matelas-langer-etape7

Si certaines se lancent grâce à ce tuto, je veux bien que vous laissiez un petit commentaire sous cet article 😉


*Kaarotte-couturière des fois*

Couture

J’ai quelques passions à commencer par la couture. J’adore faire des choses de mes mains, voir le tissu encore sur le rouleau il y a quelques semaines se transformer en sac, vêtement, ou autre coussin.

Mon fillot, le veinard, est le destinataire de plusieurs projets couture.
Le dernier en date une turbulette ou comme il la nomme si bien une « dodette ».
J’avais acheté il y a 2ans au moins un tissu hiboux trop beau, du minky (une polaire assez chaude et solide, donc sans danger de déchirure pour les petits). Mon filleul ayant bien grandi, je fais la taille la plus grande pour cette dodette.

Pour la doublure j’ai choisi un coton étoilé bleu électrique. J’aime l’association des motifs et des couleurs.

image

Un petit tour dans la machine et HOP prête à l’emploi !!

image

Cadeau mon poussin ❤

Et comme il restait du tissu, j’ai fait un coussin pour le chat. Comment vous dire qu’elle le kiffe…

image

Kaarotte – Marraine