6 mois !

Bon. J’avoue, j’suis fière comme un pou. Notre cocotte a 6mois et elle est magnifique. (Non il n’y aura pas de photos).
Et 6mois que je l’allaite.

Si je devais recommencer, je le ferai en fermant les yeux. Mais honnêtement, y’a quand même 2/3 trucs que j’aurais aimé savoir, AVANT !

Les contractions

Quoi ? C’est pas fini ? Mais j’ai déjà accouché les gars hein ! Comment ça quand y’en a plus y’en a encore ?! Bah ouais. Il faut savoir que les tétées du bébé provoquent chez certaines d’entre nous des contractions de l’utérus.

Les crevasses

Oh ça va, juste une petite fente de qqs millimètres dans la peau de ton téton. T’as vécu une accouchement, tu vas pas pleurer hein. Ouais sur le papier… Effectivement… Mais si je te dis qu’au bout d’1 semaine tu as tellement mal que tu veux bien revivre 1000 fois les contractions plutot que de remettre une seule fois ton bébé au sein tellement ça te fait mal. Alors, conseil pour les copines, entourez-vous ! Allez aux consultations allaitement, demandez qu’on vous montre 1000 fois les positions pour bien mettre bébé au sein. Vos tétons vous remercieront !

Allaitement = soif H24

Ouais. Si tu n’as jamais su ce que c’était que la soif. Imagine que tu produis assez de lait pour faire une pâte à crêpes pour 12 personnes par jour ! Minimum ! Alors, tu te dessèches. Donc tu as soif. CQFD.

Allo Houston, vous avez un plombier ?

Nan parce que c’est plus des fuites hein… C’est des inondations. Prépare toi à changer de t-shirt 2/3 fois en période pleine.

Please, Help !

Quand tu cherches de l’aide sur les groupes (Facebook entre autres) tu tombes sur des nazis de l’allaitement :

IMG_1159.JPG

Et y’a eu des dizaines de commentaires identiques. MAIS PUTAIN LES MEUFS c’est pas ce qu’on vous demande il me semble ! Vous devez avoir besoin d’un interprête. Attends je vais reformuler pour que tu comprennes mieux :

Quand la madame demande COMMENT TU FAIS POUR SORTIR SANS BEBE ALORS QUE TU ALLAITES. Tu ne dois pas comprendre : JE VAIS LUI DONNER MON AVIS POUR LUI ECLABOUSSER MON BONHEUR, MON BIEN-ETRE, MA CUCULAPRALITUDE A LA TRONCHE. Et surtout surtout, si tu n’as pas d’aide à apporter à cette maman, alors FERME TA GRANDE BOUCHE (ouais j’ai du me faire violence pour ne pas être plus vulgaire).

Donc je disais, soit tu tombes sur des nazis de l’allaitement, soit tu tombes sur des cucul la pral de première :
FullSizeRender.jpg

Bon et puis… Je sais que c’est mal de se moquer mais…

« De lui apporter ce réconfort qu’il a besoin à ce moment là et partout »
Ermmmm et sinon niveau syntaxe ça se passe comment ?
Mal apparemment. Ses neurones fuient par ses miches, on dirait !
😆
Bon je suis méchante j’avoue. Mais c’est pas ridicule de commenter ça à une maman qui veut savoir comment gérer ses absences et son allaitement ?

Les poussées de croissance

AH AH AH (je ris jaune… T’avais saisi ? 😀 )

Ouais les poussées de croissance ouais. Disons plutôt les semaines journées entières où ton bébé va se retrouver accrocher à tes tétons. Cette étrange sensation d’avoir une ventouse au bout du téton. J’aurais presque mis sangsue. Mais c’est pas le sang qu’elle suce !!!

Je veux bien que ce soit pour le bien de la nation, il faut faire des enfants, tout ça tout ça. Mais quand en rigolant la puéricultrice te dit au moment de la poussée des 3 semaines (Alors que tu as des malles sous tes pauvres petits yeux qui ne demandent qu’à se fermer) « ah oui les poussées de croissance : 3/6 3/6 !! » Et comme ta tete doit être aussi écarquillée que tes yeux, elle comprend qu’il faut qu’elle précise. « 3/6 3/6 3 semaines 6 semaines 3 mois 6 mois »

AH PARCE QU’IL VA Y EN AVOIR D’AUTRES ?

Bon. Donner le sein à un bebe qui a faim jusque là ok. Donner le sein très souvent à un bebe qui a faim. Ok de toute façon c’est pour ça qu’on a signé quand on a décidé d’allaiter. Mais avoir les tétons en feu Parce que ton bebe tete toutes les heures au point de ne plus supporter le coussinet d’allaitement ou le moindre passage textile sur ton téton… J’aurais bien aimé savoir quand même Hein ! Ça ne m’aurait pas fait changer d’avis hein, mais juste histoire de me préparer un peu psychologiquement.

Les soutien-gorges d'allaitement, un must-have en matière de sexytude

Alors si tu comptes séduire ton amoureux / amoureuse fraichement parent. Oublie. Certes le clip pour ne pas tout enlever à chaque tétée est pratique, mais sexy… mmmm non ! Sans compter les soutien-gorges d’allaitement sans armatures, qui ressemblent étrangement aux soutifs de ta mémé…

Comment ça j'ai pris 3 tailles ?

Ouais… et peut-etre même encore 3 autres au moment des poussées de croissance…

Retour de couches décalé

Bah ouais poupée. Si tu veux re-pondre, va falloir un peu de patience (quoi que certaines ovulent même sans retour de couches… les veinardes !).
Bon, on récapitule. T’es au top de ta forme, pas du tout fatiguée, tu as le corps de… ouais nan ne cherchons pas de comparaison, bref tu as un corps, si t’as pas eu de bol, t’as une cicatrice à devoir soigner au quotidien, t’es constipée / avec des hémorroïdes / bref ton transit c’est pas la joie… Tu aimerais bien que les choses reviennent à la normale (ouais parce que même si c’est pas toujours la joie les règles, ça a un côté rassurant / tout va bien / non je ne suis pas ENCORE enceinte !). Et bien non. Pas tussuiiiiite ! Avec l’allaitement, les hormones, tout ça… Bref t’as compris.

Le retour de ta ligne

AHAHAHAH la plus grosse arnaque du siècle (hein ouais Nadège ?!). « Ouaiiiis tu vas voir avec l’allaitement tu vas retrouver ta ligne en un rien de temps. »
MAIS BIEN SUUUUUR !
Non.
On est toutes différentes.
Sache le.
Ne commence pas à culpabiliser si 3mois/ 6mois / 1an après ton accouchement tu n’as pas perdu tout ton poids de grossesse.

Bref. Si tu veux allaiter. Sois consciente de tout ça. Mais surtout… N’oublie pas que quand tu allaites ton bébé… tu es dans une bulle.  SAIT TOUT A FAIT SA…

😆

*Kaarotte la grosse moqueuse*

Publicités

Venue de la torride et ancienne jungle…

A Carrefour, il y a quelques semaines…

Je croise une dame dont le visage ne m’est pas inconnu mais ne me rappelle pas de bons souvenirs. Une fois, puis deux. Nos regards se croisent, je lui souris poliment, elle me rend mon sourire. Je me rappelle d’elle deux ou trois rayons plus loin…
C’est la sage-femme titulaire qui m’a accouchée, la méchante !

Puis je rejoins mon chéri qui était dans un rayon plus loin. Et voilà que la sage-femme en question entre dans le même rayon que nous. Je n’ai pas le temps de dire à mon chéri qui c’est que je le vois parti à sa poursuite. #damned  Il ne l’avait pas reconnue (sans quoi, il me le dira après, il ne lui aurait pas couru après!)

Oui, on a accouché il n’y a pas longtemps à l’hôpital… Quand ça ? Le 6 octobre ! Tout ça tout ça. Vous vous rappelez ?
Réponse de l’intéressée : « oh bah nous vous savez pour vous reconnaitre c’est pas facile, vous changez beaucoup entre votre accouchement et après et puis dans la position dans laquelle vous êtes… » #grossegene

giphygene.gif

J’aurais du lui dire « Ah bah attendez, j’vous montre ma chatte si vous voulez »
Je pense que ça aurait été une réponse appropriée compte tenu de son indélicatesse.

Nan mais sérieusement… Elle ne pouvait pas juste dire « oh bah vous savez vous êtes nombreuses à accoucher, on ne peut pas se souvenir de tout le monde… » enfin un truc genre GENTIL quoi ! Non… Denver (le dernier dinosaure, ouais elle est surnommée dans son dos comme ça parce qu’elle est la plus vieille du service pas pour sa gentillesse hein, d’où le titre) ne pouvait pas dire quelque chose de gentil évidemment. Eh bien détrompe toi petit lecteur. Elle a fini par s’adoucir et dire qu’Alix avait l’air de bien profiter et qu’on avait surement trouvé la bonne formule (allaitement, portage en écharpe etc…).

Bref, on a recroisé la sage-femme.

*Kaarotte*

 

Post-partum : The cicatrice

Attention, article plus gore qu’un halloween dégueulasse. Ça va causer trou, points, fils, suture, fistule et autres kystes…

Instant histoire : Notre bon roi louis croix bâton vé (ouais Louis XIV quoi…) aurait pu mourir des suites d’une fistule s’il n’avait pas fait confiance à son chirurgien. Ouais. C’est sale. Et oui… Il y a un article entier de wikidlamort sur la fistule anale de louis XIV. Si. CLIC si tu l’oses

Bref. Pourquoi je te raconte ça ? Tu vas savoir. Ou peut-être ne veux-tu pas savoir ? En tous cas moi j’aurais aimé savoir, et franchement, si j’étais tombée sur un article comme ça, ça m’aurait soulagée d’un certain stress.

giphy

Nous sommes 4 semaines après la naissance de la cocotte, donc 4 semaines après les points de l’épisio… Tu te souviens que le médecin il a fait « clac, clac » à mon p’tit minou pour faire sortir la nenette ?
Je ne sais plus si je l’ai déjà dit ici… mais chez nous les Clarbeese on fait des cicatrices de merde. Donc, qui disait épisio, disait cicatrice (de merde… comment ça je suis redondante ?) donc méga psycho-surveillance de la mort qui kill !
Tous les jours, je fais mes soins, lavage soigneux de la-dite zone du crime, séchage consciencieux (en tapotant et plus au sèche-cheveux) et observation avec méga miroir grossissant de chez IKEA. Tu sais celui qui te fait voir tes points noirs comme si c’étaient des pépites de chocolat sur un cookie ? Alors imagine ta ouachacha en gros plan. Là il faut que tu aies une bonne estime de toi, voir son fondement en gros plan, ça s’assume hein, clairement.
Je t’épargne la position de ouf ? Allez non, c’est marrant (et puis vus les derniers articles, sincèrement, on n’est plus à ça près). Donc : un pied sur le rebord de la baignoire, l’autre au sol, le miroir sous la zone périnée-chattale et une légère inclinaison du dos dite « courbure à la quasimodo » pour observer l’origine du monde. Ouais c’est un tantinet cocasse (expression des années 80, j’assume, je suis de la génération Y) ! Bref, tous les jours je répète l’opération depuis 4 semaines. Le week-end dernier je sens un tiraillement après un passage au toilettes. Observation. Y’a un p’tit trou. Vraiment tout p’tit. Mais tu en conviens, petit lecteur, qu’un p’tit trou -en plus des autres- (blague de mon père, ouais…) à cet endroit là, c’est pas tout à fait normal. J’appelle le doc lundi, 1er novembre oblige, pas de rdv avant mercredi. Entre lundi et mercredi, la … chose avait creusé un tantinet (genre doublé de taille trouesque), assez pour me faire flipper un p’tit peu quand même !
J’avais consulté l’oracle (aka belle-maman qui est sage-femme). Elle m’avait dit « Ça arrive avec les points résorbables, c’est pas grave, ça va se refermer. Pas d’inquiétude, sauf si fièvre ou douleurs. »
J’avais déjà booké mon rdv chez le doc : « Ah ouais quand même… » ok… Par précaution, il m’envoie aux urgences gynéco. Arriver aux urgences avec un mot du docteur, c’est comme sortir de classe avec un mot du dirlo. Limite t’es fière.
La gynéco, méga rassurante (pas d’ironie pour une fois). TOUT VA BIEN. C’est propre en profondeur et comme il faut. Elle a vérifié dedans. (Sache MAMOIZ’L lectrice, du moment où tu es enceinte, ta chatte et son accès ne t’appartiennent plus vraiment dès lors que tu es face au corps médical et donc deviennent portes ouvertes…). Je reprends donc, elle vérifie à l’intérieur au cas où il y aurait un fil qui se baladerait dedans pépouze (ouais les fils résorbants font ça hein, ils peuvent se balader pépouze dans ta petite intimité !). Bon bref, elle t’explique que ça arrive, qu’il y avait probablement un petit kyste qui se serait soulagé tout seul sans que tu ne le sentes (le coquinou) et qui aurait laissé un p’tit trou communément appelé une FISTULE. (Note pour plus tard, ne PAS taper fistule dans google images. NON. Stop. Ne le fais pas. Point.)
Bon alors toi tu es donc les pattes en l’air dans les étriers, fesses-nues devant la gynéco et on te parle de kyste, fistule, trou, fils, tout ça en t’auscultant.

giphy-ahhhhh

LA bonne nouvelle : y’a pas besoin de points.
L’autre bonne nouvelle : ça devrait se résorber tout seul.
Bref il faut juste surveiller.

giphy-creep

Conclusion : En qualité chattale, toujours faire confiance à l’oracle. Elle SAIT !

EH, sinon ! Vous êtes contents que le 100ème article du blog parle de fistule ?
Nous oui en tous cas !!! 😀 

HAPPY 100ème !!! 

giphy-100

*Kaarotte-aka-fistulegirl*

Post-Partum : Le retour à la maison

Avertissement, y’a encore des trucs crades à base de sang etc…

La suite de la suite de la suite !

Les sage-femmes étaient pas super chaudes pour me laisser sortir donc elles m’ont dit que ce n’était pas possible de voir la pédiatre pour Alix avant le lundi (pour rappel j’ai accouché le jeudi matin.)
Le dimanche, à la pesée, l’aide soignante me dit « mais… bien sur que si on peut voir la pédiatre ! Vous voulez sortir ? ». Et on a vu la pédiatre l’après-midi même, on a donc eu notre autorisation de sortir.

Ça fait un peu peur. Quitter le cocon. Plus de conseils à la sonnette. Plus de repas qui arrivent direct dans ta chambre.
Mais de l’autre côté de la balance : la maison, le confort, les allers-retours qui s’arrêtent pour le chéri (parce que c’est un peu fatigant quand même.)

Mais ouiiiiii ! On rentre à la maison.
Bon. l’étape n°1 c’est installer Alix dans le siège auto. Il est top, pivotant à 360°, hyper simple d’utilisation sauuuuuf la première fois, quand tu dois comprendre comment desserrer les sangles. Evidemment, il s’est mis à pleuvoir monstrueusement juste quand on devait sortir. Le chéri s’est donc garé sur les places des médecins… 😀 ahah. Mais ON A REUSSI au bout de 20min, mais on a réussi !!!

Bref on rentre. Et là psychologiquement c’est violent. J’étais complètement partagée. Hyper heureuse de rentrer et tellement triste d’avoir quitté la maternité. Je ne veux pas faire de peine à mon chéri qui est super heureux qu’on rentre tous ensemble.
A la maternité, dans notre chambre, c’était juste notre odeur, notre confort, notre bien être. J’avais juste à tendre le bras pour atteindre ce dont j’avais besoin. A la maison, ça sent la caisse du chat, les cartons pas encore défaits, le bordel ambiant qui te sort par les yeux… La maison est dans son jus, elle est restée comme tu l’as laissée en partant à la mater. Sauf qu’entre temps, ta vie a complètement changé. Tout est différent.
Le soir, tu fonds en larmes devant un chéri désemparé qui est allé te chercher de la comfort food pour te faire plaisir et fêter la sortie de la maternité. T’as même plus faim. Et tu te sens nulle de ressentir ça et de faire de la peine à ton chéri.
Les hormones… C’est compliqué. Et la chute d’hormones… C’est violent. Comme dit Florence Foresti « Baby blues ? non Johnny il a le blues, toi tu fais une dépression post partum ». Comprendre ici que tu chiales H24 et pour rien. Tu ris aussi. Mais tu pleures à nouveaux 15 secondes plus tard.
T’as pas envie d’être seule, mais tu n’as envie de voir personne (surtout dans ta maison en bordel…).

Une demi-heure après l’arrivée dans la maison, tu te dis qu’il faut installer les petites affaires d’Alix, lui faire prendre sa place dans la maison, installer son petit lit comme il faut à côté du notre.
Les premiers jours, je n’étais bien que dans notre chambre, dans notre lit. J’avais l’impression qu’il me fallait recréer le confort de la chambre de maternité. Et puis au fur et à mesure, l’angoisse s’est dissipée. Mais un énorme sentiment de solitude m’a envahie. Il se dissipe lui aussi, mais je regarde quand même la pendule en attendant l’heure du retour du travail du chéri. Depuis vendredi, il est en congé paternité. 2 semaines ensemble ! Ça fait du bien !!!

Bon, ce qui n’aide pas, c’est tout l’inconfort physique et, il ne faut pas se le cacher, les douleurs et le mal-être que tu ressens en post-partum.

Déjà :

  1. tu perds du sang. Et si tu es comme moi, tu en perds beaucoup… donc tu es anémiée, donc à plat…
  2. tu as mal au périnée, parce que dans ta chambre de maternité, tu ne bougeais pas, ou très peu. Chez toi, pour aller à la douche tu changes de pièce voire d’étage. Tu as le bord de la baignoire à enjamber, tu fais des lessives parce que tu as besoin de propreté.
  3. tu n’as plus le petit jet pour t’irriguer le périnée post-miction !!!! (Nan mais en vrai… Ça m’a manqué !!!)
  4. tu as mal au ventre parce que ton utérus reprend sa place.
  5. il se peut (on n’est pas toutes égales) que tu perdes des caillots monstrueux. Le dernier en date était quasiment un bout de viande (comme dit Yolaine), de la taille du creux de la paume de ma main…
  6. t’as mal aux seins avec la montée de lait, limite ça s’engorge…
  7. Ttu positionnes mal ton bébé au sein parce que tu es une novice, mais tu ne sais pas  que tu positionnes mal ton bébé donc tu te créés des crevasses affreuses…

 

Donc en résumé… Du saaaaang du sang partouuuuut ! Des larmes, du vide.
Mais aussi et surtout…
BEAUCOUP, BEAUCOUP d’amour ! Ton bébé, ton chéri, c’est du débordement d’amour.

J’ai attendu pour rédiger ces articles. Parce que j’aurais été très (trop) sombre, et finalement incapable de les écrire sans pleurer.

En tous cas, ça passe. Ça va mieux, et ça ira de mieux en mieux.
J’aurais aimé savoir que ce serait plus difficile de rentrer à la maison que de donner naissance à notre nenette.

 

*Kaarotte et Alix sont rentrées à la maison*

 

Post-Partum : La maternité

Avertissement – Article beaucoup moins gore que celui sur l’accouchement, mais ça parle quand même de pipi et de caca (et peut-être un ptit peu de sang). 😀

Pour relire l’article sur l’accouchement, c’est par ici… >>CLIC<<

« Bonjour, c’est la sage femme je viens prendre votre tension.
Bonjour je suis la puéricultrice je viens voir comment va le bébé.
Bonjour, c’est pour votre repas.
Bonjour, je suis la sage femme de nuit, vous me bipez si vous avez une question.
Bonjour, je suis la puéricultrice pour la nuit, il faudra me sonner cette nuit pour prendre sa température et lui donner son doliprane.
Bonjour, je viens changer les sacs poubelles.
7h – Bonjour, c’est pour le petit déjeuner, vous voulez du café, du thé, du chocolat ?
Bonjour, je viens contrôler votre cicatrice.
Bonjour, je suis le plombier je viens réparer le lavabo. »

Bon alors maintenant à vous : j’étais :
A – A la maternité (bon ok, vu le titre de l’article c’est facile)
B – Dans un hall de gare
C – A une journée portes ouvertes
D – La réponse D

J’avais publié un truc comme ça sur Facebook le lendemain de la naissance d’Alix. Je trouve que ça résume assez bien. Bon déjà, je n’ai pas eu le passage du photographe (je ne sais pas si ça se fait ici). C’est une chance !
Pour en avoir parlé avec notre copine Flo, on se disait qu’il y a quand même des progrès de faits. Quand elle a accouché de Louise (son ainée) il y a 7 ans, les équipes n’étaient pas aussi prévenantes au niveau du bien-être des mamans et des bébés.
Par exemple, maintenant, quand le pédiatre passe, si le bébé dort, on te dit qu’on repassera plus tard, ou on te dit d’appeler quand elle sera réveillée pour faire son soin etc. Alors qu’il y a 7 ans, on se fichait bien de savoir si elle venait de s’endormir ou si toi tu venais enfin de réussir à te reposer un peu. Il n’y avait pas de petite pancarte pour prévenir que tu dormais, ou que tu ne voulais pas être dérangée (Je ne l’ai mise qu’une fois, pour faire caca tranquillement !! ahah).

Pour reprendre le fil de l’histoire, je suis donc sortie de salle de naissance à 15h30 ! Ouais…
Arrivée en chambre, j’ai eu un repas chaud (grâce à la petite dame qui s’est occupée d’habiller Alix et de nous accompagner à notre chambre, parce qu’elle a appelé le service qui va bien !!). Repas que j’ai aspiré en 5min. Aspiré c’est le mot hein ! J’avais tellement la dalle !

giphy-food

Après j’ai eu le droit à « Vous devez faire pipi entre 18h et 20h, maximum 20h15 » 18h15 pétantes j’avais une sage femme dans ma chambre pour m’aider au premier lever et donc au pipi. Ouais les meufs, le premier lever, c’est pas toute seule. Au cas où on aurait une petite défaillance. Et là c’est fun. T’es en chemise de l’hôpital taille 56 (si si, celles de mamie tu sais ?) avec un slip filet et 4 garnitures dans ce merveilleux grillage qui te sert donc de slip, la sage femme te regarde/écoute faire pipi et tu lui tapes la conversation OKLM. Bon en vérité, je ne suis pas pudique donc je m’en fichais un peu mais je peux comprendre que d’avoir quelqu’un dans l’embrasure de la porte ouverte… C’est pas le plus grand rêve de ton premier jour de maman de toute ta vie…
Pour ma part, j’ai récupéré assez rapidement. J’étais assise en tailleur quelques heures après l’accouchement, ce qui est plutôt bon signe. Ma cicatrice d’épisio n’a pas gonflé et malgré mon anémie et tout le sang que j’avais perdu, j’avais une super tension.

giphy-popeye

Après c’est quand même le défilé dans ta chambre. On n’arrête pas de te dire « reposez vous, n’acceptez pas 50 visites, prenez le temps pour vous et votre bébé ». Et ça frappe tous les quarts d’heure à ta porte, même quand tu fais pipi porte ouverte parce que tu ne veux pas laisser ton bébé sans surveillance… « oups pardon… » ouais j’aurais du mettre l’écriteau sur la porte pour qu’on me fiche la paix, mais l’envie de pipi était plus urgente et comme tu ne contrôles pas encore ton périnée…

giphy-pipi-oops

Bon, et quand ce n’est pas le défilé, ce sont les conversations du personnel dans le couloir, juste devant ta porte. Toi aussi tu veux tout savoir sur la belle-fille de cette charmante dame qui fait le ménage dans les chambres ou celle qui distribue les repas ? Ou savoir que l’autre dame essaie d’arrêter de fumer depuis 1 semaine et qu’elle est passée d’un paquet à 10 cigarettes. Vous êtes contents de le savoir ? Moi aussi à 6h30… alors que je viens d’endormir mon bébé…

giphy-shhh

MA caille m’a imaginée sortant de mon lit, ouvrant la porte et leur faisant mon regard de maitresse, ou claquant bien la porte… AHAH. J’aurais du !

Par contre, à la maternité y’a quand même des trucs géniaux. T’as de l’aide sous la main TOUT LE TEMPS, mais genre H24. Si tu n’arrives pas à faire téter ton bébé à 3h du matin, tu peux sonner, si tu es flippée dans les WC, tu peux sonner… C’est hyper rassurant. Dans ta chambre tu as tout, c’est un véritable petit cocon : le coin de change, l’évier-baignoire (quand la bonde n’est pas cassée… d’où le plombier du début d’article… Ouais nan, c’était pas une blague !!! Des fois j’exagère pas dans mes articles hein !), tu as ta salle de bain / avec la douche à l’italienne EEEET les toilettes avec le petit jet d’eau froide pour te rincer après la miction. Nan vous rigolez comme ça mais je crois que c’est LE truc qui m’a le plus manqué en rentrant de la maternité. C’est vraiment, sincèrement SUPER pratique. Si jamais un jour on change les WC et qu’on n’arrive pas à mettre les WC à la japonaise qu’on aimerait avec le chéri, je  ferai installer au minimum ce petit jet parce que bon… Vraiment c’est extra.

giphy-jet

Bon et puis, mon amoureux était aux petits soins, il est allé me payer la télé (la journée je m’en fichais un peu, elle n’était pas allumée, mais le soir quand il était rentré à la maison, j’étais toute seule… c’était pas mal de regarder de la crotte à la téloche pour s’occuper quand même !), il me rapportait tout ce dont j’avais besoin de la maison. Ça c’était super cool !

Next step : le retour à la maison. Parce que ouais, quand même c’est une grosse étape aussi. Dans un prochain article, eh ouais !

*Kaarotte et la maternité*

L’accouchement – The story !

Ouais, avant de passer à la suite (Le râlage et les conseils aux jeunes parents tout ça…), je DOIS vous raconter l’accouchement. Si, il le faut, il m’a été réclamé à cor et à cri…

La preuve !!! Hein Océane !! 😉 Le début de la conversation était « t’as pas encore fait d’article pour raconter ton accouchement ».

FullSizeRender.jpg

Comme dirait Florence Foresti : Devant l’hystérie collective, je cède… 😀

Bon alors, je préviens TOUT DE SUITE…

Âmes sensibles s’abstenir !

Mais vraiment. Si tu ne veux pas entendre parler de douleur, de sang, de trucs dégueus, passe ton chemin. Je ne t’en voudrai pas de ne pas lire cet article.

J’avais fait la prépa à la naissance en étant convaincue que j’allais y arriver. (Bon rassurez-vous, j’y suis arrivée.) Mais j’avais the eye of the tiger, genre, j’vais y arriver sans péridurale et comme je me suis bien massé le périnée je n’aurai pas d’épisiotomie.

giphy-error2

AHAHAHAHAHHAHA ! Bon alors y’a un truc qu’il faut savoir : ça ne se passe JAMAIS comme on vous l’a expliqué et ça se passe ENCORE MOINS comme vous l’avez imaginé.

Donc, j’ai pris la péridurale. Ouais. Parce que je suis une chochotte (hein ma caille?? 😀 ) nan en vérité, les contractions c’est cool hein, mais quand

1) tu as impression qu’on t’éviscère,
2) tu veux donner des coups de pied très violemment à la sage femme revêche quand elle te dit de te mettre sur le côté alors que tu sais pertinemment que tu vas vomir…
3) tu vomis,
4) tu as à nouveau l’impression qu’on t’éviscère…
5) tu as encore l’impression qu’on t’éviscère…
6) t’as froid,
7) tu trembles de manière incontrôlée,
8) tu as encore et toujours l’impression qu’on t’éviscère… (en vrai, je ne sais pas ce que c’est une éviscération, mais j’imagine que c’est ça au minimum !)
9) tu pues parce que tu t’es vomi dessus…
Bon je m’arrête là…

Ah oui et les contractions… C’est que du bonheur évidemment hein. C’est de plus en plus rapproché (c’est à dire que tu te remets à peine de la précédente et tu commences à sentir la suivante arriver) et de plus en plus violent sinon, ce ne serait pas drôle !
Bref, j’ai réussi à attendre jusqu’à 7 cm de dilatation (sur 10) avant d’avoir la péridurale.

Point Bonus pour la sage femme (la revêche) qui revient au bout de 10 min en te disant « oooooh elle s’est vomi dessus… ».  J’vais te défoncer la tronche ouais ! 

Bon accessoirement, c’était la nuit, à 2h du matin en arrivant à la maternité, j’étais à 4cm.
J’ai eu la péridurale un peu avant 5h du matin. Donc t’es crevé, tu n’as pas dormi. Et tu as vomi (Je t’ai prévenu que c’était dégueu ?)
La jeune étudiante sage-femme (adorable au possible) m’a accompagnée tout du long, par contre quand elle me répondait « bientôt » à chaque fois que je lui demandais « Il arrive quand l’anesthésiste ? » J’avais envie de lui crier dessus, fort, TRES FORT ! Mais elle m’a dit « vous avez tenu jusque là c’est super, c’est pas tout le monde vous savez ». Bon là… J’avais envie de lui faire des bisous. OUAIS, ÇA VA ! T’es en train d’accoucher, t’as mal, t’as les endorphines et l’adrénaline qui font une battle dans tes veines et ton cerveau alors, tu peux avoir envie de crier et de faire des bisous. TU TE CALMES !

4h40 – L’anesthésiste est donc arrivé. Vous voyez Anthony Kavanagh quand il raconte l’accouchement ? (« Poussez le bébé madame… dans la maiiiin ») ? Bah voilà mon anesthésiste : Black, à 2 à l’heure, ET… QUI NE PREVIENT PAS quand il va piquer. Et les 3 (2 sage-femmes + lui) dans la salle « ne bougez pas…! » NAN MAIS MEEEEEC (et meufs), tu es dans mon dos ! Comment tu veux que je sache que tu vas me piquer et donc comment ne pas sursauter. C’est le B-A BA de la piquouse nan ? A l’école de la piquouse, j’suis sure qu’il y a un cours spécial sur « Vous prévenez le patient que vous allez piquer. » Toute ma grossesse, tous les mois les nanas me prévenaient qu’elles allaient piquer alors que JE LES VOYAIS. Ça permet d’anticiper. OKAY ?
Du coup, vu que t’as mal avec les contractions, qu’elles sont là toutes les minutes à peu près, que tu souffles comme une baleine pour les évacuer (« accompagnez la contraction, c’est bien, soufflez, soufflez bien… » OUAIS JE SAIIIIIIIIIIIIS), et le mec te pique dans le dos sans te prévenir, t’es un peu chafouinette (comprendre, t’as envie de le défoncer et lui épiler les sourcils avec les dents). En plus, ils ont fait sortir ton chéri qui est ton meilleur soutien depuis 4h déjà… Tu as envie donc de crier très fort… Ouais encore. Du coup, tu respires un grand coup et tu dis (le plus calmement possible) à la mignonne sage-femme devant toi « Il suffit juste de prévenir, il est dans mon dos, je ne le vois pas, je ne sursaute pas si je suis prévenue… ».
Ensuite, le mec t’explique le fonctionnement de la pompe et te dit qu’il faut appuyer non stop jusqu’à l’accouchement. EUH ? NON STOP ? N’importe quoi ! C’est une pompe à doser donc tu appuies quand tu sens que la douleur revient. Il repasse 20min après, là tu as chaud, tu es bien, tu l’accueilles forcément avec le sourire… Et puis ton chéri a eu le droit de revenir dans la salle de naissance, donc ça va mieux.
Bon, maintenant, il y a le monito pour le coeur du bébé, celui des contractions (qui se mettent à biper si tu respires un peu trop fort parce qu’ils se décalent d’un cm à peine et donc ne captent plus correctement. Les SF étant prises ailleurs, ça te bipe dans les oreilles à te taper sur le système !!!). Tu as aussi des capteurs pour ton coeur à toi, le brassard de prise de tension (qui se gonfle toutes les 3min), une perfusion eeeet la péridurale… Donc tu ressembles à un tas de câbles… Ah oui et j’avais oublié… Tu auras aussi une sonde urinaire, pour que ta vessie soit vide et la préserver d’un traumatisme au moment des poussées.
Il faut savoir que le jour de la naissance, j’ai veillé 40h… Enfin, j’ai somnolé à peu près 20min à 6h du matin après la pose de la péri. Mais depuis la veille 7h30 j’étais réveillée. Donc à un moment donné, ce sont les nerfs qui tiennent.
La jeune SF m’avait dit que vers 6h35, on allait y aller. A 6h35 pétantes, branle-bas de combat. Et qui je vois débarquer dans la salle de naissance, Elodie (coucou !!) !! La copine qui bosse à la maternité de l’hôpital. C’était cool qu’elle soit là parce que j’avais l’impression d’être en terrain un peu moins inconnu.
40 minutes de poussées, mais je ne sentais pas vraiment l’efficacité des poussées, Alix était très haute et ne s’était pas engagée donc on partait de loin (dixit la SF). Elle a fini par appeler le médecin pour donner un coup de pouce à Alix. Enfin, d’abord elle a passé 5min quasiment à me l’expliquer. J’avais envie de lui dire « MAIS VAS-Y, VA LE CHERCHER !!! » (surtout qu’il allait m’expliquer à nouveau tout ça 5 min après).
Notre nenette a eu le droit à un petit coup de ventouse (œdème pendant 3 semaines quand même…).
Le médecin (qui n’est autre que le chef de service, #laclasse, mon chéri m’a dit ça après…) prénommé Etienne (comme le chéri), a été super ! Hyper pro, délicat, gentil et franchement rassurant. Il nous a expliqué comment on allait procéder et il a fait ça hyper rapidement.
Là on entre dans le côté vétérinaire bovin, donc ne sois pas écoeurée, tu peux encore abandonner la lecture.
Déjà l’entrée de la ventouse… Très sympa. Elle fait un bon 7cm de diamètre, donc même si c’est souple… C’est impressionnant. Et ce qui l’est encore plus, c’est la sensation de descente de ton bébé aspiré par la ventouse. Je peux vous dire qu’à ce moment précis, crevée ou pas, j’ai poussé de toutes mes forces pour éviter à ma petite cocotte d’avoir trop de séquelles. Là on a entendu 2 *clac*. Ouais, épisio. Mais bon. Sinon, elle  ne passait pas.
Bon là, il a réussi à dégager la tête et a donc mis sa main pour dégager les épaules : bruits d’évier qui se vide, d’aspiration dégueue, bref, pas vraiment descriptible mais vraiment chelou.
Il nous la sort et la pose sur mon ventre. Elle était bleue et ne criait pas, un peu de mal au démarrage notre cocotte. Donc elle est allée se faire une petite beauté (comprendre aspiration et petite friction de rigueur !)
Mais là, ce n’est que le début. Si si… Parce que l’accouchement c’est pas fini quand le bébé est sorti hein. Ehhhhh non !

giphy-error

Le médecin récupère ton placenta (un truc flasque et chelou pendu au bout du cordon ombilical), vérifie qu’il est complet, vérifie que ton utérus ne saigne plus. HIIIIIIN (bruit de buzzer). Eh ouais, je n’ai pas eu cette chance. Mon utérus était donc paresseux (comprendre, tu te vides de ton sang). On te passe donc un premier produit dans la perf qui ne fonctionne pas ou pas assez à leur gout (là tu ne comprends pas mais ils s’inquiètent d’une éventuelle hémorragie), et du coup, on te passe un autre produit qui fonctionne (heureusement parce que sinon tu passais en salle d’opération, mais ça non plus tu ne le comprends pas sur le moment). Mais il décide de faire une RU. Tu demandes 3 fois à la SF revêche ce qu’est une RU. Pas de réponse. Tu finis par avoir ta réponse : une révision utérine. Attention, c’est méga gore : Le médecin rentre son bras dans ton petit intérieur jusqu’au coude, SI SI ! Et tu vois ton ventre se soulever, parce qu’il est en train de racler les parois de ton utérus pour vérifier qu’aucun morceau de placenta ne reste (ce qui pourrait causer les pertes sanguines). Là il sort 2 pelletées de caillots sanguins. Tu aperçois ça du coin de l’oeil et il dit « non c’est bon, que des caillots… ». Mmmmmmmm ouais nan, dégueu de chez crade and co. Il te sort des sacs remplis de sang pour les mettre dans la poubelle « sang ». Ouais ils ont ça en salle de naissance…

Et pour terminer, le médecin fait sa jolie couture (intérieure et extérieure ouais ouais… !). Mais à ce moment là tu t’en fous parce que la péridurale fait toujours effet, t’es zen et ton bébé va bien. Bon. T’as la dalle. Parce que techniquement ton repas de la veille au soir, tu l’as vomi. Donc tout ce qui reste dans ton estomac, c’est euh bah rien en fait…
Tu demandes à la sage femme de la relève si tu peux manger un petit truc.
Là il faut que tu saches, petit lecteur, que le corps médical te balade. Au lieu de te dire franco « Madame, je suis désolée, vous avez encore 5h de perf’ donc vous allez rester en salle de naissance pendant 8h après la naissance contre 2h pour les autres accouchements, et malheureusement je ne peux rien vous donner parce qu’on craint que vous ne fassiez une hémorragie et vous devez garder l’estomac vide pour une éventuelle opération. » Mais non. ça c’est quand le corps médical est franc. En fait, on va te balader jusqu’à 10h du matin en te disant « Je vais voir ce que je peux faire ». Quand pour finir, le chéri a regardé la perf à 10h pour te dire « 50ml à 10ml par heure » OK… Il me reste 5h à être ici. Au moins, je savais quand j’allais pouvoir quitter la salle de naissance. Et finalement, je m’en fichais de quitter la salle de naissance à 15h, je voulais juste savoir QUAND, après j’étais détendue.  Etre dans l’attente, c’est relou !! Ouais, je suis un peu control freak…
Et pour la collation… En fait, la sage femme m’a dit 10 fois « Si vous sentez que vous vous endormez on peut mettre votre fille à côté ». J’ai fini par péter un cable être franchement désagréable en lui disant « Je ne risque pas de m’endormir vu comme j’ai faim… ». Et j’ai fini par obtenir une collation à 11h un jus d’orange, un yaourt et une compote après avoir essuyé 25 « je vais voir ce que je peux faire ». VICTOIIIIRE ! Bon… 1h après j’avais encore faim mais bon… J’étais au chaud, avec ma fille sur moi. J’avais envoyé Etienne se reposer à la maison (vu que j’allais rester là jusque 15h…). J’allais être au calme. EEEEEEEET Non… Bah non, sinon ce ne serait pas drôle ! C’était sans compter la sage femme qui passe tous les quarts d’heure pour vérifier ta tension et te défoncer le bide t’appuyer hyper fort sur l’utérus pour vérifier que tu ne saignes plus. Mais en fait, elle t’appuie tellement fort sur le ventre que ça fait plus mal qu’une contraction… Si si. Et va s’excuser… une fois, une seule fucking fois au bout de 10 fois où elle te défonce. Et j’ai su que ce n’était pas normal d’avoir aussi mal, quand en chambre, une autre sage-femme m’a auscultée de la même manière mais beaucoup plus délicatement. Mais l’arrivée en chambre et la suite ce sera pour un autre article… Parce que 2200 mots, #lassomoir #kaarotteracontesonaccouchement

Teudaaaaah !

Bon en vérité, le plus important c’est qu’Alix aille bien, je vais bien, j’ai eu le meilleur des soutiens en la présence de mon amoureux. Alors oui, c’est moyen drôle tout ce que tu viens de lire… Mais on est à la maison, Alix a 3 semaines aujourd’hui !! Joyeux semainiversaire baby !

*Kaarotte-raconte-la-boucherie*

Râlage hormonal ou pas…

Bon, il faut qu'on parle.

Là j’ai atteint le point de non-retour je crois.

La naissance est pour bientôt. 2 semaines max. On attend patiemment. (Le chéri et la future marraine sont moins patients que moi  😉 )

Pour le coup, j’ai plutôt envie de parler de ce qu’on raconte aux femmes enceintes. Si vous avez envie de faire la conversation, c’est très louable, on aime bien ça, surtout qu’on ne peut plus faire grand chose. Ouais je sais, y’en a qui montent à cheval jusqu’à la veille de la naissance… On ne parle pas de ces extraterrestres là… On parle des nanas normalement constituées qui se retrouvent échouées comme des baleineaux devant les enquêtes impossibles tous les après-midis parce que le quota d’énergie de la journée a été employé à se laver et s’habiller ou à pendre une machine… Et encore des fois on est encore en peignoir à 18h…
Bref, on est au calme, on discute avec vous de tout et de rien.
Qu’est ce qui vous fait penser qu’à un moment donné c’est chouette de nous parler de cette meuf (qu’on ne connait pas) qui a perdu son bébé in utero (pas cool) à 2 semaines du terme (ALORS QUE TOI-MÊME TU ES À 2 SEMAINES DU TERME.)

Dans quel monde ? Sur quelle planète vous pensez que c’est acceptable ? Pardon d’être aussi cash hein mais se retrouver à psychoter pendant 2 jours parce que du coup, on ne sent plus son bébé trop bouger, bah c’est pas cool non plus…

Mais bon y’a pas que ça… SI SEULEMENT… Vos épisio… On s’en fout ! Si ça s’est mal passé pour vous, désolée mais dans les 2 prochaines semaines, on s’en cogne… mais alors d’une force… Si on veut des histoires de viande, on va chez le boucher. Les détails de votre petite intimité ne nous intéressent pas. Vous n’avez pas pu vous asseoir pendant 3 jours ? C’est triste, douloureux et dommage pour vous, mais là tout de suite maintenant, je n’ai AUCUNE empathie disponible pour vous, vraiment.
Si on veut avoir des détails on vous posera les questions. Si on pose la question c’est qu’on s’est un tout petit peu préparé à la réponse (et encore des fois, c’est pas sûr…).

Excusez moi les filles hein, mais entendre parler d’être déchirée jusqu’à l’anus, ou de bébé avec des complications… BAH ÇA FAIT FLIPPER ! Et c’est normal. Je vous rappelle qu’un petit alien (pour qui on espère que tout va bien) pousse dans notre bidon (avec de moins en moins de place) et que quels que soient son poids, sa taille, sa forme, il va devoir sortir. ET PAR NOTRE FONDEMENT (ouais quasi le même que vous…). Donc, si on pouvait se préparer à notre manière à la rémoulade qui se profile, si j’ose dire… Ce serait cool. Parlez nous plutôt de tous ces autres bébés pour qui tout se passe bien, de toutes ces autres mamans ravies et enchantées…

Autre chose : On arrive au terme de la grossesse, donc OUI on sait qu’on a un gros bidon. C’est le principe de la grossesse. Donc inutile de le rappeler. Il y a une chose merveilleuse qui a été inventée il y a fort fort longtemps qu’on appelle des miroirs. Ouais… Je sais c’est dingue. Et un autre détail qui a son importance, on porte des vêtements (ouais c’est plus décent quand même), on voit le tissu rétrécir, ouais bref, on sait qu’on a un gros bide quoi ! Au final, je suis la nana que tout le monde déteste (dixit les copines), je n’ai pris que 7kg dans ma grossesse, donc le premier qui vient me dire que je suis grosse, je le défonce. CAPISCE ? Au besoin, allez voir les photos que les nanas postent sur instagram ou autre pour 39 semaines de grossesse. Vous verrez la multitude de bidons et de formes qu’il peut y avoir, et que finalement, la pote que tu trouves si « GROSSE » ne l’est pas du tout (et même si elle l’est, elle ne le fait pas vraiment exprès, sauf si elle ne se nourrit depuis 9 mois que de chips, soda et gâteaux…).

Et en plus naïvement, au départ, je pensais que les nanas déjà mamans prendraient la mesure du truc. Que nenni ! C’est parfois les pires dans les propos. Alors les meufs… Désolée mais ça s’appelle du TACT et de la DELICATESSE, et ouais, ça s’apprend.

Petite parenthèse.

J’ai récemment vu un docu sur Florence Foresti dont les 2 derniers spectacles parlent de la maternité et de la parentalité. Franchement, je pleurerais presque de rire devant. Elle est simple cash et naturelle sur scène. J’entendais un homme commenter dans le documentaire qu’elle plaisait aussi bien aux hommes qu’aux femmes parce qu’elle parlait de grossesse comme un homme le ferait. Alors, euh… Comment dire… NON. 1) ce n’est pas possible, enfin je sais que la science fait des progrès mais euh… NON… et puis 2) NON … NOOOOOOOOOOOOOOOOON ! Non. Caricature sexiste, impossible de plaquer ce genre d’idées sur tel ou tel discours. Un homme pense comme ci, une femme comme ça. Un homme et une femme, c’est fait pour être ensemble, c’est la nature. LA… ? LA nature… Ahah… On ne doit pas voir les mêmes reportages animaliers alors… Parce qu’entre les bonobos, les dauphins, (Y’a même des phoques qui violent des manchots…). Je crois que la nature ne nous a rien caché sur les différentes relations qui existent potentiellement entre membres d’une même espèce. Mais à part ça, c’est vrai qu’un homme ça doit être fort, indépendant et subvenir aux besoins de sa famille sans pleurer (parce que ça pleure pas un homme hein !), pendant que sa femme fait bien à manger, entretient la maison et le linge, oui elle a le droit de travailler tant qu’elle assume bieeeeeen le reste.
Et on s’étonne que les mômes de 15 ans soient en dépression parce qu’en inadéquation avec la société actuelle. Mais LES GENS… Il faut arrêter. La famille c’est les liens du sang. NON ! Une femme est faite pour procréer, NON ! (Gab coucou 😉 ) Il faut arrêter toute cette merde de « ma vision est la seule qui vaille », « je vais te plaquer mon mode de pensée parce que c’est le meilleur. »

Bref

On ne demande pas de traitement de faveur, juste, ravalez vos langues quand vous allez parler d’un sujet qui a un rapport avec la grossesse, demandez vous si c’est utile d’en parler ou pas. Si c’est « ou pas » qui vous vient comme réponse, alors n’en parlez pas.

Mais je vous aime hein ❤

*Kaarotte-baleineau*