#Nutellagate

Au départ, je m’étais dit que je n’écrirais pas dessus. Et puis comme d’habitude, je me suis dit que si finalement. Histoire d’échanger avec vous là dessus.
Alors si vous n’avez pas suivi l’actualité : une enseigne de supermarché a fait une promotion sur des pots de Nutella : -70% faisant passer le pot de 4€50 à environ 1€40, provoquant des émeutes et bousculades dans certains magasins.
J’ai vu passer un certain nombre de réactions parmi mes contacts. « C’est des animaux » « Le nutella c’est de la merde de toute façon » « Ils ont pas honte de se jeter sur de la bouffe comme ça » « C’est débile de se jeter sur de la merde à base d’huile de palme » et j’en passe…

Je vais vous donner le fond de ma pensée. Évidemment que ce n’est pas une attitude à avoir, se battre pour de la nourriture ce n’est pas « digne ». Mais justement, elle est où la dignité chez ses familles qui luttent pour faire manger leurs mômes ?  Mômes qui n’ont sans doute pas mangé de Nutella depuis des années, ni même certainement de pâte à tartiner tout court.
Alors oui, le Nutella c’est le mal, c’est de l’huile de palme, c’est la déforestation, c’est pas bien… bla-bla-bla…
La question du débat avec certains c’était « ouais mais franchement je ne comprends pas qu’ils se battent pour un truc de merde, bourré d’huile de palme, vu la déforestation que ça engendre… »

Alors non je ne légitime pas le fait que ces gens se « jettent » sur de la nourriture.
Il s’agit de pauvreté et de misère. Alors oui, peut être de misère intellectuelle aussi… Donc les conséquences sur la planète, l’huile de palme, la composition des aliments et la déforestation… Ce ne sont pas des choses accessibles pour ces gens. Mais dans ce cas, ça change quoi de passer son temps à se foutre d’eux dans des publications et de les traiter d’animaux et j’en passe ? Ça ne fait pas de vous un meilleur humain. Bien loin de là.
Honnêtement, je travaille avec ce type de famille au quotidien. Je ne suis pas dans l’apitoiement ni la condescendance. La clé c’est l’éducation. POINT. Expliquer, réexpliquer, enseigner, faire comprendre… Se battre contre la société de consommation et son martèlement publicitaire qui forgent l’image de la marque et la confiance dans la tête des gens.
C’est certain que faire des blagues sur « ah bah c’est sur que si c’était du poisson à ce prix là, ça ne se jetterait pas dessus de la même façon ».
C’est vrai que c’est une grande preuve de maturité de faire ce genre de blague quand on peut se permettre de manger du poisson.
Quand on voit le prix de certains aliments… Et bien oui, le Nutella devient du luxe. Et non les gens ne se sont pas battus juste pour du Nutella. Ils se sont battus parce que du luxe était à prix accessible. Et oui malheureusement, pour ces gens 3€ ce n’est pas rien.

Même souci cette semaine avec les Pampers. Même promo, même émeute, même type de population.
Là ça va être quoi ? « Oh la la les couches, c’est de la merde, franchement ils pourraient bouffer des haricots à la place » hin hin hin…
Évidemment, là c’est un produit de première nécessité. On ne va pas critiquer de la même manière.

Alors forcément, quand on a les moyens intellectuels et financiers on peut. On peut chercher la toxicité des composants. On peut ne pas faire confiance aux marques.
Et pour la petite histoire, oui, il existe des couches moins « cracra » que les pampers, non les gens ne sont pas tous capables de faire la démarche intellectuelle de passer par exemple en couches lavables, etc…

Ça me rend triste que des gens en soient réduits à se battre pour de la nourriture et que d’autres les regardent en se gaussant… Ça montre bien ce qu’est devenue notre société.

*Kaarotte*

 

 

Publicités

Février moins 25 minutes

On est le 31. Je me suis accrochée à ce mois de janvier comme une bernique à son rocher.

Parce que ce mois de janvier 2018, il touchait encore l’année 2017. Et qu’au début de l’année 2017, tu étais encore là.

2017, l’année étrange. L’année de deux des femmes de ma vie. L’année où tu es partie, l’année douloureuse, celle de la colère, celle qu’on ne comprend pas, celle qui n’avait rien à foutre là.

IMG_0610

Ah, tiens, je vous ai présenté ma Conscience Positive ? C’est elle qui cultive mon optimisme. Et franchement, en ce mois de JANVIER SOMBRE ET PLUVIEUX, j’aurais bien voulu qu’elle me laisse déprimer en paix.

IMG_0611

Bref, elle objectait que oui, 2017 c’est aussi l’année de celle qui a rempli nos petits cœurs d’amour et de tendresse, nous a envoutés de ses yeux de biche et de ses sourires.

Alors Margot, moi, et tous les autres, on reste là et tu nous manques. On sait qu’on a de la chance d’être là. On se débrouille. Mais tu nous manques. Et 2017 est partie…

T’inquiète pas pour nous, hein. Ta filleule a eu un joli cadeau sous ton sapin, tes petits gars sont toujours aussi stylés, ton amoureux cuisine des légumes VERTS (si, je te jure, j’en ai mangé !), et je ne suis pas très fière de raconter ces bêtises mais ma Conscience Positive ne veut pas la boucler. Et je te sens qui souris.

J’attends le soleil, j’attends le printemps, j’attends les feuilles dans les arbres pour te voir à nouveau.

IMG_0612

*Caille*

STOP

J’ai gardé cet article au chaud longtemps, à me demander si je devais le publier ou non. Et au final, ça m’a soulagée de l’écrire, donc il me parait logique de le publier.
Il parait négatif de prime abord mais il se conclue bien. Promis.

Je n’ai plus envie. Plus envie de perdre mon temps avec des gens qui se contre-fichent des autres. Tu donnes sans compter. A force de te faire entuber et essorer par les gens, tu te mets à compter. A faire des listes débiles des choses matérielles, du temps que tu as donnés à ces personnes.
Tu n’es pas comme ça mais tu le deviens.
Tu t’énerves de ne pas réussir à mettre à distance.
Tu pleures.
Tu t’enfermes avec ta colère.

Et puis un jour, c’est la claque de trop. Tu dis stop.

Au final à vouloir aider les autres, c’est toi qui tu mets dans la mouise. C’est beau de jouer les mères Thérésa. Mais ça va 5min au final…
Un truc tout bête m’a fait prendre conscience de ça. Je regarde pas mal de séries sur Netflix, des dessins animés aussi. (Oui j’ai 35ans et alors ? Et oui je vous ferai un article ! 😉 ). Récemment, j’ai notamment regardé Bojack Horseman. Une ex star du petit écran, acteur sur le retour, aigri de la vie qui pourrit toutes les relations autour de lui.

Et là, bim, éclair de lucidité.

ufo meditation GIF by Percolate Galactic

Il y a bien ce genre de personnes autour de moi. Tu vas te précipiter pour les aider (parce que ça te fait du bien, parce que c’est généreux de vouloir aider, parce que « ça se fait » quand t’es bien éduqué… bref… Tu vois très bien.). Tu vas tout faire pour les aider, y compris de gros compromis mais sur le moment tu te dis que ce n’est pas si grave, puisque l’autre (qui est dans une situation moins favorable que toi) se sent bien. Tu te dis que tu aimerais qu’on fasse la même chose pour toi.
Mais c’est justement à ce moment précis qu’il faut qu’une petite voix te stoppe. Ce moment où tu es prêt·e à faire passer l’autre avant toi.
1) Il y a certaines personnes qui ne peuvent pas être aidées.
2) Tu ne peux pas sauver tout le monde.

Et au final, à tout détruire autour d’eux, il faut se rendre à l’évidence : Ces personnes ne veulent pas être aidées.

Il y a des jours où tu te dis que tu ne veux pas éclabousser ton bonheur au visage des gens qui n’ont pas ce que tu as. Et puis au final, ce n’est pas une question d’éclabousser qui que ce soit. C’est profiter de ce que tu as, du temps que tu as avec les gens que tu aimes.  Une copine m’a dit il y a quelques semaines « Mais il ne faut pas t’en vouloir, tu es généreuse et empathique. Tu l’étais juste avec la mauvaise personne. »
Elle a raison. Il ne faut pas arrêter d’être dans l’empathie,  il faut juste apprendre à se défaire des personnes poison.

toxic.PNG

Pour les copains qui ne liraient pas bien l’anglais, je fais une petite trad’ vite fait :

Il ne faut pas se sentir coupable de supprimer les gens toxiques de votre vie.
Peu importe que cette personne soit de votre famille, un·e amoureux·se, votre patron, un ami d’enfance ou une connaissance récente. Il ne faut pas faire de la place pour des gens qui vous font de la peine ou vous rabaissent. C’est une chose de reconnaitre sa mauvaise attitude et faire des efforts pour changer. Mais si une personne méprise vos sentiments, ignore vos limites et « continue » à vous traiter de manière blessante, ils doivent s’en aller.

They need to go. POINT.

La débauche d’énergie pour aider les gens n’est pas fatigante en soi. C’est la perte / le gaspillage d’énergie qui l’est. Je pouvais me disperser avant. Maintenant, je ne peux plus. Mon corps ne me le permettra plus. Non je ne vais pas vous servir le couplet « maintenant que je suis devenue maman blablabla ». Certes la maternité m’a permis de prendre conscience de certaines choses et m’a apporté ça de positif : je recentre mon énergie sur ma cellule familiale et mes vrais amis. Mais ce n’est pas le fait d’avoir démoulé qui m’a provoqué une illumination, non non…

light that 70s show GIF

Plutôt le recul que le congé permet de prendre. J’ai eu la chance de rester quasiment 11 mois à la maison. Il y a des gens que je n’ai quasiment pas vus, voir pas du tout. Des gens que je pensais « proches » et au final, la désillusion. Je suis plutôt du genre à ne pas lâcher l’affaire en amitié, relancer, entretenir… Mais au final à force de te prendre des coups et à force d’indifférence (« il faut cultiver la différence, et non l’indifférence ! » 😉 😉 ), tu prends tes distances. Et c’est ce qu’il y a de plus sain à faire.

Peu importe le nombre des années, 10 ans, 20 ans d’amitié. Parfois ça fait mal de faire une croix dessus. Mais les gens changent, on change ou se révèlent… C’est pas tellement nécessaire de se forcer. Les choses doivent être simples et faciles. On doit être soi même et surtout ne pas modifier qui on est sous prétexte que ça ne plait pas à l’un ou à l’autre. Les gens font des choix et on n’est pas responsable de ça.

L’image contient peut-être : texte

J’ai décidé de n’accorder du temps qu’aux gens qui en prennent pour nous.

Exit les gens qui profitent.
Exit les gens négatifs.
Exit les gens qui te pompent jusqu’à la moelle.
Exit les gens qui critiquent gratuitement (hey les donneurs de leçon, coucou petite perruche !)
Exit les gens qui ne sont jamais contents.

Byyyyyye !

go away goodbye GIF

Vous ne vous nourrirez plus de mon énergie. Et au final, on ne s’en portera que mieux.

*Kaarotte fait le ménach*

Le bullet journal

Oui, je sais, j’arrive après la bataille avec mon article sur le bujo (ouais quand t’es hype tu ne dis même plus BULLET JOURNAL… Tu dis « Bujo »)

pierre visiteurs GIF

(Bravo à ceux qui ont la référence !)

La raison de ce « délai » d’écriture d’article est que je voulais le pratiquer vraiment pour vous dire mon sentiment sur l’utilisation et pas juste « oh regardez j’ai fait un joli bujo, il est merveilleux. » Vous en avez des tonnes des articles comme ça…

Rien que celui de ma petite Gabrielle que lequel je suis allée des dizaines de fois pour retrouver le lien de la vidéo de la bloggueuse qui avait fait une vidéo merveilleuse. (oui j’ai caché les liens si vous voulez cliquer !)

Je suis assez fan des listes et des carnets en tout genre.

Ma motivation a été encore plus grande lorsque ma Chuchum (Noëmie pour ne pas la nommer) m’a dit qu’elle aussi se lançait dans le projet. Il faut savoir qu’avec ma Chuchum, on se connait depuis presque 20ans

oh my god wow GIF

et qu’on est des grandes fans de carnets, photos, décos en tout genre. Depuis toutes ces années, on a des dizaines de carnets de toutes les tailles de tous les genres, carnet avec nos critiques de cinéma, carnets avec nos répliques préférées, avec des photos de nous etc…

On s’est d’ailleurs dit « Le bujo était évidemment fait pour nous !!! »

Les gens qui me connaissent m’offrent souvent des carnets comme cadeau.

Je vais donc vous montrer le mien, avec mes choix et ce que je compte faire pour le prochain, car oui, je compte poursuivre l’expérience l’année prochaine.

D’abord, avant de me lancer, je suis allée faire un tour sur internet. Pinterest est une source de dingue en terme d’idées (et pas que pour le bujo !). Et non ce n’est pas moche de copier. C’est souvent comme ça qu’on lance le processus de création.  J’ai déjà commencé par fouiller, sélectionner, fait des captures d’écran, sauvegardé des images qui me plaisaient.

Alors c’est vrai qu’on pourrait se dire que c’est un truc d’ado attardé, comme quand on décorait nos agendas avec des autocollants fido dido.

fido dido 90s GIF
Sur le papier, coller des stickers et du scotch décoré (masking tape pour les initiés) pour faire joli et raconter notre journée en cochant des objectifs quotidiens ou hebdomadaires, ça fait un peu journal intime. Mais en fait pas du tout.

Le bujo, je le vois plus comme un outil à part entière. Agenda, carnet de listes, pages souvenirs… C’est sympa de faire le point sur ce qu’on a à faire à plus ou moins court terme. Planifier ce n’est pas qu’un toc !!!

Alors oui, des fois on triche… Des fois on rajoute des taches déjà effectuées pour les cocher. 😂 La satisfaction du travail fait. En réalité, c’est pratique aussi de se souvenir de ce qu’on a déjà fait. 😉

Je m’en sers aussi pour noter les horaires de la nounou, du coup j’ai fait une double page spéciale Alix avec ses petits moments, ses mots nouveaux, etc…

La page que je trouve la plus utile et que je vais garder à 200% c’est le calendex (calendrier annuel).

C’est tellement pratique de voir l’année ou la demi année d’un coup d’oeil. Noter les périodes de stages etc. Par contre je ne note pas tout dessus parce que ça deviendrait illisible donc inutile.

 

Au final, je pense garder pas mal de choses :

– la double page nounou / Alix,

– la page hebdo évidemment,

– la page calendrier mensuelle

– les pages de listes en général,

– les pages films, livres etc j’aime assez, (je réduirai sans doute la taille),

Je ne pense pas garder la page des séries même si c’est joli pour la bonne et simple raison qu’on a Netflix maintenant et qu’il se souvient des épisodes pour nous ! Merci intelligence artificielle ! En revanche, je garderai peut-être un tracker (page en format paysage où on coche au fur et à mesure) pour les séries que je suis en dehors de Netflix comme tout n’est pas dessus (Personne n’est parfait !).

Je ne referai pas de calendrier perpétuel avec les anniversaires.

Je pense que je garderai celui de cette année comme référence, et je pense faire un petit calendrier mural avec des pastilles en bois (merci aliexpress), genre ça :

Calendrier de Rappel des Anniversaires pour Famille et Amis en Bois

(Je vous ferai un petit DIY 😜!)

Je vais probablement faire ma semaine sur une page seulement parce que je n’ai pas besoin d’autant d’espace au final.

Je ne ferai plus non plus la page de présentation du mois. Je n’ai pas le temps de faire aussi joli que je voudrais… et souvent je n’ai pas fait, ou bien « en retard »…

 

J’ai encore 2/3 trucs en réflexion.

Je pense que je vous referai un article en mode « Le bujo (laid) nouveau est arrivé » 😉 cet été avec ma nouvelle mouture.

*Bujo-Kaarotte*

200 mercis

Bon bah… On aurait voulu le faire exprès on n’y serait pas arrivées !
Nous avons atteint les 200 articles de blog en 2017 (grâce notamment au merveilleux Caillendrier de ma Caille ❤ !) P’tite goutte de champagne !

happy new year smiling GIF

Nous sommes heureuses de vous compter parmi nos petits lecteurs.
Plusieurs d’entre vous se sont même abonnés. Et des gens qu’on connait même pas en plus !!! C’est tellement touchant !
Nous, on fait ça pour se marrer, pour vous faire marrer aussi, pour partager avec vous nos quotidiens de prof, nos balbutiements de parents, nos joies et nos peines. Et vous nous donnez tellement d’amour cybernétique.

the beatles love GIF

Récemment, une de nos lectrices ultra fidèle, Linda pour ne pas la nommer (Coucou Linda !) nous faisait encore de chouettes compliments (à base de wonder-mum et j’en passe… uhuhuh) en nous souhaitant la bonne année.
C’est cool de voir que ce monde n’est pas si pourri au final et qu’on peut encore échanger et partager.

Alors… De notre part à toutes les 2, nous vous souhaitons une excellente année 2018.

caille-kaarotte

Pour le blog, nous vous promettons ni plus ni moins que l’année dernière mais un super programme tout de même : du rire, des bons mots, du râlage (Ouais on ne se refait pas hein !) et des dessins de la caille au rythme du vent (des fois ça souffle fort… et des fois c’est calme 🙂 )

Des bisous les ptits loups.

*Kaarotte pour Caille & Kaarotte*

Et maintenant ?

Il y a quelques semaines, Aaron et moi avons eu une jolie conversation :

« – Maman, c’est qui la marraine de Margot ?

– La marraine de Margot, c’est Aurélie. Tu sais ?

– Elle ne dort plus pour toujours ?

– Si mon bonhomme, je t’ai expliqué…

– Mais ! Comment elle va faire ?

– Pour quoi ?

– Pour être la marraine de Margoton !

– Ah, je vais te dire ce que je pense. Mais tu pourras penser autre chose si tu préfères. Je pense que c’est une fée, maintenant. Une fée qui veille sur Margot, qui regarde comment elle grandit et comment elle va.

– Et comment on va lui dire ?

– Lui dire quoi ?

– Qu’elle est la marraine de Margoton !

– Elle le sait ! On lui avait demandé. Et je pense aussi qu’elle nous entend alors ne t’inquiète pas, elle le sait.

– … Eh ! Marraine de Margoton ! Marraine de Margotooon !

– Tu l’appelles ? Tu veux lui dire quelque chose ?

– Oui !… »

Il y a eu un blanc de quelques minutes. Puis Aaron a repris :

« – Eh Maman ! Je l’ai entendue !

– Ah oui, tu as de la chance ! Et que t’a-t-elle dit ?

– Elle m’a dit « Joyeux anniversaire, Aaron. » »

Le temps d’une fraction de seconde, j’ai voulu prendre mon téléphone pour te raconter cette conversation, mais j’ai été rattrapée par la réalité. Dans un deuxième temps, je me suis dit que puisque tu veilles sur nous, tu devais être là. Et que pour qu’Aaron m’ait répété d’une voix si douce comme était la tienne ce qu’il t’a entendu dire, c’est que forcément, tu étais là.

Je sens ta présence presque à chaque instant. Et je tendrai bien l’oreille pour t’entendre me souhaiter à moi aussi un bon anniversaire.

Margot quant à elle, a pris l’habitude de parler aux feuilles des arbres qui s’agitent dans le vent. Particulièrement quand la brise est douce. Coïncidence ? Tu es partout et nulle part à la fois. Tu es le vent dans les arbres.

vent_dans_les_arbres

* Caille *

La fatigue

Ce fléau qui te met un stop.
Depuis le décès de ma mère, je suis fatiguée.
Fatiguée d’écrire, de lire, de faire des choses qui me faisaient plaisir comme regarder un bon film ou une série sans rien faire d’autre à coté.

Etrangement, je suis fatiguée, mais j’ai besoin de me remplir le cerveau de plein de choses pour ne pas (trop) penser.
J’ai des difficultés à me poser le soir et ne rien faire. Même au moment du coucher. Résultat je ne m’endors plus.
Depuis que je suis en congé parental, j’ai coupé la télé en journée (non pas que je la regardais beaucoup, mais les copines enceintes, ou qui l’ont été savent qu’à un certain stade il n’y a plus qu’elle comme compagnie pour faire passer le temps…).
Ça me rappelait trop ma mère qui donnait tout son temps de cerveau disponible à sa déesse cathodique négligeant son rôle de mère.
Ne pas avoir de « bruit » non sollicité en journée est salvateur. Pour autant, ça ne m’aide pas à me reposer. La fatigue physique est là, le corps (et ses carences) a du mal à suivre. Mais c’est surtout la fatigue morale qui est lancinante. C’est elle la responsable des coups de mou.
Donner du temps, de l’énergie aux plus proches et au final, encore et toujours être déçue. Pour en avoir discuté avec Marie (ma keupine de touitteur si vous avez suivi !!) (coucou Marie) et avec ma chouchoum (cucu Chuchuuuuum !) :

  • oui ça passera
  • oui c’est l’être humain
  • oui on peut pallier ces moments par pas mal de choses.

 

pills

 

Alcool, médocs et allaitement ne font pas bon ménage. Je n’ai jamais été tellement portée sur les pétards. Je devrais peut être commencer… Il parait que ça détend.

Bref. Je n’aime pas déplacer un problème.

D’ailleurs, en parlant de « problème ». Je me dis quand même qu’irrémédiablement, si on ne prend pas les choses à bras le corps, rien n’avance.

ippon

Alors ouais je suis un peu radicale comme fille. A crever des abcès et à être beaucoup dans l’extrême mais au final évacuer tout ce qu’on ressasse ne peut être que bénéfique à mon cerveau.

Alors, fatiguée ou non, je me suis remise à la course. Les endorphines sécrétées pendant l’effort physique sont salvatrices. En général, ça me détend, c’est de la bonne fatigue pour s’endormir. Mieux encore, quand j’ai quelque chose qui me tracasse, je pars avec dans un coin de ma tête et au fur et à mesure où je cours, je trouve des solutions auxquelles je n’avais pas pensé.
Mes prises de poids récentes ou moins récentes sont liées au stress et à la fatigue. Les surrénales s’affolent et la Kaarotte mange comme 15.
Ça suffit de manger pour compenser ! Il va falloir se remettre en forme ma p’tite dame !

Bon. Je vous laisse, je file à la douche. La séance de course était bonne ce soir 🙂

*Kaarotte-road-runner*