Charge mentale, médailles, tâches ménagères…

A un moment donné il faut décharger. C’est plus possible.
Alors ouais ils* (elles… j’suis pas sexiste / réductrice, force est de constater que la testostérone doit jouer un jeu la dedans) sont relous à attendre tout le temps que tu leur demandes de l’aide ou que tu leur dises quoi faire. Même quand tu mets la poubelle en plein milieu du passage.
C’est à croire qu’ils ne voient pas. 🤔
Avec ma Caille, nous avons élaboré une théorie. Ils doivent avoir un champ de vision en forme de tube. Ils voient devant eux, objectif sortie de la maison, tout ce qui se trouve aux pieds n’entrant pas dans leur champ de vision… C’est comme ça que 2 caisses de recyclables peuvent rester des jours sur le palier quasiment au milieu des escaliers, en attente d’une descente prochaine et imminente.

Il y a des jours tu ne supportes pas et puis il y a des jours où tu te dis qu’il vaut mieux en rire. Alors quand l’homme a fait une tache extra-ordinaire SANS demande de ta part, DE SON PROPRE CHEF, de sa propre initiative… Il faut le récompenser. Une petite tape sur la tête ne suffisant pas toujours, il faut devenir créatif…
etienne-medaille.JPG

*Médaille pour avoir vidé le lave-vaisselle*

Tu sens la joie de la récompense dans le regard de l’homme ?

Alors si toi aussi tu veux féliciter ton chéri, ma caille s’est fendue d’une petite récompense dessinée.

medaille

Spéciale dédicace à Nomi pour cette première médaille.

*Caille et Kaarotte qui pensent à vous même en vacances*

Publicités

Quinqua-caca…

Titre philosophique !

On me dit dans l’oreillette que la transition biscuit cuillère >> diatribe professionnelle était un peu violente. Bon. Soit. Je note ma chouchoum (ouais c’est elle, je balance !). Je ne vais donc pas vous RE-choquer, et je vais continuer à râler ! 😀

Je m’en vais vous raconter mon excursion au marché.

J’étais speed déjà.  J’arrive au marché. Quasi personne aux légumes, cool je ne vais pas rentrer trop tard. J’arrive du côté des galettes. Tous les camions remplis encore pire qu’un samedi… bon je sais qu’il y a les touristes etc… mais sincèrement ??? Sur le marché du mercredi ???

Je vais à l’un des 2 camions où on a nos habitudes. On attend, on attend. Du monde. La dame est toute seule à faire ses galettes. Alix hyper sage dans la poussette pendant au moins 20min.
Et là. Pépouze. Deux, trois mecs, la cinquantaine, déboulent auprès des 2 pèquenauds qui avaient fait la queue juste devant moi et se mettent à passer leur commande. Et puis pas des petites commandes « une oeuf fromage, 2 crêpes sucre, 1 crêpe confiture, une galette saucisse… ah et prends moi une crêpe au sucre aussi »

NAN MAIS ÇA VA OH ???!!!

Ça m’a énervée. J’ai dit bien fort «Ça va ? On ne vous dérange pas ? Et nous on a droit de faire la queue comme des connards ?? C’est quoi ce manque d’éducation ?» Les mecs ont baissé les yeux et tourné la tête… Nan mais 2 baffes ouais…

Donc à un moment donné, un bébé de neuf mois est capable de faire la queue et de patienter et des mecs de 50 piges, se prennent un droit de passage de gros mal-élevés en grillant une quinzaine de personnes au bas mot ?
Non et puis il n’y a pas que les quinqua. Il y a les sexa, les septua et octo… qui se croient tout permis à la boulangerie, aux caisses des supermarchés, qui râlent après les petits jeunes qui manquent d’éducation mais qui ne sont pas fichus de dire bonjour, s’il vous plaît et merci ?
Quand ce sont les caissiers et caissières qui disent aux gens « La dame est enceinte, on va la laisser passer avant vous. »
J’ai honte pour eux.

Bref… sur ces bonnes paroles, je vous laisse avec ce petit dessin de Margaux Motin qui résume à la perfection mon sentiment à chaque fois…

margaux-motin.jpg

PS : Et juste pour faire plaisir à Nico… Et les vieux au volant on en parle ? Non… ça fera l’objet d’un article entier ! 😀

*Kaarotte-sidérée des gens en ce moment*

Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance.

Titre long et lourd de sens. Je suis fâchée. Ouuuuh Kaarotte est colère !

Je m’énerve sans doute pour rien (jamais vraiment…) mais je me suis « pris la tete » avec un prof des écoles sur twitter hier.
[mode Bibitch on] Il est rugbyman… ça explique surement une partie de notre désaccord ou de notre vision des choses. [mode Bibitch off]

Pardon mes collègues du second degré. Pardon vraiment sincèrement.

sorry

Pendant des années, j’ai pensé que vous étiez jmenfoutistes et imbus car spécialisés dans votre matière et donc moins au service des élèves. Et finalement, je me rends compte aujourd’hui que non. Dans le premier degré AUSSI, beaucoup sont imbus parce que se croient spécialisés en tout. (Bon, faut être honnête, pas tous… Il y a encore des collègues que je respecte pour leur implication dans le premier et second degré, loin de moi l’idée de mettre tout le monde dans le même sac !)

Je me suis quand même entendu dire que j’aimais mettre les gens dans des cases.
(Moi ? Moi je mets les gens dans des cases ?! AHAHHAHAHA Pardon. Trop bonne blague !) après avoir dit qu’en ayant grandi avec un père militaire, je connaissais bien la pratique de la désinformation.

[Il dit qu’il voit pas le rapport].

confused.gif

Et accessoirement que je devrais retourner en école (Bon Ça cest peut être pas entièrement faux… Ma norme est forcément décalée après une petite dizaine d’année en SEGPA).

À la base, j’ai chopé un thread de profs qui parlait de plein de trucs de profs (traduire de pédagogie, trucs hautement relous pour le commun des mortels) mais entre autres, l’hypocrisie en terme de compétences et d’orientation. On en arrive au fameux débat du collège unique avec des élèves qui n’ont pas le niveau et qui avant, sortaient du système scolaire sans que ça ne pose aucun problème éthique ou de valeur. Et sous-jacente,  arrive la dévalorisation des voies professionnelles puisque ne sont envoyés dans des formations techniques et manuelles que ceux qui ne pourront pas faire *plus* scolairement.

Et donc, on en arrive à cette absurdité totale : quand un môme a de super compétences et VEUT aller vers une formation professionnelle, on lui dit que ce serait dommage de « gâcher » ses compétences, qu’il pourrait continuer ses études et « faire plus ». GÂCHER ?  FAIRE PLUS ? Mais pour faire  quoi ? Gâcher un super potentiel de faire un chef d’entreprise qui aime son métier et qui a vraiment choisi sa voie, qui n’a pas un avenir professionnel en carton parce que choisi par défaut ? Et sinon comment ça se passe ? On le pousse à faire un bac + 5 et une dépression parce qu’il doit pointer à pôle emploi alors que 7ans plus tôt il aurait pu s’engager dans une voie pro type CAP + bac pro ?

Hypocrisie de classe sociale ?
On ne fait des métiers manuels que lorsqu’on a un faible niveau d’instruction ? C’est une question rhétorique. La triste réalité est là. Il n’y a qu’à voir le boom des formations professionnelles pour adulte et le nombre de reconversions.
Le voilà le réel problème : la dévalorisation du travail manuel. Les parents veulent-ils  le bonheur de leurs enfants s’ils les poussent à faire des études ? Mon père, en voyant ce que j’étais capable de faire de mes mains, m’a dit un jour « J’aurais jamais du te pousser à faire des études ». Je pense qu’il l’a fait en pensant sincèrement vouloir le meilleur pour ses enfants. Le meilleur selon son éducation. Que, nous, ses enfants, réussissions mieux que lui scolairement parlant.

L’idée du mec (de twitter, ouais toujours le même !) contre laquelle je me suis insurgée était que les PE sont spécialistes de la lecture. Ce à quoi j’ai répondu que non, TOUS les PE ne sont pas spécialistes de la lecture. Ils enseignent l’apprentissage de la lecture, l’apprentissage de la langue mais ils ne sont pas spécialistes. Dans un monde merveilleux où tout le monde serait spécialiste de tout, on n’aurait aucun illettré en France en 2017.

Petit rappel : l’illettrisme c’est quand on a été scolarisé, on a appris à lire écrire et compter, Mais qu’on ne maîtrise plus la langue française après un certain nombre d’années de manque de pratique. On désapprend parce qu’on n’est pas passé au stade de lecteur expert. Ce à quoi le rugbyman twittant a répondu que c’était une théorie fumante… Encore une preuve qu’il n’est pas spécialiste de la lecture, sinon il saurait qu’on désapprend. C’est ce qui guette mes élèves et ce contre quoi je me bats au quotidien. Je veux au moins que mes élèves deviennent lecteurs experts, pour ne pas désapprendre, juste pour pouvoir s’en sortir dans la vie, savoir lire des documents administratifs, au minimum !! Fermons la parenthèse. (Comment ça je n’en avais pas ouvert ?!) 

Ma copine qui est formatrice en ESPE m’a dit qu’avec 2h de cours sur la lecture en master ils n’allaient clairement pas devenir des pros de la lecture. DEUX PAUVRES HEURES… 🤔 C’est certain. On brade la formation des profs et on ne comprend pas qu’il y ait des pétages de câble, des burn out, des dépressions et des démissions. C’est de la maltraitance de profs et d’élèves… On demande aux profs de faire quelque chose qu’on ne leur a pas appris et on exige qu’ils sachent le faire. On s’insurge si ce n’est pas le cas. C’est comme si vous disiez à un prof. « Bon alors tu vas apprendre à tes élèves à nager. Ah tu sais pas nager ? Bon je te montre. Hop. Ça y est ? T’as vu ? Bon c’est bon, tu sais nager. Tu vas savoir leur apprendre. » Vous allez le voir sur une séance de natation. « MAIS ??? C’est pas du tout comme ça qu’il faut faire. Regarde, il faut prendre le temps, on n’apprend pas à nager en 2min !! Il va falloir que tu te remettes en question sur ta manière d’aborder les apprentissages. Tu n’as pas poussé ta réflexion pédagogique là. Avec ta manière de faire, c’est clair qu’ils ne sauront pas nager à la fin de l’année. »

FAITES CE QUE JE DIS FAITES PAS CE QUE JE FAIS.

understand2.gif

 

Je ne dis pas que tout est négatif dans la formation des profs mais il y a des écueils qu’on pourrait éviter. Ne serait-ce qu’en considérant les gens plutôt qu’en les prenant pour des débiles. Heureusement, il y a des chouettes formateurs (avec qui on garde même contact, avec qui on monte des projets parce que la motivation de ce métier c’est ça, le partage de compétences et l’échange.) qui nous donne envie de nous investir, qui nous valorisent et révèlent le meilleur de nous.

Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’il y a un problème d’origine sociale dans le métier. Clairement. Quand tu as côtoyé dans ton quotidien, des gens qui ne savent pas bien lire ou écrire, qui galèrent dans leur quotidien, tu sais ce que c’est que la difficulté d’apprentissage. Et dans ces milieux socio-culturels moins élevés, devenir prof, c’est l’ascension sociale. C’est la reconnaissance de la société, métier de prestige et de respect. Pour ma grand-mère qui était passée d’ouvrière à contre-maître, sa petite fille qui était professeur, elle en parlait avec des coeurs dans les yeux. C’était une fierté pour elle. C’est à ce moment là que tu te rends compte du poids.
Forcément, quand le niveau social s’élève, tu ne côtoies plus la difficulté. Tu ne te rends pas compte à 12ans que Kevin B. dans ta classe de 5ème qui a 4 de moyenne, galère à comprendre. Faut être lucide 2 petites secondes. Tu ne deviens pas prof parce que tu avais des difficultés à l’école. Déjà, quand tu es prof c’est que tu as réussi un minimum (au moins les études pour devenir prof (à savoir, bac + licence + master MEEF = bac +5), que tu as aimé l’école (assez pour accepter d’y rester toute ta vie !) et donc que tu n’as pas VRAIMENT connu la difficulté scolaire, tout du moins pas celle à laquelle on est confronté professionnellement aujourd’hui.

okay

Après, beaucoup de PLC (professeurs lycée et collège Pour les non-initiés) sur twitter (ou pas d’ailleurs) sont très réac parce qu’ils idéalisaient leur métier, et la reconnaissance n’est plus à la hauteur de celle qu’ils attendaient (celle la même qu’ils accordaient à leurs profs préférés…) Résultat, ils deviennent aigris rapidement (parfois dès l’année de stagiaire… J’en ai vu quelques uns déjà.) et ne font plus le métier par passion mais par contrainte et pour des « pseudos avantages ». C’est comme ça qu’en salle des profs, le 5 septembre tu entends « Bon allez 6 semaines avant la Toussaint ! ». Alors, ouais quand tu vois / entends ça de l’extérieur, je comprends que ça hérisse le poil et que ça amène des jugements de valeur sur ces « putain de fonctionnaires de merde qui se plaignent tout le temps ». J’entends. Je vis les choses de l’intérieur et je ne supporte plus d’entendre certains se plaindre la bouche pleine. Mais il y a quand même tout ça à prendre en considération.

Il y a la désillusion que j’excuse partiellement mais il y a aussi le manque de considération du handicap. Et ça je ne l’excuse plus. Le nombre de fois où j’ai entendu que c’était du favoritisme de donner une dictée à trous à un dyslexique 🙄🙄🙄
Je réponds : « D’accord c’est du favoritisme. Mais, dans ce cas, la petite C. qui est en fauteuil, tu voudras bien lui faire monter les escaliers comme les autres ? Nan parce que c’est du favoritisme là, elle a le droit de monter en ascenseur et en plus elle est assise quoi… Faut pas déconner. »
En général on me répond un invariable « t’es con » ou bien « Nan mais cest pas pareil ». En quoi c’est pas pareil ? La notion même de handicap sous-entend qu’il y a un besoin de compensation. Imaginez déjà la difficulté pour un jeune d’accepter d’être différent (alors qu’à 13ans tu ne rêves que d’une chose c’est d’être à tout prix dans la norme.), d’accepter  que le terme « handicap » soit estampillé sur son dossier (ça relève du secret médical… Cimer les gars… et c’est un motif de discrimination…)  et s’entendre dire que c’est du favoritisme de bénéficier d’une adaptation… ??? On ne voit pas d’inconvénient à palier un handicap physique, mais un handicap invisible, ça reste différent.

invisible.gif

Mais le rejet de la faute et le manque de compétence des profs va au delà d’une simple considération. On a le « C’est pas de notre faute si les acquis ne sont pas assurés en arrivant en 6ème ». Faudrait surtout pas prendre ses responsabilités. Bah ouais mais nan les gars. Il faut arrêter de toujours jeter la faute sur l’autre, celui qui n’aurait pas fait son boulot avant et peut-être se remonter les manches, essayer de prendre les mômes là où ils sont, avec leurs compétences et essayer de les amener le plus loin possible. Peu importe si « Tu te rends compte ? Ils ne savent MÊME PAS faire ça ?! »  Ouais et ? Ça change quoi au final ? Ça te dédouane si à la fin de l’année ils ne savent toujours pas le faire ? Les gars ? Vous avez déjà entendu parler de la ZPD (ouh, Kaarotte méga vénère sort l’artillerie lourde. Barrez-vous ça va pétaaaaaay !).

La QUEUAH ?

ZPD.gif

La Zède Pay Day . Zone Proximale de Développement. aka des gros mots de profs qui s’la pètent du jargon professionnel pour dire en gros, quand tu apprends tu es sur une marche d’escalier. La ZPD ce sont les 2 marches juste au dessus de celle sur laquelle tu te trouves, où vont se situer les compétences que tu peux potentiellement atteindre.

ILLUSTRATION

zpd_circles-01

 

Chez nous (les profs du spécialisé intervenant dans le second degré) c’est différent.

zebreCoucou Marie 😀 

Les PLC nous regardent de 2 manières :

  • soit Avec admiration « woaaaah ils/elles sont trop fort(e)s ils/elles arrivent à gérer 16 mômes en difficulté alors que nous quand on en a 2 dans une classe on est débordés ! » (en réalité ils ne reconnaissent pas être débordés…)
  • Soit avec mépris « et sinon à part faire de la pâte à modeler et des gommettes tu arrives à faire classe? » « Des apprenti-quoi ? Tu fais cours, vraiment ? »

Dans les 2 cas, ces gens se trompent lourdement. Nos élèves en grande difficulté scolaire sont des ados à regarder comme des futurs adultes à qui on va demander de se déterminer très tôt pour un choix de métier (Le système se débarrasse d’eux ne soyons pas hypocrites). Alors, le minimum, c’est de les respecter donc de ne les traiter ni comme des animaux de zoo ni comme des enfants de 3ans. Et vous savez quoi ? Ça marche pas trop mal. Avec un soupçon d’humour, beaucoup d’écoute et du respect, on y arrive. On construit, marche après marche, l’escalier vers leur réussite (ZPD toussa toussa) et surtout vers un regain de confiance en eux. Depuis 6ans, on présente même certains de nos élèves au brevet pro (brevet des collèges version techno/professionnelle), on a 100% de réussite.

deal

Je concède à mes collègues d’élémentaire qui ont 32 gamins au quotidien que c’est difficile de faire classe sereinement en prenant en compte les difficultés de chacun. Mais quand je pense à mes petits cocos qui me racontent qu’ils ont été dans le fond de la classe pendant 4ans à faire des coloriages magiques… (Petit lecteur rappelle toi, ces coloriages avec des calculs associés à une couleur pour terminer en dessin une fois la totalité réussie.) Là, ce n’est pas une question d’effectif ou de gestion de la difficulté. Là, c’est clairement du manque de respect.

respect

 

Je sais que tu attends de savoir. Tu veux savoir si j’ai éclaté l’autre niais sur Twitter. Et bien non, je suis allée discuter en privé avec lui.
Au final, on a déverrouillé nos désaccords (SAUF SUR LA LECTURE ROGNTUDJUUUU). J’ai compris qu’il se sentait agressé (encore un truc que mon métier m’a appris, là où il y a agression se cache en général un malaise), qu’il vivait mal la vision des profs qui sont sur twitter et ça m’a permis d’écrire cet article ! Merci La communication !
Ouais je me ramollis, j’aurais clairement pu le défoncer…

finishim.gif

Mais je n’ai plus envie de perdre mon temps. Je garde mon énergie pour mes petits cocos à la rentrée. Je suis sincèrement heureuse de les retrouver.
Et puis comme ça, je vais à nouveau pouvoir réveiller mon chéri en pleine nuit parce que je rêve de Diego ou Steven (ouais Jason est parti cette année ! 😂) qui font les cons et me font râler !  😬

*Prof Kaarotte blablabla-blablabla-toussa-toussa*

Biscuits cuillère maison

J’ai fouiné sur le net et testé plusieurs recettes.

Mais j’en ai trouvé une que je vais garder je pense. Je l’ai modifiée je vous mettrai les proportions originales pour que vous voyiez.

Biscuits cuillère façon Kaarotte :

– 5 oeufs
–  175g 100g de sucre
– un peu de sucre glace
– 65g de farine
– 65g de maïzena
–  30g de jus de citron oups… j’ai commencé à les pocher quand je me suis rendue compte que j’avais oublié le citron… eh beh vous savez quoi ? Ils sont très bons sans !
– colorant jaune parce que là c’est non ! C’est quoi l’intérêt de mettre du colorant ???

  • Séparer les jaunes des blancs
  • Fouetter les jaunes avec la moitié du sucre (50g donc)
  • Monter les blancs en neige en y incorporant les 50g de sucre restant
  • Mélanger les 2 appareils délicatement (comprendre en ne cassant pas les blancs)
  • Ajouter, en plusieurs fois, la farine et la maïzena en les tamisant
  • A l’aide de la poche à douille, pocher des quenelles de pâte espacées de quelques cm (ça gonfle raisonnablement à la cuisson)
  • saupoudrer les quenelles de sucre glace en 2 ou 3 passages successifs
  • Enfourner pour 8 min à 180°
  • Décollay et dégustayyyyy

 

*Chef-Kaarotte*

Les nichons c’est bien, le mange solide c’est bien aussi !

Roh le titre méga racoleur ! 😀

Notre petite nenette est diversifiée depuis ses 5mois. On introduit au fur et à mesure. Au début en guettant les réactions et puis maintenant de manière moins angoissée, puisque presque tout passe (sauf le poisson, comme papa !)

Maintenant qu’elle a 9 mois, on peut commencer à manger du solide en morceaux, même si elle n’a pas encore un seul chicot !! Elle a le réflexe de mâcher entre ses gencives.

Alors pendant un temps (depuis ses 6 mois à peu près) les morceaux de fruits, le pain etc on lui donnait dans des grignoteuses. Kesséssé ?

C’est ça :

C’est très très bien ça madame (ou monsieur, je ne suis pas sexiste !) Avec ça, tu évites les risques de fausse route. Le bébé mâchouille la tétine percée et « dissout » l’aliment avec sa salive. Au final, c’est top pour découvrir des nouveaux gouts.

En revanche, ne te fais pas avoir petit lecteur. Les sites spécialisés pour bébé te vendent ça un bon 10 balles (avec les frais de 🐷 ) alors que tu les trouves à moins d’1€ sur aliexpress. Je suis pour le commerce local / français etc quand ces commerçants se fournissent également localement ou font fonctionner les petites entreprises locales. Mais quand en toutes lettres tu vois « importé de Chine » sur un site bio pour bébé etc … Je dis non !
Bref… revenons à nos 🐑 🐑 🐑 !

Donc il y a quelques semaines, Alix nous a fait comprendre qu’elle ne voulait plus de la grignoteuse (en la faisant tomber de manière répétée sur le sol et en la lançant sur la table. ÇA VA, C’EST BON, ON A COMPRIS !). On a donc démarré l’aventure du « c’est quoi ça ? Je veux gouter. » Asperges, haricots, pain, fromages divers et variés… [Genre de l’époisse, du comté, et autres choses hyper fortes en goût que mademoiselle adore !]

Elle grandit, elle va être gardée en septembre ! Oh mon petit baybay 😭

Comme elle sera chez la nounou (ouais on en a trouvé une topissime, je vous raconte ça bientôt), mais que je l’allaite encore, je me suis posé la question par rapport au remplacement de la tétée du gouter par un yaourt. Et en même temps, j’ai réfléchi aussi à l’introduction de biscuits… Je ne voulais pas faire ça à l’arrache, donc j’ai commencé par le yaourt depuis le mois de juin (3 mois de yaourt au gouter, ça devrait le faire niveau transition !)

J’ai sondé les copines (Oh c’est sale…) ma Caille et Nadège, pour ne pas les nommer, par rapport aux gâteaux.

HEY MEUF ? Tu te souviens quand est ce que t’as commencé les biscuits type boudoir avec Aaron / avec Agathe et Olympe ?
Ma Caille : Pédutou.
Nadège : Je ne sais plus… Mais elles n’avaient pas de dents… 6 / 8 mois je dirais ?

En fait la vraie question pour moi, c’était le sucre. Je ne fais pas une fixette dessus, mais le sucre et les enfants ça ne fait globalement pas bon ménage… Ouais donc si je fais un peu une fixette…
Et puis, sachant que depuis qu’on l’a diversifiée Alix n’a mangé que du fait maison, j’aimerais repousser au plus tard l’introduction de produits très industrialisés.
Ouais j’ai même fait mes yaourts !! Bon elle mange surtout des yaourts du commerce, parce que j’alterne les produits laitiers de vache et de brebis et pour l’instant je ne suis pas une experte non plus ! Mais une chose est sure, je ne veux pas lui donner tout de suite les desserts lactés spéciaux bébé, il y a 10g de sucre pour 100g de produit, donc par pot !!!

Alors, ça + des gâteaux du commerce bourrés de conservateurs…

no.gif
Du coup, en en discutant avec les filles toujours, Nadège m’a dit cette chose qui m’a décomplexée. Ses filles mangent du sucre mais en quantité raisonnable et « contrôlée ».
Je me suis dit qu’au final, si j’essayais de faire les gâteaux d’Alix… Je saurai combien il y a de sucre dedans. Et surtout QUEL SUCRE ! Parce que bon, le sucre blanc hyper raffiné industriel de ouf, etc… No way baby (ouais nan je ne vais pas pousser le vice jusqu’à remettre le même GIF qu’au dessus.)
De toute façon pour mes pâtisseries, je prends minimum du sucre de canne de la Réunion. (Si si la famille.)

Alors je me suis mise en quête de recettes peu sucrées, ou auxquelles j’ôterais du sucre pour faire ma petite tambouille.

Et vous savez quoi ? Alix adore !!!

alix-gateau

… et Etienne aussi !!
« Ils sont très très bons ces gâteaux. »
Comprenez :

« Tu m’en ramènerais bien un de la cuisine s’il te plait mon amour ? »

caro-etienne-food.png

Bref, je vous fait un article spécial recettes pour demain ?! 😀 Allez ! c’est pour moi, c’est cadeau !

*Chef-Kaarotte*

La fatigue

Ce fléau qui te met un stop.
Depuis le décès de ma mère, je suis fatiguée.
Fatiguée d’écrire, de lire, de faire des choses qui me faisaient plaisir comme regarder un bon film ou une série sans rien faire d’autre à coté.

Etrangement, je suis fatiguée, mais j’ai besoin de me remplir le cerveau de plein de choses pour ne pas (trop) penser.
J’ai des difficultés à me poser le soir et ne rien faire. Même au moment du coucher. Résultat je ne m’endors plus.
Depuis que je suis en congé parental, j’ai coupé la télé en journée (non pas que je la regardais beaucoup, mais les copines enceintes, ou qui l’ont été savent qu’à un certain stade il n’y a plus qu’elle comme compagnie pour faire passer le temps…).
Ça me rappelait trop ma mère qui donnait tout son temps de cerveau disponible à sa déesse cathodique négligeant son rôle de mère.
Ne pas avoir de « bruit » non sollicité en journée est salvateur. Pour autant, ça ne m’aide pas à me reposer. La fatigue physique est là, le corps (et ses carences) a du mal à suivre. Mais c’est surtout la fatigue morale qui est lancinante. C’est elle la responsable des coups de mou.
Donner du temps, de l’énergie aux plus proches et au final, encore et toujours être déçue. Pour en avoir discuté avec Marie (ma keupine de touitteur si vous avez suivi !!) (coucou Marie) et avec ma chouchoum (cucu Chuchuuuuum !) :

  • oui ça passera
  • oui c’est l’être humain
  • oui on peut pallier ces moments par pas mal de choses.

 

pills

 

Alcool, médocs et allaitement ne font pas bon ménage. Je n’ai jamais été tellement portée sur les pétards. Je devrais peut être commencer… Il parait que ça détend.

Bref. Je n’aime pas déplacer un problème.

D’ailleurs, en parlant de « problème ». Je me dis quand même qu’irrémédiablement, si on ne prend pas les choses à bras le corps, rien n’avance.

ippon

Alors ouais je suis un peu radicale comme fille. A crever des abcès et à être beaucoup dans l’extrême mais au final évacuer tout ce qu’on ressasse ne peut être que bénéfique à mon cerveau.

Alors, fatiguée ou non, je me suis remise à la course. Les endorphines sécrétées pendant l’effort physique sont salvatrices. En général, ça me détend, c’est de la bonne fatigue pour s’endormir. Mieux encore, quand j’ai quelque chose qui me tracasse, je pars avec dans un coin de ma tête et au fur et à mesure où je cours, je trouve des solutions auxquelles je n’avais pas pensé.
Mes prises de poids récentes ou moins récentes sont liées au stress et à la fatigue. Les surrénales s’affolent et la Kaarotte mange comme 15.
Ça suffit de manger pour compenser ! Il va falloir se remettre en forme ma p’tite dame !

Bon. Je vous laisse, je file à la douche. La séance de course était bonne ce soir 🙂

*Kaarotte-road-runner*

 

Profite bien, ça passe trop vite !

Ouais, je sais. Je vous ai manqué. Mais la Kaarotte qui râle is back !

Pourquoi est ce que les gens se sentent obligés de dire tout le temps, à toutes les nouvelles mamans de bien profiter parce que ça passe trop vite.
Sous des discours faussement bienveillants se cachent :

  1. de la jalousie
  2. au mieux, de l’envie
  3. de la connerie ?

Bon je m’arrête là. La liste serait longue au final. Non mais sérieusement ? Vous pensez qu’on n’a pas de frères et soeurs? Qu’on ne voit pas les enfants de nos copains ?
Vous pensez que jusqu’au moment de devenir parents, on ne savait pas que le temps passe. Evidemment, vous allez me dire que non, c’est pas méchant, c’est surtout qu’on ne « les voit pas grandir ».
Je vous répondrai que si justement. On voit tous les jours leurs progrès, leur indépendance, leur gain d’autonomie. Et honnêtement je trouve ça génial.

J’ai entendu récemment, « ahahahah ça va bientôt trotter… fini les moments cool ». NON MAIS VRAIMENT MEUF ??? C’est à dire que tu voudrais quoi au final ? Que je souhaite que ma fille ne marche jamais pour pouvoir chiller sur mon smartphone, OKLM sur mon canap ?
chill.gif

 

Tu crois vraiment que faire des enfants était une bonne idée si tu ne veux pas t’en occuper ?

Et puis sincèrement, c’est quoi cette injonction à profiter ? Comme si on allait faire un enfant, le porter, passer par l’accouchement, le post partum pour finalement se dire « oh non, j’ai pas envie de profiter… »

nah

Et puis, franchement, c’est chouette, un petit être qui grandit. Finalement, chaque étape est chouette, drôle, inquiétante… Bref interessante quoi !
Récemment j’ai eu le droit à « Ah elle est cool ??? Ah bah tu verras, enfant cool, ado chiant et enfant chiant ado cool… »  #lieuxcommun

Nan mais les gars, elle a 8mois!! Je sais que ça passe vite hein (cf le paragraphe au dessus, référence interne à l’article, TMTC 😉  ) M’enfin d’ici à ce qu’elle ait 13 ans, on va vivre 2/3 trucs quand même non ?
Spéciale dédicace à Nadège : #lesgenssontcons
Et même si c’est vrai ?
C’est utile de dire ça à une jeune maman ?
Et si ça ne se vérifie pas ?
Et si c’était juste pour faire chier le monde ?
D’où viennent ces odeurs ?
Que faire ?

(pardon je m’égare…)

Pour en avoir discuté avec les copines (coucou le Tyran, coucou ma Caille, coucou Nadège, bref coucou les copines…), l’impression qui en ressort est que quand on est heureux, que tout se passe bien, que ton / tes enfants (ouais y’en a ici qui les font 2 par 2 pour aller plus vite #gémellitémonamour), dans le fond, ça fait chier les gens. Ca doit être humain de kiffer la merdasse chez les autres et d’aimer la remuer surement.

Ma théorie est la suivante :

Les gens s’ennuient tellement dans leur petite vie (de merde) il faut que ça aille mal chez les autres. « Ah ouais ? Tout va bien ? Oh bah ça va pas durer ! »
Pourquoi ressentez-vous le besoin d’être à ce point anxiogène, les gens ?

why.gif

Non et puis, et loin de moi l’idée de vous donner un quelconque conseil de bonheur (je travaille au mien quotidiennement et je ne suis pas prof de bonheur encore.) Si vous êtes malheureux, essayez de faire changer les choses de votre côté. Pourquoi toujours essayer à tout prix de plomber les autres ? C’est pour faire en sorte qu’ils soient plus malheureux que vous comme ça votre petite vie médiocre parait plus reluisante à côté ?

Je ne comprends pas, je n’ai jamais compris et je crois que je ne veux même pas chercher à comprendre en fait.

understand.gif

Ca rejoint tout à fait les gens qui te donnent des conseils alors que tu n’as rien demandé. Quand les gens t’apportent un problème, te demandent ton avis et échangent avec toi, OK. Pas de souci.
Mais quand la personne en face de toi ne t’a rien demandé. Déduis-en qu’elle ne veut rien de particulier.

Enfin bref, tout ça pour vous dire que l’été arrive. Profitez bien… ça passe trop vite.

summer-winter.gif

 

*Kaarotte-grinçante*