Charge mentale my ass

Vous avez tous vu depuis des mois des articles sur la charge mentale, des réactions des machos, des féministes, des mecs chouettes qui en ont marre de prendre pour les autres, not all men, etc…

Je vous remets ici le lien de la bd d’Emma sur la charge mentale qui est assez explicite.
https://emmaclit.com/2017/05/09/repartition-des-taches-hommes-femmes/

Depuis cette « vague », on voit fleurir des articles en mode « Nan mais vous êtes perfectionnistes aussi ».

exemple : http://anti-deprime.com/2018/04/10/charge-mentale-mieux-vaut-etre-optimaliste-que-perfectionniste/

Bah sorry bro mais perso ne pas vouloir vivre dans la crasse je ne pense pas que ce soit être perfectionniste…

Et depuis quand être perfectionniste c’est un défaut ?
Nan mais on marche sur la tête.
J’hallucine.

Alors ouais, on est chiantes, on passe pour vos mères à râler. Mais justement… Vous êtes vous seulement demandé pourquoi elles râlaient vos mères ? Est ce que vos pères se bougeaient les fesses du canap’ ?
Bon… J’ai conscience de généraliser un petit peu j’avoue. Mais on est bien d’accord que la génération née entre 50 et 65 ne sont pas des foudres de guerre en terme de tâches ménagères (ça rime tavu ? Kaarotte-poète pouet TMTC).
Dans F.R.I.E.N.D.S. ils se moquent de Monica parce qu’elle est maniaque mais je ne vois vraiment pas ce qu’il y a de mal à vouloir un intérieur rangé ?
(Ok avoir 11 catégories de serviettes et vouloir aspirer l’aspirateur, c’est peut-être un peu exagéré…)

monica geller GIF
Comme dirait ma Chuchum, ils devraient peut-être un peu plus se centrer sur Rachel qui n’en fiche pas une, ou Joey le gros dégoutant !

im not even sorry matt leblanc GIF
Alors ouais, c’est pénible, il faut rogner sur ton temps libre, tes moments de détente. Mais nous aussi on rogne là dessus, ce serait cool que vous en ayez conscience aussi.
Vous croyez que c’est notre passion le rangement et le ménage ?

Spoiler alert 

emoji-no.jpeg

« Nan mais avoue t’aimes bien ça le ménage… »
Oh bah ouais, c’est vraiment ce que je préfère au monde, surtout nettoyer les chiottes et les traces miacou-dégoutantes autour du lavabo avec une brosse à dents (la tienne mon amour soit dit en passant… Non c’est pas vrai (je vois d’ici sa tête outrée en mode « c’est vrai ???? »)).

Nan mais VRAIMENT ????

emoji-vener.jpeg

Non, ce qu’on aime bien c’est un intérieur rangé (à peu près) propre et qui sent bon. Alors ouais… Faut bien passer par la phase reloue du nettoyage…
Dites vous que si vous sentez une odeur désagréable et que vous l’identifiez, vous avez le droit d’y remédier.

➜ Genre, « oh mais c’est la poubelle qui sent comme ça ?! *ouvre et referme la poubelle* * se barre à l’autre bout de la maison*
Ici vous pouvez donc déduire que « oh bah je vais la sortir ». Et vous savez quoi ? On ne nait pas avec ce don merveilleux de « devinette » de ce qu’il y a à faire dans la maison.

On n’a pas été programmés en mode :

chromosomes XX rangement /Chromosomes XY bordel ambiant

 

➜ Mieux. La poubelle a été sortie de son conteneur, elle est à l’entrée prête à être descendue et… vous l’enjambez pour descendre. Qu’est ce qui se passe dans votre tête à ce moment là ? « Tiens un obstacle. Elle veut sans doute que je me muscle plus les mollets. ?! Je vais l’enjamber 2 ou 3 fois dans la matinée, ça devrait lui plaire. »

Non et puis c’est vrai que ça demande vraiment un effort surhumain pour déposer son assiette dans le lave vaisselle et ses vêtements dans le panier à linge ! C’est quand même plus agréable quand il n’y a pas du bordel partout et de la crasse qui colle sous les chaussons non ? (Ah oui les chaussons… Non, ça c’est peine perdue. J’ai un hobbit qui passe sa vie en chaussettes à la maison. Je lâche l’affaire.)
Mais honnêtement Messieurs (et Iroise 😉 (elle va me frapper ahah)!!) ça donne pas envie d’avoir un corps comme ça là ? ⇩⇩⇩

cleaning up mr clean GIF by ADWEEK

 

Pour le coup, je ne dis pas qu’on est parfaites non plus hein ! On vous aime messieurs mais sortez de ce rôle d’exécutant et prenez des initiatives et sans attendre de médaille s’il vous plait… « T’as vu j’ai passé le balai ? » Oui et ? On vous fait des listes de ce qu’on fait  à la maison ? « Alors ce matin, j’ai nettoyé le vomi du chat, mis une lessive à tourner, j’ai ramassé le linge qui trainait dans la chambre, j’ai vidé la poubelle… » Je continue ou je m’arrête là ?

S’il vous plait, essayez de « voir » ce qu’il y a à faire. Il y a des jours où « qu’est ce que je peux faire pour t’aider » c’est plus insupportable qu’une insulte. Oui je sais c’est vilain, mais c’est ce qu’on appelle la saturation. Vous voulez aider ? Très bien. Faites.
Promis, on fera des efforts sur la réalisation, on va essayer de ne pas dire que c’est pas fait comme on voudrait.

IMG_EC6D0767709A-1.jpeg

 

PS : Oui mon chéri, je vois les efforts que tu fais depuis ces derniers mois ㋡ (K)

*Kaarotte en surcharge mentale*

 

Publicités

Pardonner n’est pas renouer

J’avance.
J’essaie de faire la paix (avec moi même surtout) pour ne pas avoir de fardeau supplémentaire à porter. J’évacue les colères.

Ce soir je tombe sur cette image sur le FB de ma copine anglaise Lisa.

L’image contient peut-être : texte

« Tu peux pardonner à quelqu’un et pour autant ne plus rien vouloir avec cette personne.
Il faut que les gens comprennent que le pardon c’est faire la paix avec le passé et non pas d’envisager un futur ».

Pardonner est quelque chose que tu fais pour toi. Sinon tu portes une surcharge de colère inutile. C’est uniquement à toi que tu fais du mal. La personne contre qui tu es en colère se contre fout de ce mal puisqu’elle n’est même pas au courant…

Pour autant, même si tu essaies d’évacuer, souvent, tu es en boucle. Tu ressasses.
J’en ai déjà parlé quelques fois sur le blog, mais certaines relations sont malsaines et ne doivent pas être poursuivies.
Je ne comprenais pas vraiment pourquoi je continuais à « ruminer » tout ça.
Jusqu’à ce que je lise ça :

L’image contient peut-être : texte

Les traumatismes émotionnels profonds ont besoin de temps pour cicatriser. Le soin se fait en plusieurs étapes. Et le fait que le cerveau ramène ces événements / personnes sur le devant des réflexions n’est pas à prendre à la légère. Tant que toute la charge émotionnelle ne sera pas partie, le cerveau remettra 100 fois sur l’ouvrage…

Alors j’ai décidé de me laisser être triste (parfois), de me laisser penser que c’était chouette (aussi) mais aussi de me laisser pardonner, tourner la page (définitivement) et accepter d’être certaine de ne pas vouloir revenir en arrière.

Ça m’a fait beaucoup de peine tout ça. Ce soir j’étais triste. Après ces quelques lignes, ça va mieux.  Une copine m’a dit que le chagrin d’amitié était parfois plus douloureux que le chagrin d’amour. C’est tellement vrai.

Mais ce soir, je vais me coucher un peu plus légère.

*Kaarotte*

Bienveillance de l’école

A l’heure de l’école inclusive, on entend parler de handicap partout. On entend beaucoup d’histoires, je lis pas mal de choses sur les réseaux sociaux etc.

Je sais, je bosse dans le spécialisé, j’ai donc un avis biaisé (J’ai dit biaisé oh !!!)

Il y a quelques temps sur Twitter une maman / enseignante d’un petit garçon autiste reçoit dans le cahier de liaison de celui-ci un mot comme quoi il passerait sa récré à chercher son manteau jusqu’à ce qu’il le retrouve, qu’à son âge il y a des choses qu’il doit savoir gérer….

MEUF ! Il est AUTISTE !

Premier stop 🛑

T’es tu renseignée sur le handicap de ton élève ?

Pour ça tu as plusieurs possibilités :

1) Son dossier scolaire dans lequel doit se trouver son projet de scolarisation et les adaptations à proposer au jeune !

2) L’enseignant référent qui pour le coup a pas mal d’expérience en matière de handicap, C’est son boulot de gérer les réunions dites ESS (équipes de suivi de scolarisation).

3) Le médecin scolaire, même si des fois en tant qu’enseignant tu ne comprends pas bien à quoi il sert et s’il est vraiment une personne (Petite blague entre collègues… « Mais ce n’est pas un mythe, il existe donc vraiment ?! »)

4) (Je le mettrais volontiers en 1) mais pour le coup… Cette enseignante doit faire une phobie…) LES PARENTS ! Punaise, mais c’est leur môme ! Ils le connaissent mieux que tout le monde! Et là, en l’occurrence, tu as tiré le jackpot, tu as une maman qui est enseignante. Tu peux échanger encore plus librement puisqu’elle connaît le métier, les difficultés, etc…

Ça c’est pour le côté pro.

Deuxième stop 🛑

Après, tu as tes compétences d’humain (qui manifestement font défaut à cette enseignante). NORMALEMENT (et ce n’est que mon avis) quand tu es un être humain doté d’un minimum d’empathie, tu te renseignes, ne serait-ce que par curiosité (pas malsaine!) ?!
Comment interagir avec ce petit être humain qui n’a pas les mêmes codes que toi ? Ça me semble logique. Après, je ne vais pas tirer à boulet rouge sur tout le monde, encore une fois mon avis est biaisé, je bosse dans le spécialisé.

Je me rappelle d’un stage que j’ai fait quand j’étais encore bébé prof. Stage dans une école maternelle dans laquelle il y avait un petit autiste. Ça m’avait tellement intriguée que j’avais fait des recherches sur comment interagir avec ce petit (merci internet). Résultat au bout de quelques jours de stage (et je ne dis pas ça en mode « ouais j’suis trop forte » etc… Juste pour expliquer que c’est à la portée de tous de faire cet effort d’adaptation…) le petit ne me décollait plus et son enseignant avait halluciné de la rapidité d’attachement. Je crois que ce petit garçon aura marqué ma carrière profondément et probablement orienté mon choix vers le spécialisé. (Je sais que tu ne passeras sûrement jamais par ici mais je te fais un bisou Mohammed.)

Bref revenons à nos moutons.

Nombre d’enseignants ne se rendent pas compte qu’avec juste quelques minutes de renseignements, ils agiraient complètement autrement avec un enfant différent (Ouais j’en ai marre de dire handicapé, ce sont les adultes qui sont handicapés finalement… Pas les enfants…)

La société est maltraitante avec les gens hors cadre / hors moule. C’est d’ailleurs invraisemblable qu’on veuille faire rentrer tout le monde dans sa petite case.
Et n’allez pas penser que c’est parce qu’il/elle est prof qu’il/elle est bienveillant·e et compatissant·e. Bien souvent, les gens sont blasés et gavés de leur taf et aussi chez les profs.
Tristement, de manière générale, les gens sont soulagés « Ah c’est parce qu’il est autiste / handicapé / différent qu’il agit comme ça ? »
Non c’est parce que t’es con intolérant et que tu veux que tout le monde soit dans la norme.

Non mais sérieusement les gens…? Qu’est ce que ça peut bien vous foutre ? (« M’enfin Jacquard, vous devenez atrocement vulgaire ! »)

*Kaarotte spécialisée et vénère*

 

Go f*ck yourself

Depuis quelques temps, j’ai envie / besoin d’écrire. J’ai 3 brouillons d’articles commencés.  Mais je ne boucle rien. Je suis fatiguée.
J’ai eu rdv avec ma sage-femme il y a 1 mois et je me suis confiée à elle au sujet des événements récents dans ma vie amicale, elle m’a dit de lâcher du lest, d’arrêter de porter les autres.
Je le sais tout ça. Je sais. Je travaille dessus depuis des années. Ma mère juive (je vous ai déjà parlé d’elle ? J’y reviendrai. Notez juste que c’est une personne très importante pour moi, qu’elle a l’âge de ma mère et qu’elle est juive >> d’où le surnom !)
Ma mère juive, donc, m’a même dit qu’elle était contente que j’en sois à ce point de réflexion à 35ans parce qu’elle n’y est pas arrivée avant la cinquantaine. Plus tu avances en âge et plus violente est la chute en terme de prise de conscience que l’autre, l’humain avec qui tu échanges des banalités ou des éléments plus intimes de ta vie, le collègue de boulot, cet autre est un trou d’cul ! (Spéciale dédicace à mes bibitchs 😀 Je vous kiffe les filles).

 

kevin spacey total fucking asshole GIF

 

Globalement et pour faire court : les gens s’en foutent des autres.
Clairement.
Quand je dis « les gens », je veux plus particulièrement parler des gens qui sont dans tes contacts, dans tes amis Facebook et autres… « Amis ». Tu parles…  Des gens avec qui tu as eu une interaction sociale plus ou moins prolongée durant ta vie avec qui tu gardes un faux-contact sur les réseaux sociaux afin de stalker leur vie (Oh allez !! Arrêtez… On le fait tous hein !!).

Et au final quoi ?

Ces gens là s’étalent sur Instagram, te pourrissent ton Facebook de leur photos (merci les réglages du fil d’actualité !!!). [Alerte fille cupide on] Ces gens ont promis juré craché de t’envoyer un cadeau pour la naissance de ta fille. [Alerte fille cupide off]
Nan je rigole, je m’en tape des cadeaux, mais quand toi tu t’investis, tu envoies toujours un petit message, un petit cadeau; souvent un truc fait main, pour lequel tu as passé du temps à réfléchir, concevoir le truc, trouver ce qui plaira le plus à tes « amis ».

Et puis 17 mois passent et tu vois des dizaines de photos de cadeaux / créations pour les autres, pour des bébés nés bien après le tien. Et au final tu ne sais même pas pourquoi tu y attaches tellement d’importance. Parce que tu t’en fous de ce cadeau au final, comme de ta première culotte… mais c’est plutôt l’implication des gens qui fait de la peine ou le manque d’implication. Toi tu fais. Les autres s’en foutent.

Ces gens ne font pas partie de ton quotidien. N’existent plus dans ta vie. Ces gens n’existent pas réellement !

En revanche, tu vois fleurir sur ces mêmes Facebook / Instagram des « copies » de ce que tu as cousu, fait ces derniers temps… Etonnant non ?
Je ne dis pas que je ne copie pas, que je ne m’inspire pas des choses de l’internet mondial. Evidemment que si, mais quand ce sont tes « amis » qui font ça et que c’est un peu « GROS comme une maison », que tu es crevée et que ta susceptibilité sort de sa tanière telle une maman ourse au printemps, eh beh tu as, un peu, de mal à le supporter. (En temps normal, je m’en ficherais vraiment… mais là ça commençait à faire beaucoup).

 

Récemment, j’ai repensé à mon pote Fred. Un super copain à l’époque. Mon « meilleur ami » même… Celui que j’ai défendu au point de perdre mes copines de l’époque. Ça m’a fait un peu de peine de me dire qu’on est devenus des étrangers.

Certaines amitiés sont finalement des objets perméables et malléables. D’autres, en revanche, sont figées dans le marbre et ne bougeront pas. Dans 40 ans, je suis à peu près certaine que je recevrai toujours des couriages de ma chuchum et des jolies cartes fleuries de ma Caille.
Mais ces dernières années, j’ai eu quelques déceptions amicales. Des gens proches, très proches qui ont pris des chemins tellement différents que l’amitié n’est plus qu’un mot, qu’un clic sur les réseaux sociaux (exemple de clic : supprimer de la liste des amis)

J’ai du commencer le deuil d’une amitié récemment. Je sais que ça prendra du temps. Je ne suis pas du genre à baisser les bras en amitié habituellement mais il y a des situations tellement inextricables qu’on appelle ça des cas de force majeur.
J’ai du mal à me dire qu’il faut hiérarchiser son implication amicale. Mais au final, pour ta santé mentale, il le faut.

Pendant longtemps j’avais tendance à m’impliquer à 200% partout, tout le temps.
Mais il faut se rendre à l’évidence, au boulot, on n’est pas grand chose de plus que des collègues. Depuis Alix, j’ai réussi à mettre à distance la non-implication des gens de travail.
Dans ma vie privée avec mes très proches, j’ai encore un peu de mal… J’ai du mal à me dire que dans les cercles amicaux/ familiaux, c’est pareil. Il faut nuancer l’énergie à apporter en fonction du degré de proximité et du degré d’attachement.

Donc au final que ce soit ton père, ta mère, ta copine de lycée ou ton collègue de boulot, il ne faut pas s’investir plus que de raison. Même s’il y a beaucoup de plaisir et de joie à donner sans rien attendre en retour, quand ce sont toujours les mêmes qui donnent et les mêmes qui reçoivent, ça s’appelle se faire couillonner. Donc prenez un peu de recul, voyez qui vient vers vous. Vous observerez rapidement le degré d’implication des personnes autour de vous.

Faites attention à vous les p’tits loups.

*Kaarotte un peu blasée*

STOP

J’ai gardé cet article au chaud longtemps, à me demander si je devais le publier ou non. Et au final, ça m’a soulagée de l’écrire, donc il me parait logique de le publier.
Il parait négatif de prime abord mais il se conclue bien. Promis.

Je n’ai plus envie. Plus envie de perdre mon temps avec des gens qui se contre-fichent des autres. Tu donnes sans compter. A force de te faire entuber et essorer par les gens, tu te mets à compter. A faire des listes débiles des choses matérielles, du temps que tu as donnés à ces personnes.
Tu n’es pas comme ça mais tu le deviens.
Tu t’énerves de ne pas réussir à mettre à distance.
Tu pleures.
Tu t’enfermes avec ta colère.

Et puis un jour, c’est la claque de trop. Tu dis stop.

Au final à vouloir aider les autres, c’est toi qui tu mets dans la mouise. C’est beau de jouer les mères Thérésa. Mais ça va 5min au final…
Un truc tout bête m’a fait prendre conscience de ça. Je regarde pas mal de séries sur Netflix, des dessins animés aussi. (Oui j’ai 35ans et alors ? Et oui je vous ferai un article ! 😉 ). Récemment, j’ai notamment regardé Bojack Horseman. Une ex star du petit écran, acteur sur le retour, aigri de la vie qui pourrit toutes les relations autour de lui.

Et là, bim, éclair de lucidité.

ufo meditation GIF by Percolate Galactic

Il y a bien ce genre de personnes autour de moi. Tu vas te précipiter pour les aider (parce que ça te fait du bien, parce que c’est généreux de vouloir aider, parce que « ça se fait » quand t’es bien éduqué… bref… Tu vois très bien.). Tu vas tout faire pour les aider, y compris de gros compromis mais sur le moment tu te dis que ce n’est pas si grave, puisque l’autre (qui est dans une situation moins favorable que toi) se sent bien. Tu te dis que tu aimerais qu’on fasse la même chose pour toi.
Mais c’est justement à ce moment précis qu’il faut qu’une petite voix te stoppe. Ce moment où tu es prêt·e à faire passer l’autre avant toi.
1) Il y a certaines personnes qui ne peuvent pas être aidées.
2) Tu ne peux pas sauver tout le monde.

Et au final, à tout détruire autour d’eux, il faut se rendre à l’évidence : Ces personnes ne veulent pas être aidées.

Il y a des jours où tu te dis que tu ne veux pas éclabousser ton bonheur au visage des gens qui n’ont pas ce que tu as. Et puis au final, ce n’est pas une question d’éclabousser qui que ce soit. C’est profiter de ce que tu as, du temps que tu as avec les gens que tu aimes.  Une copine m’a dit il y a quelques semaines « Mais il ne faut pas t’en vouloir, tu es généreuse et empathique. Tu l’étais juste avec la mauvaise personne. »
Elle a raison. Il ne faut pas arrêter d’être dans l’empathie,  il faut juste apprendre à se défaire des personnes poison.

toxic.PNG

Pour les copains qui ne liraient pas bien l’anglais, je fais une petite trad’ vite fait :

Il ne faut pas se sentir coupable de supprimer les gens toxiques de votre vie.
Peu importe que cette personne soit de votre famille, un·e amoureux·se, votre patron, un ami d’enfance ou une connaissance récente. Il ne faut pas faire de la place pour des gens qui vous font de la peine ou vous rabaissent. C’est une chose de reconnaitre sa mauvaise attitude et faire des efforts pour changer. Mais si une personne méprise vos sentiments, ignore vos limites et « continue » à vous traiter de manière blessante, ils doivent s’en aller.

They need to go. POINT.

La débauche d’énergie pour aider les gens n’est pas fatigante en soi. C’est la perte / le gaspillage d’énergie qui l’est. Je pouvais me disperser avant. Maintenant, je ne peux plus. Mon corps ne me le permettra plus. Non je ne vais pas vous servir le couplet « maintenant que je suis devenue maman blablabla ». Certes la maternité m’a permis de prendre conscience de certaines choses et m’a apporté ça de positif : je recentre mon énergie sur ma cellule familiale et mes vrais amis. Mais ce n’est pas le fait d’avoir démoulé qui m’a provoqué une illumination, non non…

light that 70s show GIF

Plutôt le recul que le congé permet de prendre. J’ai eu la chance de rester quasiment 11 mois à la maison. Il y a des gens que je n’ai quasiment pas vus, voir pas du tout. Des gens que je pensais « proches » et au final, la désillusion. Je suis plutôt du genre à ne pas lâcher l’affaire en amitié, relancer, entretenir… Mais au final à force de te prendre des coups et à force d’indifférence (« il faut cultiver la différence, et non l’indifférence ! » 😉 😉 ), tu prends tes distances. Et c’est ce qu’il y a de plus sain à faire.

Peu importe le nombre des années, 10 ans, 20 ans d’amitié. Parfois ça fait mal de faire une croix dessus. Mais les gens changent, on change ou se révèlent… C’est pas tellement nécessaire de se forcer. Les choses doivent être simples et faciles. On doit être soi même et surtout ne pas modifier qui on est sous prétexte que ça ne plait pas à l’un ou à l’autre. Les gens font des choix et on n’est pas responsable de ça.

L’image contient peut-être : texte

J’ai décidé de n’accorder du temps qu’aux gens qui en prennent pour nous.

Exit les gens qui profitent.
Exit les gens négatifs.
Exit les gens qui te pompent jusqu’à la moelle.
Exit les gens qui critiquent gratuitement (hey les donneurs de leçon, coucou petite perruche !)
Exit les gens qui ne sont jamais contents.

Byyyyyye !

go away goodbye GIF

Vous ne vous nourrirez plus de mon énergie. Et au final, on ne s’en portera que mieux.

*Kaarotte fait le ménach*

Le bullet journal

Oui, je sais, j’arrive après la bataille avec mon article sur le bujo (ouais quand t’es hype tu ne dis même plus BULLET JOURNAL… Tu dis « Bujo »)

pierre visiteurs GIF

(Bravo à ceux qui ont la référence !)

La raison de ce « délai » d’écriture d’article est que je voulais le pratiquer vraiment pour vous dire mon sentiment sur l’utilisation et pas juste « oh regardez j’ai fait un joli bujo, il est merveilleux. » Vous en avez des tonnes des articles comme ça…

Rien que celui de ma petite Gabrielle que lequel je suis allée des dizaines de fois pour retrouver le lien de la vidéo de la bloggueuse qui avait fait une vidéo merveilleuse. (oui j’ai caché les liens si vous voulez cliquer !)

Je suis assez fan des listes et des carnets en tout genre.

Ma motivation a été encore plus grande lorsque ma Chuchum (Noëmie pour ne pas la nommer) m’a dit qu’elle aussi se lançait dans le projet. Il faut savoir qu’avec ma Chuchum, on se connait depuis presque 20ans

oh my god wow GIF

et qu’on est des grandes fans de carnets, photos, décos en tout genre. Depuis toutes ces années, on a des dizaines de carnets de toutes les tailles de tous les genres, carnet avec nos critiques de cinéma, carnets avec nos répliques préférées, avec des photos de nous etc…

On s’est d’ailleurs dit « Le bujo était évidemment fait pour nous !!! »

Les gens qui me connaissent m’offrent souvent des carnets comme cadeau.

Je vais donc vous montrer le mien, avec mes choix et ce que je compte faire pour le prochain, car oui, je compte poursuivre l’expérience l’année prochaine.

D’abord, avant de me lancer, je suis allée faire un tour sur internet. Pinterest est une source de dingue en terme d’idées (et pas que pour le bujo !). Et non ce n’est pas moche de copier. C’est souvent comme ça qu’on lance le processus de création.  J’ai déjà commencé par fouiller, sélectionner, fait des captures d’écran, sauvegardé des images qui me plaisaient.

Alors c’est vrai qu’on pourrait se dire que c’est un truc d’ado attardé, comme quand on décorait nos agendas avec des autocollants fido dido.

fido dido 90s GIF
Sur le papier, coller des stickers et du scotch décoré (masking tape pour les initiés) pour faire joli et raconter notre journée en cochant des objectifs quotidiens ou hebdomadaires, ça fait un peu journal intime. Mais en fait pas du tout.

Le bujo, je le vois plus comme un outil à part entière. Agenda, carnet de listes, pages souvenirs… C’est sympa de faire le point sur ce qu’on a à faire à plus ou moins court terme. Planifier ce n’est pas qu’un toc !!!

Alors oui, des fois on triche… Des fois on rajoute des taches déjà effectuées pour les cocher. 😂 La satisfaction du travail fait. En réalité, c’est pratique aussi de se souvenir de ce qu’on a déjà fait. 😉

Je m’en sers aussi pour noter les horaires de la nounou, du coup j’ai fait une double page spéciale Alix avec ses petits moments, ses mots nouveaux, etc…

La page que je trouve la plus utile et que je vais garder à 200% c’est le calendex (calendrier annuel).

C’est tellement pratique de voir l’année ou la demi année d’un coup d’oeil. Noter les périodes de stages etc. Par contre je ne note pas tout dessus parce que ça deviendrait illisible donc inutile.

 

Au final, je pense garder pas mal de choses :

– la double page nounou / Alix,

– la page hebdo évidemment,

– la page calendrier mensuelle

– les pages de listes en général,

– les pages films, livres etc j’aime assez, (je réduirai sans doute la taille),

Je ne pense pas garder la page des séries même si c’est joli pour la bonne et simple raison qu’on a Netflix maintenant et qu’il se souvient des épisodes pour nous ! Merci intelligence artificielle ! En revanche, je garderai peut-être un tracker (page en format paysage où on coche au fur et à mesure) pour les séries que je suis en dehors de Netflix comme tout n’est pas dessus (Personne n’est parfait !).

Je ne referai pas de calendrier perpétuel avec les anniversaires.

Je pense que je garderai celui de cette année comme référence, et je pense faire un petit calendrier mural avec des pastilles en bois (merci aliexpress), genre ça :

Calendrier de Rappel des Anniversaires pour Famille et Amis en Bois

(Je vous ferai un petit DIY 😜!)

Je vais probablement faire ma semaine sur une page seulement parce que je n’ai pas besoin d’autant d’espace au final.

Je ne ferai plus non plus la page de présentation du mois. Je n’ai pas le temps de faire aussi joli que je voudrais… et souvent je n’ai pas fait, ou bien « en retard »…

 

J’ai encore 2/3 trucs en réflexion.

Je pense que je vous referai un article en mode « Le bujo (laid) nouveau est arrivé » 😉 cet été avec ma nouvelle mouture.

*Bujo-Kaarotte*

200 mercis

Bon bah… On aurait voulu le faire exprès on n’y serait pas arrivées !
Nous avons atteint les 200 articles de blog en 2017 (grâce notamment au merveilleux Caillendrier de ma Caille ❤ !) P’tite goutte de champagne !

happy new year smiling GIF

Nous sommes heureuses de vous compter parmi nos petits lecteurs.
Plusieurs d’entre vous se sont même abonnés. Et des gens qu’on connait même pas en plus !!! C’est tellement touchant !
Nous, on fait ça pour se marrer, pour vous faire marrer aussi, pour partager avec vous nos quotidiens de prof, nos balbutiements de parents, nos joies et nos peines. Et vous nous donnez tellement d’amour cybernétique.

the beatles love GIF

Récemment, une de nos lectrices ultra fidèle, Linda pour ne pas la nommer (Coucou Linda !) nous faisait encore de chouettes compliments (à base de wonder-mum et j’en passe… uhuhuh) en nous souhaitant la bonne année.
C’est cool de voir que ce monde n’est pas si pourri au final et qu’on peut encore échanger et partager.

Alors… De notre part à toutes les 2, nous vous souhaitons une excellente année 2018.

caille-kaarotte

Pour le blog, nous vous promettons ni plus ni moins que l’année dernière mais un super programme tout de même : du rire, des bons mots, du râlage (Ouais on ne se refait pas hein !) et des dessins de la caille au rythme du vent (des fois ça souffle fort… et des fois c’est calme 🙂 )

Des bisous les ptits loups.

*Kaarotte pour Caille & Kaarotte*